DIVERTISSEMENT
18/06/2015 02:50 EDT | Actualisé 18/06/2015 11:28 EDT

Marie-Pierre Arthur et Louis-Jean Cormier rockent les FrancoFolies (PHOTOS/VIDÉO)

Marie-Pierre Arthur et Louis-Jean Cormier en plateau double? Un peu le rêve de tous ceux qui ont continué à suivre les anciens membres de Karkwa. Eh bien c’est mercredi soir au Métropolis, dans le cadre des FrancoFolies, que ce fantasme musical allait pouvoir se produire. Le public, massivement au rendez-vous, a rempli à craquer la salle montréalaise pour assister à cette orgie de talents.

Marie-Pierre Arthur

21h01. «Bienvenue au spectacle de Marie-Pierre Arthur et Louis-Jean Cormier!» Les spectateurs ont bondi, enthousiastes. C'est connu, les FrancoFolies est le lieu parfait pour explorer, se payer la traite. Mercredi soir, Marie-Pierre Arthur se sentait rock. Disons que cette envie a détonné un brin du lancement de son troisième album Si l'aurore en février dernier, qui lui a donné dans les arrangements riches, presque sirupeux.

Comme si la simplicité du folk poétique de son premier album homonyme (2009) et d'Aux Alentours (2012) qui l’a fait connaître ne cadrait plus avec la vie de l’auteure-compositrice-interprète, celle-ci est allée chercher dans ses propres expériences, mais aussi dans celles de ses proches. Remises en question aux teintes de trentaine, interrogations sur l’amour – sur le couple, surtout le couple – et réflexions sur l’évolution personnelle à travers tous ces tourments.

Si l'aurore, Le silence, Rien à faire... Avec sa voix unique, Marie-Pierre Arthur a mené à bien toutes les pièces du spectacle au son des guitares qui égratignent tout sur leur passage et de la batterie frénétique. Les festivaliers, déjà conquis, n’ont pu que se laisser porter par le charme naturel de l’artiste.

Comme espéré, Louis-Jean Cormier s'est permis une apparition pour entonner avec Arthur la pièce très sexy Il. «Salut guys!», a-t-il lancé avec bonne humeur. En forme, l’auteur-compositeur-interprète s’est même permis quelques déhanchements. Pour ne pas être en reste, François Lafontaine s’est levé pour se mettre à quelques jolies divagations au clavier. Les plus nostalgiques auront peut-être eu une pensée pour feu Karkwa. Mais faisons fi de tous ces beaux souvenirs: les deux stars de la soirée ont offert un superbe duo plein de complicité.

En plus de ces quelques pièces de son troisième album, l'auteure-compositrice-interprète s'est offert une incursion dans son deuxième effort avec une version éclatée d'Elle et une version très dynamique de Fil de soie. De toute beauté.

LIRE AUSSI:

»Fauve, l'attaque

»Cali, avec ceux qui l'ont construit

»Arthur H, du soleil la nuit

»FrancoFolies 2015: Soirée folk-rock folle avec Safia Nolin et Louis-Philippe Gingras

»Baden Baden aux FrancoFolies: du rock pop aux sonorités british

»Ouverture des FrancoFolies 2015: Radio Radio vole la vedette

»La force identitaire de Youssoupha

»Pour une dernière fois Juliette Gréco

»Les multiples facettes de Stéphanie Lapointe

Louis-Jean Cormier

Pas facile pour Louis-Jean Cormier de débuter son spectacle avec tous les cris et sifflements qui résonnaient. Sur la scène épurée - que quelques lumières blanches et projections sobres - l'artiste s'est tout de même lancé avec Les hélicoptères. Comme si Arthur et Cormier s'étaient passé le mot, ce dernier a lui aussi ajouté une touche rock à ses succès folk.

Si tu reviens a vite suivi. Accompagné de plusieurs musiciens, Cormier a aussi pu compter sur l'apport vocal des spectateurs. Si bien qu'il a arrêté la chanson pour s'exclamer: «Ouf, tout le monde est en feu! Merci. Ok, je respire et on reprend ça!»

Visiblement ému, l'ex-coach de La Voix a poursuivi après les dernières notes de la populaire pièce: «Merci Montréal, Merci FrancoFolies. Je ne sais pas s'il y a de quoi dans l’air, mais les gens sont fous! Aujourd'hui, je veux vous apporter l’idée du voyage. Qui dit voyage, dit se faire petit. Je suis devant toi avec presque rien – quelques dizaines de drogués trouvés en chemin seulement (Rires). On a le désir de t’emmener avec nous. Ok Métropolis. Merci de t’être mis en danger ce soir. De quitter ton tout-inclus. Merci de faire face à l’inconnu. On va te raconter des nouvelles, te poser des questions. Comme... Veux-tu sortir de la route?» Belle mise en contexte pour la belle Tête première, qui a emporté le public dans une atmosphère très planante.

Fait saillant du spectacle? Le jam musical improvisé. «Métropolis, on quitte maintenant notre set up original. On va avoir besoin de tes pieds!» Tous les artistes sont alors montés sur scène pour donner tout (mais vraiment tout) sur quelques chansons du premier album solo de Cormier, Le treizième étage (2012): Bull's Eye, Le coeur en téflon, Tout le monde en même temps... Sur scène, ça jasait, ça se racontait des blagues, ça riait. Une sorte d'interlude, de lousse, bien apprécié dans à travers le spectacle très léché.

La soirée n'aurait pu bien finir sans d'autres duos des deux têtes d'affiche de la soirée: Arthur et Cormier ont entre autres sorti des boules à mite Oublie pas de Karkwa. Guitare acoustique, deux voix magnifiques... Un triomphe. Si bien qu'on peut se permettre d'espérer que de belles collaborations du genre pourront se reproduire à l'extérieur du cadre des FrancoFolies!

FrancoFolies - 17 juin 2015

Suivez notre couverture complète des FrancoFolies! Entrevues, critiques, photos... C'est ici.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter