NOUVELLES
26/01/2021 11:06 EST

Attaque du Capitole: cette nouvelle vidéo montre à quel point les émeutiers ont été influencés par Trump

Cette compilation de vidéos – dont plusieurs sont issues du réseau social de droite Parler – nous fait revivre la journée du côté des assaillants. Et ça donne froid dans le dos.

Une nouvelle vidéo montre comment Donald Trump a incité ses partisans à l’assaut meurtrier du Capitole américain. La compilation ci-dessus présente les propos de celui qui était alors président et met en vedette des émeutiers convaincus qu’ils suivent les ordres de Trump alors qu’ils s’introduisent violemment dans le bâtiment.

La vidéo de 10 minutes, publiée par Just Security, un forum en ligne hébergé par le Reiss Center on Law and Security de la New York University School of Law, est une compilation de scènes, dont beaucoup proviennent de la plateforme de médias sociaux de droite Parler.

«Les vidéos, ainsi que d’autres informations publiques, fournissent des preuves solides d’un lien de causalité entre les messages de Trump à ses partisans et leur conduite dangereuse et illégale», affirme Just Security dans un communiqué publié sur son site Web. Ils démontrent également que «Trump a mis la vie du vice-président Mike Pence, entre autres, en grave danger», lit-on également. 

Cinq personnes, dont un policier, ont été tuées lors de l’attaque du 6 janvier contre le Capitole par des partisans de Trump à la suite de ses remarques lors d’un rassemblement près de la Maison-Blanche. Trump avait alors exhorté la foule à «se battre comme un enfer».

Voici quelques citations de divers manifestants tirées de la vidéo:

 «Le président Trump a dit que nous n’abandonnerons pas la Maison-Blanche. Il a dit que nous allons nous battre.» [...] «Nous sommes ici pour reprendre notre pays.» [...] «Nous ne plaisantons pas.»

«Envahir le Capitole!»
«Allons prendre le Capitole!»
«Prenons le Capitole!»
«Prenons le Capitole maintenant!»

«Combattons pour Trump! Combattons pour Trump! Combattons pour Trump!»

«Le président Trump est ici au Capitole avec nous. Nous avons vu son convoi. Ça s’en vient sérieux! (shit is about to get real

«Je suis très inquiet à propos de Mike Pence. Je n’ai aucune idée de ce qu’il va faire. Pas aimé la façon dont le président a parlé de ça. Et... Je ne sais pas... On va voir. On marche vers le Capitole présentement. Et, je ne sais pas, peut-être qu’on va enfoncer les portes.»

[Au téléphone dans le Capitole] «Est-ce que peux parler à Pelosi? Oui, on s’en vient b*tch. Oh Mike Pence, on s’en vient pour toi aussi, putain de traître!»

 «Où est Pence?» «Emmenez-le!» «Emmenez-le!»

[S’adressant à la sécurité] «Vous êtes moins nombreux. On est un million dehors. Et on écoute Trump, votre patron!»

«Je sentais que je faisais mon devoir de patriote. [...] Moi personnellement, je n’ai pas senti de honte ou de culpabilité, au fond de moi, pour ce que j’ai fait. Je pensais que je suivais mon président, je pensais que je suivais ce qu’on nous demandait de faire. [...] Il nous a demandé de nous rendre là. Il nous a demandé d’être là. Alors je faisais ce qu’il nous avait demandé de faire. Est-ce qu’au fond de moi je me sens comme une criminelle? Non.»

 

La Chambre des représentants a voté la destitution de Trump pour «incitation à l’insurrection» et a officiellement transmis l’accusation au Sénat lundi pour un procès en destitution, qui devrait débuter le 9 février. Les législateurs démocrates étudiaient la vidéo de Just Security pour les aider dans leur stratégie afin de mettre en évidence les commentaires incendiaires de Trump et la réponse de ses partisans, rapporte le Washington Post.

Ils pensent que de tels visuels seront la clé contre Trump, en montrant clairement ses propos persuasifs, la réaction violente de ses partisans et le péril auquel les élus ont été confrontés alors qu’ils étaient piégés à l’intérieur du Capitole pendant l’insurrection.

Même le chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, a déclaré que Trump avait «provoqué» la foule qui s’est déplacée vers le Capitole avec son discours et ses mensonges selon lesquels l’élection présidentielle, remportée par le démocrate Joe Biden, était en proie à la fraude électorale.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l’anglais.