DIVERTISSEMENT
05/09/2018 08:16 EDT | Actualisé 05/09/2018 12:02 EDT

Léa Clermont-Dion réplique au message controversé de Marie-Lyne Joncas

«C’est juste dommage de blâmer (encore) les filles d’assumer ce qu’elles sont et de tenter de policer leur corps en les dénigrant...»

Facebook/Léa-Clermont Dion Facebook/Marie-Lyne Joncas

Un vent de controverse a soufflé sur Instagram, ce mardi 4 septembre, après que Marie-Lyne Joncas eut donné son opinion sur la surexposition du corps féminin sur le réseau social.

«Ga moé, belle comme le jour. Pis j'ai pas le cul à l'air [sic], a lancé l'humoriste. C'est fou pareil de se dire qu'en 2018, c'est normal, de se mettre quasi nue sur Instagram. (Même pour les petites pouliches de 15-16 ans).»

«Bravo pour vos photos de fesses les filles... Mais là, je vais vous le dire, c'est rendu comme le perçage de nombril en 2004... C'est la personne qui n'en a pas qui est rendue cool. Un mot: DOSAGE. La vraie beauté est à l'intérieur, pas dans ton maillot.»

LIRE AUSSI

» Pourquoi des personnalités connues se mettent-elles nues sur Instagram?

La publication a été aimée plus de 6000 fois, mais a aussi été critiquée sévèrement par plusieurs.

«Ben voyons donc... un mot : slut-shaming

«Ga moé; belle comme le jour, à accepter mon corps et respecter ceux des autres en jugeant personnes sur leur choix. DOSAGE. Ça m'donne crissement envie de poster une photo d'mon cul sur instagram là... oh wait. Done.» [sic]

«Pour t'aider à comprendre, tu peux aller t'informer sur le slut-shaming, la culture du viol et le féminisme. J'espère que tu trouveras tes réponses.»

«J'suis un peu déçue de ton post, jt'aimais bien. M'essemble que je passe ma vie à me faire dire quoi faire avec mon corps par des hommes, ca me suprend chaque fois que d'autres femmes le font. Vivement le jour où on peut toute s'accepter pour ce que l'on est» [sic]

«Ridicule. Tu défends tes points, mais tu te renfonces... c'est triste. Poste ce que tu veux, mais n'écris pas de long texte pour faire sentir les filles mal à laise de s'aimer. Penses ce que tu veux, mais garde le pour toi car ça blesse parfois. Tse une paire de fesses ca definit pas une personne comme tu sembles le croire PAUVRE FILLE» [sic]

Certains internautes ont tenu, pour leur part, à souligner que la jeune femme a aussi droit à son opinion.

«Ayoye vous êtes la à dire girl support girl pis à dire wake up on est en 2018, ben justement le vivre et laisser c'est aussi laisser quelqu'un s'exprimer sans nécessairement être d'accord sur ses points mais accepter l'opinion des autres, ce que vous êtes pas capable de faire.» [sic]

Quelques heures plus tard, Léa Clermont-Dion s'est mêlée à la conversation par l'entremise de son propre compte Instagram.

«C'est juste dommage de blâmer (encore) les filles d'assumer ce qu'elles sont et de tenter de policer leur corps en les dénigrant», a-t-elle déclaré. Me semble qu'on en a assez avec le patriarcat. Ce n'était pas nécessaire. Mais bon, les maladresses permettent certaines prises de conscience.»

En mai dernier, la jeune femme avait également tenu à répliquer à Denys Arcand en ce qui a trait aux mots et au ton employés par ce dernier pour parler des «féministes enragées».

À voir également :