LES BLOGUES
17/06/2018 08:00 EDT | Actualisé 17/06/2018 08:00 EDT

Le premier tour du chapeau du Mondial a été réalisé par un Patenaude d'Amérique

Oubliez Zidane. Oubliez Messi et Platini. Bertrand Patenaude, un enfant de la diaspora, un « pure laine » de Fall River.

Soccer ball in goal on green grass
Baks via Getty Images
Soccer ball in goal on green grass

Oubliez Zidane. Oubliez Messi et Platini. Oubliez même Maradona et Pélé. L'un des exploits les plus mémorables de la longue histoire du Mondial n'a pas été réalisé par un Anglais, un Français, un Italien, un Argentin ou un Brésilien, mais par Bertrand Patenaude, un enfant de la diaspora, un « pure laine » de Fall River.

Le 17 juillet 1930, au Stade Parque Central de Montevideo, le Franco-Américain de 20 ans, le plus plus jeune de son équipe, a réussi le premier tour du chapeau de l'histoire du Mondial, signant une victoire de 3 à 0 sur le Paraguay.

Patenaude a compté son premier but à la 10e minute, son second à la 15e et le troisième à la 50e. Mais le second but a été contesté puisque le joueur paraguayen a compté dans son but. Le rapport officiel du match a crédité le but à Tom Florie alors que la Fédération américaine le donnait à Patenaude. Sans consensus sur l'auteur du deuxième but, l'exploit de Patenaude est marqué d'un astérisque.

Deux jours plus tard, l'Argentin Guillermo Stabile compte trois buts dans une victoire contre le Mexique. Pendant 76 ans, Stabile est célébré par la FIFA comme le premier homme à avoir réussi un tour du chapeau au Mondial.

Dans la famille Patenaude, on savait que Bert avait réussi l'exploit, mais qu'est-ce qu'on pouvait faire contre le damné astérisque? Que faire contre la puissante FIFA surtout que la Fédération américaine ne pesait pas lourd dans ce sport essentiellement européen à l'époque? Qui pouvait porter le ballon pour corriger le tir?

En 1995, un ancien coéquipier de 1930, Arnie Oliver, rencontre par hasard un historien du sport, Colin Jose. Ensemble, ils décident de monter un solide dossier afin de corriger l'erreur historique.

En fouillant dans les archives de l'Université du Massachusetts, ils trouvent une copie du Journal O Estadio de Sao Paulo, du 19 juillet 1930, disant que Patenaude (Petenande) avait compté tous les buts contre le Paraguay. Puis, dans La Prensa de Buenos Aires, on fournissait des graphiques des trois buts, les créditant tous à Patenaude. En ajoutant le témoignage des coéquipiers de Patenaude, Jose présente le dossier à la FIFA.

Les bonzes de la FIFA ont mis sur pied une commission d'experts pour analyser le dossier. La réponse est venue 11 ans plus tard!

Le 10 novembre 2006, la FIFA annonçait que Patenaude, et non Stabile, avait réalisé le premier tour du chapeau de la Coupe du Monde. «L'évidence, selon différents fans et historiens, tout comme les recherches approfondies et les confirmations de la Fédération de soccer américaine ont été déterminantes dans notre décision».

Fall River

Joseph-Arthur Bertrand « Bert » Patenaude est né le 4 novembre 1909 à Fall River, Massachusetts, une ville industrielle largement francophone à l'époque. Son père Wilfrid (1874-?), né aussi à Fall River, était le fils Léon Patenaude (1848- ?) de Châteauguay.

La sœur ainée de Wilfrid, Mathilde-Azilda, est née à Châteauguay en 1871 tout comme ses frères cadets, Alcide (1876) et Napoléon (1878). C'était assez typique de l'époque. On émigrait un certain temps, on revenait au pays, et on repartait. Les Patenaude ont émigré définitivement en 1879.

La mère de Bert, Rosanna Mailloux (1876-?), venait d'Iberville. Elle était la fille d'Aubain et de Malvina Kirouac.

Les Patenaude ont eu 8 enfants (il en manque un) : Aldège, Dora, Hervé, Lorette, Bertrand, Roland et René (même aux États, les Québécois continuaient à donner des prénoms français à leurs enfants; on est loin des Dave, Dylan , Jordan et Jessee de nos familles québécoises contemporaines...)

Qu'est-ce qui a amené un jeune Franco à épouser un sport si peu américain au début du 20e siècle ? Sans doute la présence dans la ville d'une communauté portugaise, venue elle aussi travailler dans les mêmes usines de textile que les «Chinois de l'Est» comme on appelait alors péjorativement les Franco-Américains. D'ailleurs, Bert jouait pour l'équipe de Ponte Delgada de Fall River.

«Sa principale qualité était sa vitesse», dit son fils. Après ses exploits sud-américains, Bert a joué à Philadelphie, New York et St-Louis dans l'American Soccer Ligue, comptant 114 buts en 158 matches.

Il a joué à Philadelphie, New York et St-Louis, comptant 114 buts en 158 matches

Après sa carrière, il a travaillé comme peintre en bâtiment. Il a épousé Léona Marchand, une autre enfant de la diaspora, morte l'an dernier à l'âge de 103 ans. Leur fils, Bert jr, qui a fait dans l'assurance, a un fils, Bert 111, qui enseigne l'Histoire à Stratford, très heureux que l'exploit de son papy ait été finalement reconnu par les grands bonzes de la FIFA.

Bert Patenaude est mort le 4 novembre 1974, le jour de son 65e anniversaire de naissance, 32 ans avant que son record ne soit homologué. «Dans sa tête et son cœur, dit Bert Jr, il a toujours cru avoir compté les trois buts. Je pense que la décision de la FIFA lui aurait donné la tranquillité d'esprit.»

LIGNÉE PATERNELLE DE BERT PATENAUDE

PATENAUDE, Joseph-Alfred-Wilfrid (1874-?)

MAILLOUX, Rosanna (1876-?)

Mariés le 12 octobre 1897, à Fall River, Massachusetts

PATENAUDE, Léon (1848-?)

BISSON, Marie-Mathilde (1850-?)

m. le 04 octobre 1870 St-Remi, Napierville

PATENAUDE, Marc (1798-1860)

DESCENT-SANSPITIE, Marie (1803-?)

m. le 6 février 1826, Châteauguay

PATENEAUDE, Michel (1764-1843)

GERVAIS, Marie-Charlotte (1763-?)

m. le 23 octobre 1786, St-Antoine, Longueuil

PATENEAUDE, François (1701-?)

ACHIN, Ursule, (1704-1744)

m. le 16 février 1722, St-Antoine, Longueuil

PATENEAUDE, Pierre (1658-1715)

BRUNET-BELHUMEUR, Catherine (1669-?)

m. le 25 novembre 1685, Notre-Dame de Montréal

PATENENOSTRE, Nicolas (1626-1679)

BRETON, Marguerite (1631-1698)

  1. le 30 octobre 1651, Québec

LIGNÉE MATERNELLE DE BERT PATENAUDE

PATENAUDE, Joseph-Alfred-Wilfred (1874-?)

MAILLOUX, Rosanna (1876-?)

Mariés le 12 octobre 1897, à Fall River, Massachusetts

MAILLOUX, Aubain (1849-?)

KEROUACK, Malvina (1853- ?)

m. 12 février 1866 , Saint-Sébastien, Iberville

    MAILLOUX, Aubain (1816-1875)

    SIMARD, Euphérime Simard (1823-?)

    m. 3 novembre 1840, Saint-Jean-sur-Richelieu

    MAILLOUX, Joseph (1788-1816)

    GAMACHE, Marie (1790-?)

    m. 19 février 1810, L'Acadie

    MAILLOUX, Louis-Joseph (1750-1835)

    LANDRY, Marguerite (1758-1842)

    m. 15 février 1779, Notre-Dame-de-La-Prairie

      MAILLOUX, Jean-Baptiste (1719-1807)

      VALLÉE, Marie-Louise (1727-1789)

      m. 18 août 1746, Québec

      MAILLOUX, Pierre (1693-1776)

      VACHON, Maire-Louise (1696-1749)

      m. 18 août 1746, Québec

      MAILLOUX, Noël (1666-1753)

      MARCOUX, Thérèse-Louise (1667-1735)

      m. 7 novembre 1690, Beauport

      MAILLOUX dit DESMOULINS, Pierre (1632-1699)

      DELAUNAY, Anne (1635-1700)

      m. 23 octobre 1661, Notre-Dame-de-Québec

      -30-

      Références

      http://www.espn.com/boston/columns/story?id=5370416

      https://www.si.com/longform/soccer-goals/goal10.html