LES BLOGUES
20/05/2018 08:00 EDT | Actualisé 20/05/2018 08:00 EDT

Un Guidry D'Amérique a gagné le Cy Young

Lanceur étoile des Yankees de NewYork, Ron Guidry a été l'un des meilleurs de sa génération.

Ron Guidry
USA Today Sports / Reuters
Ron Guidry

Choix unanime pour le Cy Young en 1978, meilleur joueur des Majeures la même année, Guidry a réécrit les livres d'histoire durant cette saison de rêve, remportant 25 victoires (contre seulement 3 défaites) et maintenant une moyenne de point mérité de seulement 1,74. Le 17 juin, il a retiré 18 frappeurs au bâton, un record de l'Américaine.

Il a gagné le gant d'or en 1982, 1983, 1984, 1985 et 1986, et a obtenu la meilleure moyenne de points accordés en 1978 et 1979. Il a grandement aidé les Yankees à gagner les Séries mondiales en 1977 et 1978.

«The Cajun with the shotgun left arm», comme l'a qualifié le Sports Illustrated, est classé 58e meilleur lanceur de l'histoire pour les retraits au bâton et 27e pour le ratio victoires-défaites.

Ronald Ame Guidry est né le 28 août 1950, à Lafayette. Sa famille est full cajun. À travers elle, on peut refaire le parcours de son peuple, de notre peuple, déporté au milieu du 18e siècle dans le cadre d'une vaste opération de nettoyage ethnique.

Son père, Roland Auguste Guidry et sa mère, Mary Grâce Broussard, sont des descendants directs du Grand Dérangement.

Auguste était le fils d'Augustin (Gus) Guidry, né le 3 juillet 1906 à Jennings, Louisiane, et de Mollie Cormier. Augustin a parlé français jusqu'à sa mort, en 1983. Ron allait à la chasse avec lui : «Gus, a salty, spirited, sometimes French-speaking Cajun who often hunts with his famous grandson

Augustin était le petit-fils de Jean Baptiste Guédry jr, né vers 1762 à Port Tobacco, Maryland. C'est là que ses parents ont abouti après la déportation; à mi-chemin entre l'Acadie de départ et la Louisiane d'arrivée. Il a épousé Marie Magdeleine Breaux, à Martinville en 1785. Le couple a eu 13 enfants.

On a retrouvé la trace de sa famille, désirant retourner en France : « État des gens neutrals acadiens qui sont a portabaco, en Maryland 7 juillet 1763 : Jean Gaidris, Anne Gaidris son épouse, Firmin Gaidris, Magdelaine Gaidris, Jean Gaidris, Monique Gaidris. »

Le 4 février 1768, Anne Dupuis, 35 ans, veuve de Guédry et ses cinq enfants (dont Jr, 6 ans) débarquent à La Nouvelle-Orléans avec 144 autres Acadiens. Les autorités espagnoles les ont forcés à s'établir à Fort San Luis de Natchez, dans une zone marécageuse infestée d'insectes, loin de La Nouvelle-Orléans et de la civilisation. C'est dans ces bayous, dans des conditions extrêmement difficiles, que les Petits-Blancs, survivants d'un violent nettoyage ethnique, survivront jusqu'à aujourd'hui.

Jean-Baptiste Guédry sr est né vers 1728 à Cobequid (maintenant Truro, Nouvelle-Écosse). Son grand-père, Claude Guédry dit Grivois venait de Larochelle. Arrivé en Acadie vers 1648, il a d'abord épousé une Amérindienne du nom de KESK8A. Puis il a épousé Marguerite Petitpas (née vers 1661 à Port-Royal) en 1677 à Port-Royal.

Lors de la déportation de Jean-Baptiste Guédry et d'Anne-Madeleine Dupuis, vers 1755, la famille Guédry était donc en Acadie depuis plus d'un siècle.

«Leur histoire est fascinante », a écrit Marty Guidry, un cousin lointain de Ron, « elle en est une de tristesse, d'aventure, d'excitation, mais avant tout, de volonté de survivre

LIGNÉE PATERNELLE RON GUIDRY

GUIDRY, Ronald Auguste

BROUSSARD, Mary Grace

Mariés le 21 janvier 1949, à Lafayette

GUIDRY, Auguste

CORMIER, Mollie

m. 23 octobre 1927, Jennings, Louisiane

GUIDRY, Jean (1877-1960)

LEJEUNE, Rosa

m. 24 juillet 1899, Jennings, Louisiane

GUIDRY, Eugène (1834-?)

DUGAS, Émilia

m. 11 octobre 1863, Jennings, Louisiane

GUIDRY, Joseph (1791-?)

MELANÇON, Melizère

m. le juin 1813, St-Martinville, Louisiane

GUIDRY, Jean-Baptiste (1762-1857)

BREAUX, Marie-Madeleine

m. le 14 juin 1785, St-Martinville, Louisiane

GUÉDRY, Jean-Baptiste (1728-1770 )

DUPUIS, Anne-Madeleine (1733- )

m. vers 1750, Cobequid

GUÉDRY, Augustin

HEBERT, Jeanne

m. 1722, Cobequid

GUÉDRY dit GRIVOIS, Claude

PETITPAS, Marguerite

  1. 11 novembre 1677, Port Royal