LES BLOGUES
02/05/2019 11:27 EDT | Actualisé 02/05/2019 11:27 EDT

Les politiques face à la montée des eaux

Sur le plan politique, François Legault et Geneviève Guilbault se sont montrés à la hauteur de la tâche et ont accompli leur devoir avec justesse, sécurisant les citoyens face aux lois naturelles et évitant toute perte humaine.

CP/Ryan Remiorz
Une fois les brèches colmatées, il restera désormais à trouver comment s'ajuster en conséquence afin de minimiser les dommages matériels quand survient ce type de séquence saisonnière.

Pour plusieurs Québécois, la présente transition saisonnière se manifeste malencontreusement en une difficile épreuve écologique, avec la fonte des neiges et le niveau des eaux qui en vient à monter de façon phénoménale au sein de certaines zones résidentielles, occasionnant à cet effet des pertes matérielles, mais aussi patrimoniales.

Fort heureusement, aucune vie humaine n'aura été perdue en raison de cette période contraignante, ce qui est une excellente chose en soi. Il importe de saluer la gestion politique de la crise par le gouvernement provincial, particulièrement à travers la droiture et le stoïcisme de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Assurant constamment une saine coordination entre les différentes forces de la sécurité publique, en parallèle avec le support de l'armée fédérale, la vice-première ministre du Québec nous démontre clairement une aisance en ce qui a trait à la capacité de gouvernance.

Sa sensibilité face à la protection nationale, mais aussi la sécurité des citoyens trace la voie pour des politiques qui agencent le pragmatisme et l'humanisme avec succès.

En revanche, pour l'image de Justin Trudeau, cette séquence politique ne lui aura pas été aussi bénéfique. De visite à Ottawa, il avait cherché à s'impliquer directement sur le terrain et à fournir une aide physique afin de remplir des sacs de sable. Or, ce faisant, l'attention médiatique était spécifiquement axée sur sa personne, restreignant le champ d'action, et le flux de production s'en voyait conséquemment ralenti.

L'un des citoyens sur place perdit patience et en vint à l'interpeler pour lui signifier le ralentissement occasionné par cette manœuvre politique. Il faut dire que l'excès de symbolisme véhiculé par le premier ministre du Canada lui a souvent été reproché au cours de sa gouvernance.

Du côté de Québec solidaire, le parti estimait qu'après coup un débat d'urgence à l'Assemblée nationale s'impose afin de répondre à la crise par des mesures politiques appropriées. François Legault rejette d'emblée cette proposition, priorisant plutôt la mise en place de consultations en compagnie des municipalités et de spécialistes qui, ironise-t-il, «savent de quoi ils parlent». Un comité interministériel lui semble être la voie appropriée.

Finalement, malgré la profonde angoisse qui guette les riverains concernés, l'ensemble des pertes personnelles subies et toutes les problématiques nationales occasionnées, sur le plan politique, le premier ministre du Québec François Legault et la vice-première ministre Geneviève Guilbault se sont montrés à la hauteur de la tâche et ont accompli leur devoir avec justesse, sécurisant les citoyens face aux lois naturelles et évitant toute perte humaine.

Une fois les brèches colmatées, il restera désormais à trouver comment s'ajuster en conséquence afin de minimiser les dommages matériels quand survient ce type de séquence saisonnière.

À LIRE AUSSI:

» L'histoire tragique d'une jeune fille de 24 ans qui souffrait intérieurement

» Pandémie médiatique

» Le secteur public est-il à risque d'être saigné par la pénurie de main-d'œuvre?

La section des blogues propose des textes personnels qui reflètent l'opinion de leurs auteurs et pas nécessairement celle du HuffPost Québec.