Valentina Sampaio, première trans dans l'emblématique «Sports Illustrated»

«C’est un rêve devenu réalité!»

Chaque année, depuis 56 ans, le magazine Sports Illustrated lance son populaire numéro consacré aux maillots de bain dans lequel figurent toujours de véritables bombes, des femmes somptueuses comme Heidi Klum, Ashley Graham ou Tyra Banks. Cette année, c’est le mannequin brésilien transgenre Valentina Sampaio qui y tient la vedette. Une première!

«Je suis excitée et honorée de faire partie de cette édition du Sports Illustrated Swimsuit, affirme-t-elle sur Instagram. L’équipe du magazine a créé une autre publication sensationnelle en réunissant un groupe diversifié de magnifiques femmes aux multiples talents d’une manière créative et digne.»

Le magazine confirme ainsi son engagement pour l’inclusion et la diversité. En 2016, il présentait le premier mannequin taille plus, Ashley Graham, puis en 2019 la première femme couverte d’un hijab en plus de choisir Tyra Banks, 46 ans, en couverture.

«Notre objectif quand on sélectionne qui fera partie de la nouvelle édition est de se concentrer sur les femmes les plus inspirantes, intéressantes et multidimensionnelles», a affirmé la rédactrice en chef du Sports Illustrated, MJ Day, en entrevue avec Vogue.

Valentina Sampaio, aussi grande défenderesse de la communauté LGBTQ+, roule sa bosse dans l’industrie de la mode depuis un bon moment déjà. Elle s’était notamment démarquée dans des campagnes beauté de Marc Jacobs ou L’Oréal, a défilé pour Jean-Paul Gaultier, a été le premier mannequin transgenre engagé par Victoria’s Secret, et a déjà fait la couverture du Vogue Paris et de plusieurs éditions du Elle à travers le monde.

En apparaissant dans le plus récent Sports Illustrated, très prisé des Américains, tout porte à croire que cela contribuera à la cause transgenre.

«J’espère qu’un jour, ce ne sera pas important, que ce ne sera pas nouveau [NDLR : de voir des transgenres dans les magazines], affirme Valentina. Je me sens forte, et je me sens motivée à me battre, non seulement pour moi, mais pour tout le monde que je représente. Je reconnais que je suis l’une des privilégiées et mon intention est d’honorer ça du mieux que je peux.»

La Brésilienne rêve également que ses clichés aient une influence sur son pays natal, où, insiste-t-elle, il y a encore le plus haut taux de crimes violents perpétrés sur la communauté transgenre.

Valentina Sampaio