LES BLOGUES
09/07/2018 12:55 EDT | Actualisé 09/07/2018 13:05 EDT

Un Bissonnette d'Amérique a tué Ben Laden

Agent des Navy SEALs, Bissonnette a joint les Marines à 19 ans, et a participé à des centaines de missions de combats sur terre, air et mer.

Spencer Platt via Getty Images

«Il y avait là Ben Laden, debout, ses mains sur les épaules d'une femme, la poussant devant, pas exactement vers moi mais dans la direction du vacarme du couloir. C'était sa plus jeune femme, Amal.

«Je lui ai tiré deux fois dans le front. La deuxième fois quand il tombait. Il s'est effondré par terre en face de son lit et j'ai à nouveau tiré, aux mêmes endroits. Il était mort. Il ne bougeait pas. Sa langue était dehors. J'ai vu son dernier souffle. Et voilà je me rappelle que tandis que je le regardais respirer dans un dernier soupir, j'ai pensé: Est-ce la meilleure chose que j'ai faite ou la pire?»

Voilà comment Matt Bissonnette décrit froidement la fin de l'ennemi numéro 1 des États-Unis, dans la maison de trois étages d'Abbottabad au Pakistan, dans la nuit du 2 mai 2011.

Qui était-il?

Agent des Navy SEALs (forces spéciales), Bissonnette a joint les Marines à 19 ans. Acronyme de Sea, Air et Land, les SEALs (phoque en anglais) regroupent l'élite des Forces américaines.

Il a participé à des centaines de missions de combats sur terre, air et mer, tuant plus de 30 «ennemis combattants» comme on dit dans le jargon de l'armée américaine.

À 35 ans, son corps de héros est déjà bien usé: arthrite, tendinites, cicatrices, disques soufflés, lésions oculaires. Dure, dure pour le corps de Bissonnette, la vie de Rambo.

Comme il a quitté après seulement 16 ans de service, il n'a pas eu droit à la couverture médicale (il faut 20 ans de timbres, qu'on dirait dans le jargon des Maritimes). Pas de pension non plus et aucune protection pour sa famille. Il s'en est plaint publiquement. Dur, dur l'Oncle Sam avec ses héros.

Les ventes de son livre No Easy Day, qui ont approché celles de Fifty Shades of Grey, ont rapporté 6,8 millions de dollars américains. Elles auraient pu lui permettre de soigner ses bobos mais un jugement, en 2016, l'a forcé à tout remettre à l'Oncle Sam.

Le Pentagone n'avait pas du tout aimé que Bissonnette brise le code des SEALs en rendant publique ses activités et surtout en cherchant à obtenir de la reconnaissance personnelle pour ses actions.

DU POITOU AU PAKISTAN

Originaire du Poitou, Jacques Bissonnette dit Dechaumaux (1645-1723) est recensé aux Trois-Rivières en 1666; il est domestique à la ferme de Louis Tétreault.

Quatre ans plus tard, il épouse, dans la petite chapelle de Boucherville fraîchement construite par le seigneur Pierre Boucher, Marguerite Collet. Une Parisienne de 17 ans, une Fille du Roi, qui lui donnera 16 enfants entre 1672 et 1698, avant de mourir, en 1730, à l'âge de 77 ans! Une véritable force de la nature.

À la mort de Marguerite, en 1730, le couple avait 107 descendants. Un véritable phénomène qu'on trouve dans beaucoup de familles en Nouvelle-France.

Alexis (1683-1739), huitième de la famille, et sa femme Geneviève Sénécal, contribueront au phénomène avec 10 enfants.

Pendant quatre générations, les Bissonnette prospéreront à Varennes. Au début du 19e, Louis (1798-1872), l'arrière-petit fils d'Alexis, tanneur de métier, quitte la terre ancestrale pour le Vermont où il épouse Marie-Louise Charron, originaire de Saint-Charles-sur-Richelieu. À l'époque, le Vermont ne comptait que quelques milliers de Canadiens français, des réfugiés des troubles de 37.

La famille commence alors sa conquête de l'Ouest.

En 1868, leur fils Charles (1841-1924), né à Albany (NY), épouse, à Little Chute, Lina Brouillard, dont la famille est établie au Wisconsin depuis trois générations, qui lui donnera 11 enfants.

Little Chute était un poste de traite situé juste derrière Green Bay. Notre peuple y a des racines profondes. Dès 1634 (huit ans avant la fondation de Montréal), les Winnebagos (que les Français appelaient les Puants) avaient accueilli Jean Nicolet, premier homme Blanc à entrer dans le Lac Michigan. Marquette et Joliette sont passés par là en 1673, L'endroit servait de lien entre les Grands Lacs et le bassin du Mississipi.

À la fin du 18e, Dominique Ducharme a été le premier Blanc à s'y établir. En 1813, Augustin Grignon achète son entreprise et fait venir des Québécois. Les Bissonnette sont arrivés un peu après. L'arrivée massive de Hollandais, au milieu du 19e, sonnera le glas de la communauté francophone.

On ne sait pas combien de temps Charles et Lina sont restés à Little Chute, mais on sait que leur fils aîné, Harry est né à Floyd (335 habitants en 2010) Iowa, en 1872. Dix de leur onze enfants sont d'ailleurs nés en Iowa.

Au tournant du 19e, le clan se déplace en Idaho, toujours plus à l'ouest. Charles et Lina mourront à Moutain Home, Idaho.

Harry (1872-1938) passera toute sa vie en Iowa. Son fils Harold partira pour la Californie, l'État américain qui compte le plus grand nombre de citoyens d'origine canadienne-française (1,2 million).

Terry, le fils d'Harold, se marie à Sacramento avant de monter en Alaska, à Wrangell, un petit village de 2300 habitants, accessible uniquement en avion ou en bateau. C'est là que naîtra, en 1976, l'homme qui a tué le plus tristement célèbre terroriste du 21e siècle.

En quatre siècles, les Bissonnette auront traversé tout le continent, dans de petits villages la plupart du temps. Avant d'aller écrire une page d'histoire au Pakistan. Dans un petit village.

Aux dernières nouvelles, Matt Bissonnette vivait toujours en Alaska. Et soignait son dos de héros.

NB: Rob O'Neill, un ancien membre des SEALs, affirme aussi avoir tué Ben Laden. Réponse de Bissonnette: «Deux gars différents racontent deux histoires différentes pour deux raisons différentes. Peu importe ce qu'il raconte, je ne veux pas toucher à cela.»

LIGNÉE FAMILIALE DE MATT BISSONNETTE

BISSONNETTE, Terry
DOCKTER, Deborah Lynn
Mariés le 3 avril 1971, Sacramento, CA


BISSONNETTE, Harold D
BRINKWORTH, Mildred
m. ?

BISSONNETTE, Harry L. (1872-1938)
TIFNEY, Ida May
m. 3 mai 1899, Charles City, Iowa

BISSONNETTE, Charles D (1841-1924)
BROUILLARD, Lina )1845-1926)
m. 24 mai 1868, Little Chute, Wisconsin

BISSONNETTE, Louis (1798-1872)
CHARRON, Marie-Louise
m. 1827 Hinesburg, Vermont
m. 5 août 1822, Ebosburg, Vermont

BISSONNETTE, Louis (1773-?)
GIRARD, Louise (1765-?)
m. 14 septembre 1795, Varennes

BISSONNETTE, Michel (1725-?)
SENÉCAL, Marie-Josephte (1734-?)
m. 8 novembre 1775, Varennes

BISSONNETTE, Alexis (1683-1739)
SENÉCAL, Geneviève (1691-1739)
m. 9 janvier 1713, Varennes

BISSONNETTE, Jacques (1645-1723)
COLLET, Marguerite
m. 19 novembre 1670, Boucherville

BISSONNETTE, Jean
GOUPILLOIS, Marie
m. La Chapelle-Palluau, Vendée, France

Retracée avec l'aide de la généalogiste Dominique Ritchot.

À LIRE AUSSI:

» Le premier tour du chapeau du Mondial a été réalisé par un Patenaude d'Amérique
» Un Guidry D'Amérique a gagné le Cy Young
» Un Turcotte d'Amérique parlait français à Secretariat

À VOIR AUSSI: