Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Gala Les Olivier 2015: on rigole sur le tapis rouge (VIDÉOS/PHOTOS)

L’heure qui précédait le 17e Gala les Olivier a été fort occupée pour les journalistes massés aux abords du tapis rouge, déroulé dans le couloir de l’entrée de Radio-Canada. Les humoristes ont défilé un à un dans leurs plus beaux habits, avant de s’engouffrer dans le Studio 42, où la fête animée par Laurent Paquin avait lieu. Les vedettes les plus en vue – Louis-José Houde, Rachid Badouri, Sugar Sammy, etc – ne se sont pointés qu’à la toute dernière minute.

Voici quelques échantillons d’entrevues réalisées entre deux éclats de rire.

Mike Ward et Maxim Martin ont marché côte à côte sur le tapis rouge, visiblement très détendus. «C’est une espèce de coming out, a statué Maxim. Les humoristes osés et vulgaires se tiennent ensemble. Il est temps qu’on fasse front commun!» Quelques heures avant le gala, Mike Ward avait blagué sur les réseaux sociaux en affirmant que, pour son premier one man show, il avait récolté quatre nominations aux Olivier, pour son deuxième, il en avait reçu trois et, pour son dernier, Chien, qu’il lançait à la fin de 2014, on lui en a octroyé deux. «Si la tendance se maintient, je vais travailler chez Harvey’s après les fêtes!», avait-il écrit sur Twitter. Mais qu’on ne s’y méprenne pas, Mike n’est pas du tout amer. «Vraiment pas, vraiment pas, a-t-il assuré. Je suis très heureux avec ma carrière. Si je gagne un trophée, je vais le donner à quelqu’un qui n’en a jamais gagné. Je fais tout le temps ça…»

Virginie Fortin et Mariana Mazza formaient elles aussi un duo, comme sur scène dans leur spectacle Mazza/Fortin, à leur arrivée aux Olivier. Virginie Fortin a déclaré d’un air horrifié qu’elle était tout juste de retour d’un voyage au Nicaragua, où elle s’est fait piquer par une raie, à son grand désespoir. «J’ai survécu à ça», a-t-elle laissé tomber, avec une fierté mêlée de dégoût.

Plus tôt dans la journée, Virginie avait martelé sur les réseaux sociaux qu’elle souhaitait qu’on lui pose davantage de questions sur son travail que sur la provenance de sa robe, sur le tapis rouge des Olivier. Elle n’a toutefois pu s’empêcher d’énumérer d’un trait, lorsque nous l’avons taquinée à ce sujet : «Je vais te le dire d’où elle vient, ma robe, a-t-elle lancé de son air pince-sans-rire. Je l’ai payée 35$ au Macy’s, c’est une French Connexion vieille de trois ans, qu’on m’a quasiment donnée. Ce sont les mêmes souliers chaque maudite année. Ce que j’ai dans la face, c’est un maquillage fait par la merveilleuse Jennifer Dionne. Et Jason Williams a fait mes cheveux.» Sa copine Mariana arborait de son côté un bustier sexy, ajusté et très clinquant. «Je m’inspire de Lady Gaga et de Madonna, a-t-elle avoué. L’an prochain, je viens en morceaux de poulet!» Les deux filles étaient en nomination dans la catégorie Découverte de l’année et ne se sentaient nullement en compétition. «C’est super flatteur, c’est super le fun, mais où tu veux que je le mette mon Olivier, pendant le party, après le gala? J’aime autant ne pas le gagner!», a joyeusement vociféré Virginie.

Jean-René Dufort est monté chercher les Oliviers de la Série humoristique de l’année et du Spécial humoristique de l’année, décernés à Infoman, et Infoman 2014 (la revue de fin d’année), pendant le gala. Ce que vous n’avez peut-être pas perçu via votre petit écran, c’est à quel point l’animateur était nerveux de devoir remercier devant l’assistance. C’est ce qu’il nous a confié sur le tapis rouge. «On est toujours pourris dans les remerciements, a avoué Jean-René Dufort. On remercie toujours "tout croche", parce que ça nous émeut. On n’est pas des machines comme les humoristes, qui peuvent faire cinq minutes de stand-up écoeurant, à chaque fois qu’ils gagnent. On est nuls, alors ça me stresse énormément. L’an dernier, je m’en suis sauvé, et mes collègues m’ont tellement «ramassé» que cette année, je devais y aller moi-même. Je trouve que c’est un honneur incroyable de gagner un Olivier, mais je n’aime pas remercier.» Infoman reprendra l’antenne de Radio-Canada à l’automne pour une 16e saison, et Jean-René n’a pas le temps d’entretenir d’autres projets parallèlement à la production de l’émission. «Ça me prend un temps fou, a-t-il exposé. Mais je ne suis pas tanné. J’ai dit à Radio-Canada de me sacrer dehors quand eux, seraient tannés. Moi, j’ai autant de plaisir qu’avant. »

Philippe Laprise a brièvement parlé de son émission spéciale, L’heure à Laprise, qu’il animera à VRAK le 5 juin prochain, un rendez-vous complètement éclaté où il sera momentanément «maître de l’univers». «Ce sera une belle folie, a laissé miroiter Philippe. Juste des sketchs humoristiques, en compagnie de quatre partenaires de jeu extraordinaires. Ça va être malade. Ne ratez pas ça! Je travaille là-dessus avec mon équipe depuis janvier.» Philippe a par ailleurs promis qu’une quatrième édition de Meilleur avant le 31, bon pareil le 1er, projet pour lequel il était en nomination dimanche, sera diffusée à VRAK le 31 décembre prochain.

Rachid Badouri partage son temps entre la France et le Québec, à raison d’environ six mois à un endroit et six mois à l’autre. «C’est pour les taxes», a-t-il plaidé en éclatant de rire, avant de préciser qu’il s’agissait d’une blague. Dans les prochains mois, Rachid Badouri continuera sa tournée Badouri Rechargé des deux côtés de l’Atlantique, prendra part au festival Just For Laughs et enregistrera des émissions avec l’animateur Arthur, en France.

François Morency a raconté qu’il a plusieurs projets sur sa table de chevet, par les temps qui courent : son retour à la barre de NRJ le matin, à l’automne, la suite de sa tournée Furieusement calme, des idées en développement pour la télévision, des participations aux festivals Juste pour rire et Grand rire, ainsi que deux ébauches de livres, la suite de son recueil d’anecdotes Dure soirée, qu’il a lancé il y a deux ans, et un autre type d’ouvrage, qui ne sera pas un roman ni une compilation de témoignages, mais qui demeurera dans le registre humoristique. À propos du départ de Philippe Bond de NRJ le matin pour se joindre à l’émission Gérants d’estrades, en fin d’après-midi, avec Éric Salvail, Morency a simplement dit : «Ce n’est pas parce que tu perds un joueur dans ce contexte-là qu’il ne viendra pas jouer de temps en temps…». Une histoire à suivre, donc!

Le comédien et humoriste Martin Vachon, qu’on voit chaque semaine dans Mémoires vives et qui est du spectacle Ma première fois, s’apprête à convoler en justes noces avec sa conjointe des six dernières années, Catherine, une designer graphique. «On se marie en septembre, nous a informé Martin. On est dans la préparation, en ce moment. En fait, Catherine est dans la préparation, et moi, j’acquiesce. Je suis dans l’approbation (rires)». La cérémonie, qui devrait réunir 140 proches et amis du couple, se tiendra à Magog. Ensuite, les amoureux songeront à fonder une famille. «J’attends d’être marié pour faire l’amour. Aucun humoriste ne vit dans le péché», a badiné Martin en rigolant. Martin a aussi admis qu’il espère fort être en nomination à titre de Découverte de l’année au 18eGala les Olivier, l’an prochain. D’ici là, il incarnera un nouveau personnage dans La théorie du KO, à Radio-Canada. «Je suis un fan de lutte, alors je suis très content d’avoir la chance d’être dans un ring, pour une fois dans ma vie!»

INOLTRE SU HUFFPOST

Tapis rouge Gala Les Olivier 2015

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.