LES BLOGUES
13/01/2019 06:00 EST | Actualisé 13/01/2019 06:00 EST

Rencontre entre deux étrangers: végétarisme et nomades mongoles

La nourriture a rendu mon voyage ardu. C'est probablement le pays où ç’a été le plus difficile de voyager jusqu’à maintenant.

J’ai eu la chance de rester dans une famille nomade en Mongolie pendant quelques jours. Apprendre sur l’élevage du bétail et la façon de prendre soin des animaux a été toute une expérience.
Sonia Li
J’ai eu la chance de rester dans une famille nomade en Mongolie pendant quelques jours. Apprendre sur l’élevage du bétail et la façon de prendre soin des animaux a été toute une expérience.

Après cinq ans de végétarisme, manger de la viande en Mongolie a été très, très difficile. Cela m'a pris énormément de travail mental. Et, malheureusement, je ne peux pas dire que j'ai aimé l'expérience.

La première fois que j'en ai consommé, je m'en souviens comme si c'était hier. Bien que j'ai essayé le plus possible de rester inexpressive, mon langage facial m'a trahie. Bonjour les grimaces. Chaque fois, c'était la même histoire: contrôle ton expression faciale!

Je ne mâchais pas la viande, je l'avalais.

Malgré que j'étais plus qu'heureuse de retourner à un régime végétarien, je peux vous dire que la viande que les Mongols consomment était «heureuse».

Mais quand on est dans le désert, il n'y a rien d'autre. J'ai eu la chance de rester dans une famille nomade en Mongolie pendant quelques jours. Apprendre sur l'élevage du bétail et la façon de prendre soin des animaux a été toute une expérience. Malgré le fait que j'étais plus qu'heureuse de retourner à un régime végétarien, je peux vous dire que la viande que les Mongols consomment était heureuse. Ils savent d'où elle provient, a contrario de la majorité des gens dans le monde. Les Mongols ne gaspillent pas la viande, ils la consomment entièrement. Le terme «élevage en liberté» est poussé à un autre niveau, ici. Et j'ai énormément de respect pour cela.

Sonia Li

Bien que je sois végétarienne, je suis une activiste pour une diminution de la consommation de viande et pour que celle-ci soit de meilleure qualité. Tout le monde ne doit pas être nécessairement végétarien, à mon avis. Je sais que plusieurs végétarien.ne.s et véganes ne seraient pas d'accord avec moi, mais le contexte et la situation économique des gens sont des facteurs qu'on ne peut pas mettre complètement de côté. Et la Mongolie en est un parfait exemple.

Sonia Li

Savoir d'où vient notre nourriture est très important. On devrait, comme société, se soucier davantage de la provenance de nos aliments, pour notre santé, la nature et pour les gens qui ont travaillé avec acharnement tous les jours pour nous fournir de la nourriture, de l'énergie. La nourriture a toujours été au centre de ma vie, tout comme l'agriculture. Et comme je me soucie de l'environnement, la nourriture est un outil fantastique pour la protection de la nature.

La nourriture a rendu mon voyage difficile. C'est probablement le pays où ç'a été le plus difficile de voyager jusqu'à maintenant.

Alors si c'est possible pour vous, allez parler à votre fermier, votre boucher, votre fromager, votre chef préféré et tous ceux qui sont impliqués dans la chaîne. Ils ont des connaissances incroyables sur notre planète, la nourriture et la nature, et vous expliqueront qu'ils sont tous interconnectés. Je lève mon chapeau à toutes ces personnes, et plus spécialement à mes amis agriculteurs pour qui j'ai énormément de respect.

Sonia Li

Mon passage en Mongolie m'aura marqué, en grande partie à cause de la nourriture. Elle aura grandement teinté mon expérience et rendu mon voyage ardu. C'est probablement le pays où ç'a été le plus difficile de voyager jusqu'à maintenant.

Mais mon expérience avec la nourriture dans le pays m'aura aussi permis de réfléchir sur nos systèmes alimentaires, les traditions mongoles, et aussi comment je conçois le voyage et la découverte. C'est certainement un pays qui mérite d'être découvert, et j'y retournerai la prochaine fois avec un regard nouveau, une approche différente.

Ce texte a d'abord été publié sur le blogue Solivagant.

À LIRE AUSSI:

» Une femme asiatique au Moyen-Orient: déconstruire les préjugés
» Troubles anxieux: comment faire face à ses peurs?
» La dérive universitaire

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.