Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

15 façons simples de sauver nos restos

Les restos sont ouverts après le couvre-feu. Vous pouvez faire livrer!
Caffettiera Caffé Bar à Montréal
Caffettiera Caffé Bar à Montréal

L’industrie de la restauration est sur la corde raide depuis le début de la pandémie. Si une série d’établissements réputés ont dû se résigner à mettre la clé sous la porte, plusieurs autres font des pieds et des mains pour passer au travers. Montréal en Lumière, festival célébrant la gastronomie montréalaise, tend une perche aux Québécois avec la campagne «J’adore mon resto» afin d’éviter que plus de chefs d’ici raccrochent leur tablier définitivement.

«Envoyer de l’amour à vos restaurateurs et faites-vous plaisir ! La gastronomie québécoise fait partie de notre identité culturelle. Elle est rassembleuse et goûteuse, inventive et invitante, traditionnelle, mais aussi multiculturelle, affirme Marina Orsini, porte-parole de la campagne. Nous nous devons de la soutenir et de la célébrer comme il se doit: ensemble, adorons nos restos.

Mais que peuvent faire les consommateurs pour aider concrètement? Voici 15 idées simples :

  • Offrir le lunch à un travailleur de la santé de votre entourage;
  • Faire livrer un repas à un proche dans le besoin;
  • Faire une soirée resto-virtuelle entre amis;
  • Offrir des cartes-cadeaux de restaurants;
  • Laisser un pourboire à la hauteur de ses moyens;
  • Commander un menu Saint-Valentin de son resto pref;
  • Acheter un sac réutilisable «J’adore mon resto» (disponible dans les restaurants participants);
  • Remplir son garde-manger de produits préparés par des restaurateurs de chez nous;
  • Partager des photos de ses commandes avec le mot-clic #jadoremonresto;
  • Aller chercher sa commande directement au resto avant 19h30;
  • Parler du mouvement «J’adore mon resto» sur les réseaux sociaux;
  • Encourager un établissement qui s’approvisionne auprès de producteurs québécois;
  • Acheter vins et alcools proposés par les restaurateurs;
  • Porter les produits dévirés d’un restaurant, par exemple casquette, t-shirt ou crewneck;
  • Commander un repas directement sur le site du restaurateur, et non sur une plate-forme de type UberEats, Doordash ou Skip The Dishes qui soutire jusqu’à 30% du montant de la facture.

Montréal en Lumière aimerait également que les Québécois participent à identifier les endroits où on sert, par exemple, la meilleure pizza, les meilleurs sushis ou encore les meilleurs dumplings.

La campagne «J’adore mon resto» survient alors que la situation de certaines adresses en zone rouge, dont les salles à manger sont fermées depuis le mois d’octobre, est très critique.

La tension entre les restaurateurs et le gouvernement Legault est d’ailleurs palpable. En fin d’année 2020, ils sont plusieurs à avoir vendu illégalement des bouteilles de vin sans repas, un acte de désobéissance civile pour presser Québec à réformer leur permis de vente d’alcool. Le gouvernement provincial a adopté une nouvelle loi le 11 décembre dernier, mais elle ne permet toujours pas la vente pour emporter de vin sans achat de repas.

Certains avaient même adressé un doigt d’honneur au premier ministre sur les réseaux sociaux pour dénoncer les délais d’attente de l’aide provinciale promise à l’industrie l’automne dernier.

L’industrie de la restauration en chiffres

  • 2 % de l’économie québécoise
  • 14,3 milliards en ventes
  • Environ 20000 établissements
  • de restauration commerciale à travers le Québec
  • 240021 emplois et 4,9 milliards en salaire versé
  • 1,4 milliard de revenus en TVQ et 715 millions de revenus en TPS
  • 2,5 milliards en achats de produits alimentaires québécois

(Source : Association Restauration Québec, statistiques 2019)

22 choses à faire qu'on repousse tout le temps
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.