POLITIQUE
19/06/2018 09:29 EDT | Actualisé 19/06/2018 17:43 EDT

Philippe Pichet renonce au poste de directeur du SPVM

Il restera au sein du corps policier à titre d'officier de direction.

La Presse canadienne

Philippe Pichet, ex-chef de police suspendu de ses fonctions en décembre, renonce à la direction du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), annonce la mairesse Valérie Plante. Il conservera toutefois le grade d'inspecteur-chef.

La mesure met fin au processus de destitution entamé par le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux. En contrepartie, M. Pichet retirera la poursuite qu'il a entamée pour forcer la Ville et le ministre à lui redonner son ancien poste.

Pour nous, c'est un dénouement qui est très satisfaisant.Valérie Plante

Questionnée sur le traitement de M. Pichet, Mme Plante n'a pas souhaité préciser s'il conservera son salaire de plus de 237 000$ annuellement, ou s'il a reçu une indemnité.

Rapports dévastateurs

M. Pichet a été suspendu à la suite de la publication d'un rapport dévastateur de l'enquêteur indépendant Me Michel Bouchard, qui a confirmé les allégations de favoritisme et de mauvaise gestion des affaires internes révélées lors de divers reportages, notamment par TVA Nouvelles.

Il y a quelques semaines, un rapport soumis par le directeur intérimaire Martin Prud'homme a souligné l'inefficacité des mesures de redressement mises en place par M. Pichet. Le ministre Coiteux et la mairesse Plante ont ensuite entamé les procédures menant à la destitution de l'ancien chef de police.

Le ministre satisfait

M. Coiteux a pris acte de l'entente survenue entre M. Pichet et la Ville.

«La question qui se posait, c'était de savoir si M. Pichet pouvait retourner dans ce poste-là compte tenu des informations que nous avons eues sur le constat de la situation au sein du SPVM, que ce soit par Me Bouchard, ou le rapport qui m'a été remis par Martin Prud'homme. Il fallait déclencher ce processus [de destitution], mais puisqu'il a décidé de renoncer au poste, on peut mettre fin au processus», dit-il.

Prud'homme comme directeur permanent?

Mardi, le ministre a été questionné sur la possibilité de maintenir Martin Prud'homme en poste comme directeur du SPVM de façon permanente. Il ne s'est pas positionné sur cette question.

«La question ne se pose pas. La question actuelle, c'est qu'il termine son mandat. C'est un mandat important et il le fait très bien. La première question qui se posera, c'est si on doit ajouter un temps supplémentaire après les 12 mois de son mandat, mais on n'est pas rendu là», a-t-il dit.

M. Prud'homme doit remettre son rapport final au ministre à la fin de son mandat, en décembre 2018. Ce ne sera toutefois pas Martin Coiteux qui le recevra, puisque ce dernier ne se représente pas comme candidat aux élections de cet automne.