LES BLOGUES
04/05/2019 06:00 EDT | Actualisé 17/05/2019 11:46 EDT

L'affaire Khadr

Combien vaut une détention arbitraire de dix ans? Combien valent une détention et la torture d'un enfant?

CP/Jason Franson
Omar Khadr, ancien prisonnier de Guantanamo, avec son avocat, Nathan Whitling, devant le tribunal d'Edmonton, le 25 mars 2019. Un juge a déclaré que Omar Khadr avait purgé sa peine.

Comme beaucoup de téléspectateurs, j'ai regardé Tout le monde en parle le dimanche 21 avril. J'ai écouté et réécouté l'entrevue avec Omar Khadr. Je ne vais pas me faire d'amis parmi ceux qui vilipendent ce jeune homme, qui aurait possiblement tué un soldat américain en Afghanistan, en 2002. Je dis possiblement, car les Américains n'en sont pas certains. Mais pour sortir de ce cloaque, on a fait plaider coupable un innocent.

Le 11 octobre 2008, l'émission Enquête, de Radio-Canada, a produit un reportage sur une enquête exhaustive sur ce qui est reproché à Omar Khadr. Lors du bombardement qui a précédé l'attaque au sol par les Américains, Khadr a été blessé aux yeux, et l'enquêteur américain a écrit qu'il se demandait comment Khadr aurait pu lancer une grenade étant donné l'étendue des blessures qu'il avait aux yeux.

Selon les photos, les blessures à la poitrine de Khadr sont des sorties de balles et, dans un autre cas, qu'il a été tiré dans le dos. L'un des principaux soldats américains déclare avoir vu un combattant tirer avec un AK-47. Le soldat l'a alors abattu. Le même soldat a alors vu Khadr dans le même couloir, face contre un mur. Ce soldat affirme lui avoir tiré dans le dos.

Un rapport écrit le lendemain de l'attaque par un des chefs du commando américain affirme que celui qui a lancé la grenade a été tué par le commando.

J'aimerais juste tenter de faire comprendre qu'un gamin de 12 ou 13 ans, amené par son père en Afghanistan, n'aurait pu refuser pareille demande de son père. J'aimerais aussi tenter de faire comprendre que cet enfant fut embrigadé au même titre qu'un tas d'autres enfants soldats. Il n'est pas le premier ni le dernier. C'est le système des sectes: tu pries, tu manges en priant, tu travailles en priant, on te gave de propagande, on te prépare au grand combat et tu re-pries.

Des nations dites civilisées l'ont fait avant eux: les Russes en 1917, les Espagnols entre 1933 et 1936, les Allemands entre 1936 et 1945, les Chinois de Mao en 1967, les Viêt-Cong dans les années 50 à 70, les Cambodgiens de Pol Pot en 1973, les pays africains avec le Libéria, le Niger, le Soudan, les Iraniens avec les enfants de la révolution allant combattre les voisins irakiens armés par les Européens, et les Américains dans les années '80... et je peux en trouver un peu plus.

Maintenant, j'aimerais aussi rappeler que nous avons signé à l'ONU cette convention sur les enfants soldats, parrainé par le général Dallaire et applaudi par tous. Une convention reconnaissant les droits de ces enfants. Droits qui ont été totalement bafoués par notre gouvernement dans ce cas précis.

Ce jeune garçon est resté dix années dans la célèbre prison de Guantanamo, où tout était permis. Les Canadiens qui l'ont interrogé n'ont rien fait pour le sortir de là. Le Canada a renié sa parole pour être bien vu par notre géant voisin, qui a tant soutenu les régimes corrompus de Diem à Noriega.

PA Archive/PA Images
Capture d'écran d'une vidéo montrant Omar Khadr interviewé par des agents du SCRS à Guantanamo en février 2003, à l'âge de 16 ans.

J'aimerais rappeler que, à la suite du 11 septembre 2001, un président s'est mis en tête de retrouver Ben Laden en Afghanistan. Ce leader protégé par des méchants talibans, jadis entrainés par les Américains au Pakistan pour contrer les méchants Russes de l'époque, et que l'on retrouvera le 2 mai 2011 dans une villa au Pakistan.

Il y a autre chose: ce gamin était en Afghanistan et croyait à l'époque combattre des envahisseurs. Tout comme beaucoup de soldats irakiens lors de l'invasion par les Américains.

Combien de jeunes ont été amenés et torturés dans les prisons irakiennes? Vous savez, les tortures permises... comme la serviette remplie d'eau (noyade contrôlée).

Dernière chose: dans un reportage de la télé américaine datant de quelques années, deux militaires sur les lieux avaient déclaré qu'il était impossible de savoir si Khadr avait lancé cette grenade d'autant plus qu'il était blessé et retiré des autres. Mais aux É.-U., si tu participes, tu es aussi coupable que les autres.

Combien vaut une détention arbitraire de dix ans? Combien valent une détention et la torture d'un enfant? Et si c'était le vôtre?

À LIRE AUSSI:

» Dossier école à la maison: ça ne dérougit pas!

» Les politiques face à la montée des eaux

» De l'islam, des musulmans et du terrorisme

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.