Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Guy Nantel et Richard Martineau réagissent vivement à l'annulation de «SLĀV»

«Époque ridicule, perdue dans son histoire, et surtout perdue dans ses repères...»

Quelques minutes à peine après l'annulation de toutes les représentations du spectacle SLĀV par le Festival International de Jazz de Montréal, Guy Nantel a tenu à exprimer son point de vue sur le sujet par l'entremise de sa page Facebook.

«Incroyable comme tout le monde plie devant les doléances des nonos paranos de notre société qui voient du racisme partout», écrit l'humoriste.

«À ce compte-là, voici la définition du blues: Genre musical, vocal et instrumental dérivé des chants de travail des populations afro-américaines. Fait que si jamais on poigne encore un Blanc à chanter du blues, il a besoin de s'excuser.»

Habitué à la controverse, Nantel a également présenté (sarcastiquement) ses excuses au peuple japonais pour s'être approprié leur culture en suivant des cours de karaté depuis 12 ans.

«Époque ridicule, perdue dans son histoire et surtout perdue dans ses repères», conclut-il.

Guy Nantel ne s'était pas gêné non plus, hier, pour commenter longuement la controverse entourant le costume porté par Klô Pelgag lors de la fête du Canada.

De son côté, Richard Martineau n'a pas non plus mâché ses mots face à la décision du Festival de Jazz, et a fait connaître son mécontentement et son indignation sur le site du Journal de Montréal et par l'entremise d'une série de tweets on ne peut plus clairs:

Par ailleurs, l'animateur Benoît Dutrizac a également exprimé sa vive indignation à la suite de l'annulation du spectacle.

À voir également :

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.