Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Est-ce normal de se parler à soi-même?

Des experts nous expliquent pourquoi on en retire des bénéfices.

Les chances sont élevées pour qu'à un certain moment dans votre vie, vous vous êtes parlé à vous-même - dans votre tête, ou même à voix haute. Certaines personnes le font régulièrement, et trouve ça même utile. Mais vous vous demandez peut-être: est-ce normal de se parler à soi-même? Ou si c'est même une mauvaise chose?

Est-ce que vous parlez à vous-même un signe de maladie mentale?

«C'est bien normal de se parler à soi-même et donc très commun», indique Dr Laura F. Dabney, une psychothérapeute basée à Virginia Beach, en Virginie, dans un courriel au HuffPost Canada. Ce n'est pas un trait de personnalité dont on se débarrasse nécessairement, ou encore un signe de maladie mentale, et c'est plus commun que ce que vous pourriez croire.

«La vérité c'est que nous le faisons tous», ajoute Vironika Tugaleva, auteure de The Art of Talking to Yourself. Ça peut avoir l'air étrange si vous le faites à voix haute en public, mais nous avons tous des conversations complexes à plusieurs niveaux dans nos têtes, explique Mme Tugaleva, pour donner un sens et expliquer les choses qui se passent dans nos vies.

Pensez à des scénarios de la vie de tous les jours où vous pourriez vous parler à vous-même. Par exemple, lorsque vous quittez la maison et que vous récitez la liste de vos items essentiels - clés, manteau, sac, lunch - à haute voix comme une liste, évoque Dr Dabney. Ou sur le chemin du retour à la maison, vous repensez à une conversation avec votre patron.

«Ce n'est pas seulement normal, c'est crucial, et de prendre conscience de la qualité de cette discussion interne est un chemin vers le bonheur et l'accomplissement», juge Mme Tugaleva.

Se parler à soi-même peut avoir des bénéfices

Encourager l'habitude d'avoir des conversations avec vous-même peut être à la fois bon pour la santé et utile, selon Sheri McGregor, une coach de vie et auteure de Done With The Crying.

Mme McGregor travaille avec des parents qui doivent composer avec un enfant qui a des difficultés émotives, et soutient que de se parler à soi-même de façon positive peut aider n'importe qui qui traverse un moment difficile.

«Je dis à mes clients et lecteurs que de se parler à soi-même de manière bienveillante peut être une façon de prendre soin de soi», raconte-t-elle au HuffPost Canada via courriel. C'est une manière de se calmer et de focaliser sur les points positifs plutôt que les problèmes et les facteurs de stress.

Par exemple, lorsqu'on essaie de prendre une décision difficile dans une situation émotionnelle, ou lorsqu'on fait face à des émotions fortes, explique Itamar Shatz, doctorant en linguistique à l'Université Cambridge au Royaume-Uni.

Parlez-vous des problèmes quotidiens

Vous parlez à vous-même peut aussi agir comme moyen de se rappeler de choses sur notre liste de tâches, ou d'une façon de gérer des problèmes moins importants, souligne la coach de vie McGregor.

La prochaine fois que vous êtes nerveux pour une présentation orale, parlez-vous de vos peurs et présentez-vous des solutions constructives. Évitez les discours qui pourraient vous enfoncer dans vos soucis.

Vous pouvez rendre ce genre de discussion plus productive en utilisant des méthodes d'auto-distanciation où vous référez à vous-même à la deuxième ou à la troisième personne, informe Shatz, qui a effectué des recherches sur la technique.

«Par exemple, si vous êtes anxieux avant de livrer une présentation en public, plutôt de que vous dire "pourquoi suis-je si nerveux?" vous pourriez vous dire "pourquoi es-tu si nerveux" ou "pourquoi est-ce que Dominic est si nerveux?"», a-t-il expliqué.

«Les études montrent que faire cela vous permet de voir la situation d'une manière plus neutre, ce qui améliore votre habileté à faire face à vos émotions et à prendre des décisions rationnelles.»

C'est correct d'en faire une habitude

En fait, se parler à soi-même est lié à la pleine conscience - une pratique qui est de plus en plus populaire.

«La pleine conscience vient en premier parce qu'elle attire l'attention non seulement sur ses pensées, mais les mots que les gens murmurent à eux-mêmes», selon McGregor.

Pendant certains moments difficiles, notre esprit peut nous amener à des endroits sombres, voilà pourquoi - tout comme avec la méditation - faire d'une habitude se parler positivement requiert du travail, mais est une bonne pratique à adopter.

«Puisqu'il n'y a pas d'inconvénient à se parler à soi-même, en faire une habitude est une bonne idée», convient la psychothérapeute Dabney. Elle suggère de choisir un moment et un endroit pour le faire, qui peut vous donner le signal pour l'utiliser. Essayez de l'utiliser après un événement stressant de votre journée, par exemple, et évaluez ce qui vous aide ou non à vous sentir mieux.

«Vous pourriez prendre une note mentale de son efficacité ou noter les effets dans un journal intime pendant une semaine», propose-t-elle.

Est-ce que se parler peut à tout moment être dangereux?

Se parler à soi-même est souvent associé à la maladie mentale, mais c'est rarement la raison pour ou la cause de cette pratique. Toutefois, il y a certaines situations où se parler à soi-même peut être une indication d'un problème psychologique.

Si le phénomène est accompagné d'automutilation - par exemple, se frapper ou se couper - alors c'est un signe d'un problème émotionnel, selon Dr Dabney. Aussi, si vous répétez des phrases, des mantras ou des nombres de façon répétitive, et si c'est pour vous difficile d'arrêter, ce peut être un indicateur de problème. Si vous sentez que c'est peut-être votre cas, parlez-en à un professionnel de la santé qualifié pour un diagnostic approprié.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.