LES BLOGUES
31/07/2018 17:32 EDT | Actualisé 31/07/2018 17:49 EDT

Ordonnances de lunettes et de lentilles cornéennes: tout ne peut pas être fait en ligne

Un mauvais ajustement des lunettes ou des lentilles cornéennes peut causer de sérieux maux de tête, au sens propre comme au sens figuré.

Kwangmoozaa via Getty Images

Alors que la vente de lunettes et de lentilles en ligne est en constante croissance depuis les dernières années, le Bureau de la concurrence a mis en garde, la semaine dernière, les gouvernements contre la réglementation dans l'industrie de la lunetterie, et son incidence éventuelle sur la capacité des consommateurs à obtenir des produits de prescription en ligne.

Le Bureau craint que la réglementation en place ne limite les avantages que le consommateur peut retirer de cette vente en ligne en termes de prix, de choix, d'innovation et d'accès aux produits.

En limitant son analyse à la seule question concurrentielle, le Bureau de la concurrence néglige l'aspect essentiel qui devrait retenir l'attention des autorités, soit celui de la qualité des soins prodigués aux personnes nécessitant une orthèse visuelle. Telle que l'affirme l'Association canadienne des optométristes, appuyée par de nombreux organismes de réglementation provinciaux (Nouvelle-Écosse, Ontario, Saskatchewan, Colombie-Britannique, Québec), la vente non réglementée d'articles de lunetterie en ligne pourrait compromettre les soins qui doivent être offerts.

Un mauvais ajustement des lunettes ou des lentilles cornéennes peut en effet causer de sérieux maux de tête, au sens propre comme au sens figuré.

D'une part, le client ne peut avoir la garantie d'un bon ajustement lorsqu'il commande en ligne, ce qui peut entraîner au final une facture plus élevée s'il faut commander à nouveau, ou une dépense inutile si les produits commandés ne sont pas portés faute d'un ajustement adéquat.

D'autre part, un mauvais ajustement peut causer des symptômes désagréables, tels que de l'inconfort, de la fatigue visuelle et des maux de tête. Le manque d'encadrement notamment en lentilles cornéennes peut avoir des conséquences importantes sur l'intégrité physique de l'œil. Les opticiens d'ordonnance, tout comme les optométristes, ont une responsabilité déontologique d'assurer la protection du public imposée par l'État, que les entreprises de vente en ligne n'ont pas.

Cette absence de protection peut représenter un risque pour les personnes présentant des prescriptions complexes, de jeunes enfants, des aînés ou des personnes vulnérables.

Il faut également préciser que, pour les opticiens d'ordonnance, une personne qui se procure des lunettes ou des lentilles cornéennes n'est pas un consommateur – comme l'entend le Bureau de la concurrence – mais bien un client au service duquel ils sont et auquel ils doivent offrir une orthèse visuelle qui améliore son bien-être et sa qualité de vie. Il est dommage de croire qu'en 2018, une personne n'a pas besoin de la même qualité de services pour obtenir une orthèse visuelle qu'avant la venue de la vente en ligne.

Il importe donc de rappeler une chose importante au sujet du commerce en ligne dans le secteur de la lunetterie: tout ne peut pas se faire en ligne.

En contrepartie des arguments amenés par le Bureau de la concurrence, il est essentiel de porter à l'attention de la population ces éléments de protection des personnes, voire de santé publique, afin que tous puissent y voir clair lorsque vient le temps de faire un choix concernant la santé oculovisuelle ou d'évaluer la réglementation qui l'entoure.

À LIRE AUSSI:

» Changements climatiques et santé: l'incohérence du gouvernement Couillard
» Dire «merci» plutôt que «désolée» a changé ma vie
» López Obrador: l'espoir du Mexique

À VOIR AUSSI: