LES BLOGUES
30/07/2018 14:17 EDT | Actualisé 30/07/2018 14:40 EDT

Changements climatiques et santé: l’incohérence du gouvernement Couillard

Voilà l’incohérence morbide de l’action du Parti libéral en matière de santé publique et d’énergie.

Getty Images/iStockphoto

La canicule observée à l'échelle planétaire du 28 juin au 5 juillet ne peut être attribuée directement aux changements climatiques. Toutefois, les changements climatiques en cours contribuent à accroître la fréquence et l'intensité de telles vagues de chaleur; les deux phénomènes sont étroitement liés.

Au Québec, cette canicule aurait causé au moins 89 morts. Le rapport préliminaire de la santé publique a avancé, le 18 juillet, que les décès survenus à Montréal seraient majoritairement survenus chez les hommes vivant seuls. Les victimes sont âgées et présentaient des problèmes cardiovasculaires et respiratoires, des troubles de santé mentale, de la dépendance à l'alcool ou aux drogues, et n'avaient pas accès à l'air climatisé. La majorité des victimes habitaient au sein d'îlots de chaleur.

L'absence de climatisation résidentielle et institutionnelle, et la présence d'îlots de chaleur en milieu urbain contribuent à augmenter le risque de mortalité. Grâce à diverses mesures, telles l'ajout d'arbres et de végétation dans nos villes, des subventions à l'achat de climatiseurs et la modification de la couleur de la chaussée, un gouvernement qui dit agir pour le bien de la collectivité peut prévenir ou atténuer les effets nocifs des canicules.

Il est notoire que la ventilation et la climatisation sont déficientes dans les CHSLD. En ce qui concerne la canicule que nous venons de connaître, il est surprenant qu'aucun décès n'ait été recensé au sein des 37 000 patients qui y résident, et dont la santé ne peut être que fragilisée lors de vagues de chaleur.

Dans son édition du 7 juillet, le Journal de Québec rapporte que le président du Conseil de la protection des malades, Paul Brunet, exige une enquête publique du coroner pour établir les faits et «forcer le futur gouvernement à climatiser convenablement, ou à tout le moins, mieux ventiler les personnes déjà très hypothéquées par la maladie.»

Il semble toutefois que Philippe Couillard ne soit pas pressé d'agir, si l'on se fie à sa réaction empreinte d'indifférence. En effet, il ne trouve rien de mieux à dire que: «Croisons nos doigts, parce que les personnes vulnérables sont les premières touchées lorsqu'arrive la canicule». Croisons nos doigts?! S'agit-il de son approche pour prévenir la mortalité associée aux vagues de chaleur?

Encore plus absurde et alarmant, les libéraux, champions du «laisser faire» quand il s'agit de soutenir les personnes vulnérables, continuent de subventionner à coup de millions, à même nos taxes et nos impôts, le distributeur de gaz naturel Énergir pour déployer des gazoducs, et ce, à l'encontre des experts qui affirment que le gaz naturel ne peut être utilisé comme énergie de transition pour lutter contre les changements climatiques.

Vers la fin des hydrocarbures

Il est urgent de mettre fin au développement de l'industrie des hydrocarbures, qui contribue à augmenter notre passif environnemental et menace notre santé. Elle est là, la vraie prévention! Il ne faut plus mettre à risque la santé de la population en finançant des énergies qui favorisent l'accélération des changements climatiques et stimulent les canicules.

C'est pourtant ce que fait le gouvernement avec ses politiques énergétiques et son inaction à protéger les populations vulnérables: voilà l'incohérence morbide de l'action du Parti libéral en matière de santé publique et d'énergie.

À LIRE AUSSI:

» Personnes vulnérables: faire de leur qualité de vie une priorité nationale

» Notre qualité de vie avant leurs profits

» La montée des eaux

À VOIR AUSSI: