BIEN-ÊTRE
23/12/2018 13:20 EST | Actualisé 23/12/2018 13:23 EST

Pourquoi est-ce que je suis si en colère?

Des experts nous expliquent les signes de la colère et comment éviter d'en être submergé.

JGI/Tom Grill via Getty Images
Des tas de gens se demandent pourquoi ils sont si en colère tout le temps.

Se sentir en colère est normal. Ça fait partie de la nature humaine. Mais qu'arrive-t-il quand vous vous transformez toujours en Hulk sans raison? Qu'est-ce qui vous déclenche, et pourquoi vous sentez-vous tout le temps comme ça? Deux experts nous expliquent tout ce que vous avez besoin de savoir à propos de votre colère.

Comprenez les raisons qui causent votre colère

Nous savons tous que la colère n'est pas tout à fait un sentiment plaisant, c'est pourquoi elle est souvent mal vue. Mais la psychothérapeute Jothi Ramesh soutient que c'est une émotion saine qui est mal comprise parce qu'elle est «toujours vue comme quelque chose de négatif».

«C'est une émotion qui est nécessaire à l'espèce pour survivre», a expliqué au HuffPost Canada via Skype Jothi Ramesh, propriétaire du J.R. Services Psychotherapy Centre à Scarborough, en Ontario. «Vous avez besoin d'avoir cette colère, vous devez la voir comme un signalement que quelque chose n'est pas agréable pour vous.»

Getty Images/iStockphoto

Mais même si la colère est normale, elle peut devenir hors de contrôle. Et la seule façon de la gérer est de comprendre ce qui l'a causée.

«Le savoir est le pouvoir - nous pouvons briser un cycle de colère réactionnaire et hors de contrôle si nous comprenons son origine», a fait savoir par courriel au HuffPost Canada la psychothérapeute Julie Freedman de l'organisme Anger Help, basée à Toronto. «Devenir conscient de ce qui amène notre colère nous permet d'éviter un déclencheur si c'est sain de le faire, ou de se préparer une stratégie pour y faire face si le déclencheur est inévitable.»

Y a-t-il des causes explicites à la colère?

Se sentir impuissant, menacé, ou si on a manqué de respect à notre endroit sont les causes les plus fréquentes de déclencheurs de colère, selon le National Health Services U.K. Mais la plupart du temps, les causes de la colère varient d'un individu à l'autre et peuvent être plutôt étendues. Pour certains, être pris dans le trafic peut amener des sentiments de rage, alors que pour d'autres, c'est quand les plans échouent ou quand ils sont maltraités au travail.

monkeybusinessimages via Getty Images

Alors, comment faire pour savoir ce qui vous déclenche cette sainte colère?

Premièrement, Freedman a noté que certains facteurs de risque de colère pourraient vous faire perdre patience et vous sentir plus irritable. L'acronyme ACÉF aide à expliquer cela. Si vous êtes Affamé, déjà en Colère ou stressé, que vous sentez que vous n'êtes pas Écouté, ou que vous êtes Fatigué, vous êtes à plus grand risque de développer de la colère, a-t-elle expliqué.

Si aucun de ces phénomènes cause votre désarroi, Freedman recommande d'identifier «des gens (c.-à-d. patron, membre de la famille), des endroits (c.-à-d. des files d'attente, le trafic) ou des choses (c.-à-d. l'injustice sociale, des philosophies, ne pas respecter les règles)» qui pourraient créer l'étincelle de votre rage.

«Je crois que les gens sont très clairs. Ils comprennent [leur colère et leurs déclencheurs]», ajoute Ramesh. C'est pourquoi c'est important d'être honnête envers soi-même et vraiment de "porter attention à qu'est-ce qui, dans une situation, est frustrant pour nous», indique la psychothérapeute.

sevendeman via Getty Images

Toutefois, Ramesh reconnaît que tout n'est pas blanc ou noir. Ce qui peut devenir compliqué est de comprendre pourquoi vous pourriez avoir plus ou moins de colère dans une situation, quand vous ne réagissez pas habituellement de cette façon dans ce type de situation, dit-elle.

Non, vous n'êtes pas en colère sans raison

Si vous pensez que vous piquez une colère inexpliquée, c'est faux. Freedman et Ramesh assurent qu'il y a toujours une raison pour cette émotion intense.

«La colère est une armure - on y a recours pour se protéger rapidement d'autres sentiments de vulnérabilité», selon Freedman. «On peut se sentir apeuré ou blessé d'abord, mais la colère, une émotion secondaire, apparaîtra rapidement. S'arrêter pour se questionner qu'est-ce qui est sous cette colère (émotion primaire) est une autre façon de ralentir et passer d'une réaction de combat ou de fuite à la partie de la raison de notre cerveau.»

À VOIR: Être en colère pourrait être en train de vous tuer à petit feu (en anglais). L'article se poursuit sous la vidéo.

Quand vous n'êtes pas sûr de pourquoi vous êtes en colère, ou pourquoi vous avez piqué une crise inattendue, ce pourrait être que votre colère est déplacée, a aussi noté Ramesh. C'est quand vous ne pouvez exprimer votre colère contre un individu (c.-à-d. votre patron) ou lors d'une situation particulière (c.-à-d. dans un restaurant) que votre fureur se manifestera d'une manière différente envers quelqu'un ou quelque chose d'autre.

Des techniques simples pour éviter la colère

Connaissez vos déclencheurs: si vous êtes conscient de ce qui allume votre furie, vous allez pouvoir prendre le contrôle d'une situation, plutôt que de laisser vos émotions devenir indomptables. «Classer vos déclencheurs sur une échelle de 1 à 10 et décidez si ça vaut le coût d'être en colère», avise Freedman. «Considérez si votre rage est en proportionnée selon la cote que vous avez donnée au déclencheur.»

Apprenez à respirer: il y a une raison pourquoi nos parents nous ont toujours dit de prendre des respirations profondes quand on s'emballait étant enfants. Freedman note que de respirer profondément peut aider à se calmer en faisait diminuer le pouls et en relâchant des hormones de stress. Au moment où ça se produit, on peut commencer à penser rationnellement à la situation, ajoute Ramesh.

Parlez-vous positivement à vous-même: ça peut sembler ridicule, mais votre dialogue interne peut vraiment un impact sur la façon dont vous vous sentez. C'est pourquoi Freedman suggère de vous parler de manière positive à vous-même, en utilisant des phrases comme «je ne prendrai pas ça personnel» ou «je sais que je peux gérer ça». Repenser à la situation dans votre esprit pourrait aussi aider, note-t-elle.

laflor via Getty Images

Utilisez un journal intime: si vous tentez de vous sortir de votre colère, utiliser un journal peut aider, avise Ramesh. Le fait d'écrire ses sentiments peut aider à sortir la colère de son système, pour ensuite plus tard en reparler à la personne ou revoir la situation qui vous a enragé et le résoudre d'un point de vue logique.

Résolvez le problème: ne laissez jamais un problème non résolu, avertit Ramesh. Sinon, la colère et les frustrations peuvent s'accumuler. «Vous pouvez être d'accord de ne pas être d'accord, mais faites au moins ça», dit-elle.

Quand est-ce que la colère devient un problème?

Ce n'est pas sorcier. «Les gens vont vous le dire», soutient Ramesh.

Quand la colère devient un problème, cela peut non seulement affecter vos relations interpersonnelles, mais aussi votre santé physique et mentale. Des études ont montré que la hargne peut augmenter le risque d'un AVC ou d'une crise cardiaque et affaiblir votre système immunitaire. De plus, elle peut être liée à la dépression et à l'anxiété (même si la colère en soi ne constitue pas une maladie mentale, selon Healthline.)

À lire aussi sur le HuffPost Québec:

Si vous suspectez que votre colère est un problème, demandez l'aide d'un professionnel de la santé. «Sinon, [votre colère] [se transformera] en escalade verbale, physique et vous aurez des problèmes avec la justice», dit Ramesh.

Pour plus de ressources sur la gestion de la colère, visitez l'Association canadienne de la santé mentale.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.