Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

FrancoFolies 2015: à grands coups d'amour pour Gerry Boulet (ENTREVUES/VIDÉO)

Il y a 25 ans, le 18 juillet 1990, le rockeur québécois Gerry Boulet s’éteignait après une longue bataille contre le cancer. Pour souligner son départ et du même coup son lègue musical considérable, des artistes de chez nous se produiront en spectacle sur la grande scène extérieure de la place des Festivals, le 16 juin, dans le cadre des 27e FrancoFolies de Montréal.

Le chanteur a connu un succès retentissant en deux mouvements: d’abord comme leader du groupe rock phare Offenbach et ensuite lors d’une carrière solo qui s’est abruptement arrêtée alors qu’elle était en pleine explosion. Rappelons qu’en 1988, deux ans avant sa mort, Boulet avait fait paraître Rendez-vous doux, un album truffé de succès tels Toujours vivant, Un beau grand bateau ou encore Une dernière fois. Ce disque fut une grande réussite commerciale.

Afin de faire revivre le travail de Gerry Boulet, une douzaine d’artistes, plus une personne invitée surprise, monteront sur les planches pour interpréter différents classiques du chanteur: Isabelle Boulay, Brigitte Boisjoli, Betty Bonifassi, Martha Wainwright, Alexandre Désilets, Alex Nevsky, Lucien Francœur, Rémi Chassé, Olivier Langevin, Fred Fortin, Antoine Gratton et Daniel Boucher.

« J’avais envie de faire les choses différemment cette fois-ci, raconte en entrevue la conceptrice du spectacle Sylvie Rémillard, qui s’est vue confier de nombreux autres concerts d’envergure au fil des ans. C’était important pour moi de trouver un autre angle, car il y a déjà eu plusieurs concerts offerts en l’honneur de Gerry Boulet. »

« À l’automne, j’ai réfléchi au concept, poursuit-elle. J’ai écouté tous les albums d’Offenbach et ses trois disques de sa carrière solo. Gerry Boulet était un grand amoureux. En retournant à son répertoire (environ 150 chansons), j’ai réalisé que 80 % de ses chansons étaient consacrées à l’amour. Et ça inclut autant des balades que des pièces qui brassent. L’amour est donc devenu une sorte de fil conducteur […] J’ai demandé à certains artistes de sortir de leur zone de confort. C’est le cas avec Betty Bonifassi, qui n’a jamais chanté de Gerry (elle va proposer le morceau Faut que j’me pousse d’Offenback). Au fond, d’un artiste à l’autre, souligne-t-elle, le rapport à l’œuvre de Boulet est très différent. »

Voici d’ailleurs les commentaires de trois auteurs-compositeurs-interprètes impliqués dans le concert:

Martha Wainwright

« Avant ma participation à la trame sonore de la télésérie Trauma, pour laquelle j’ai [notamment] interprété Ayoye [à la demande de la productrice Fabienne Larouche], je n’étais pas très familière avec le travail de Gerry Boulet. Je connaissais quand même son existence. J’aimais beaucoup son look et son caractère. Cela dit, c’est certainement sa façon de chanter qui m’a frappé en premier. Il était très passionné. J’ai découvert plus tard qu’il avait beaucoup de talent comme auteur-compositeur (cela dit, Michel Rivard, Plume Latraverse et d’autres ont écrit des textes pour lui). Avec le temps, j’ai réalisé que cette pièce était puissante et que je pouvais me l’approprier à ma manière. Depuis ce temps, je joue souvent Ayoye dans mes spectacles au Québec. Et c’est cette chanson que je vais proposer lors de l’hommage à Gerry. »

Olivier Langevin

« Je vais être avec Fred Fortin. Le rock, on aime ça ! Pour l’instant, on sait qu’on va jouer deux chansons : Chu un rockeur et Câline de blues (d’Offenback). Le deuxième morceau va être livrée en gang […] Gerry Boulet, c’est quelqu’un qui a marqué l’imaginaire. Il fait partie de notre ADN au Québec. Moi, j’ai pas écouté de Gerry Boulet durant ma jeunesse. Je suis arrivé à lui plus tard. Mais mes parents écoutaient beaucoup ça. Je me souviens, lors de son décès, mon père a pleuré. C’était un artiste important pour lui. Aujourd’hui, je considère qu’on est en quelque part un résultat du travail de Boulet et sa gang. Ils sont parmi les premiers à avoir fait du rock qui buche, en français. J’ai apprécié particulièrement la façon qu’il a traité le joual dans ses chansons. »

Daniel Boucher

« À son décès, j’avais 18 ans. C’est ma sœur qui m’avait appris la triste nouvelle. J’ai vécu son départ de loin, comme bien des gens. Quoique mon père aimait beaucoup Offenbach. […] Durant le concert aux Francos, je vais participer à trois ou quatre chansons (dont Promenade sur Mars). Je suis particulièrement excité de ce spectacle. Gerry Boulet, c’est un immense morceau pour nous autres. Ce qui me frappe dans son travail, c’est son intelligence. On parle évidemment beaucoup de son cœur, de ses trippes, mais il avait un esprit spécialement aiguisé. »

Tous les artistes mentionnés plus haut seront accompagnés sur scène d’un groupe de sept musiciens aguerris et d’une choriste.

***

Suivez notre couverture complète des FrancoFolies! Entrevues, critiques, photos... C'est ici.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.