POLITIQUE
14/05/2018 17:54 EDT | Actualisé 14/05/2018 18:07 EDT

Philippe Couillard mise sur la continuité pour se faire réélire

Une bonne stratégie? 🤔

Le premier ministre Philippe Couillard en compagnie de son épouse Suzanne Pilote.
PC
Le premier ministre Philippe Couillard en compagnie de son épouse Suzanne Pilote.

QUÉBEC – Pourquoi essayer de réparer ce qui n'est pas cassé? C'est essentiellement le message qu'avait le premier ministre Philippe Couillard pour la communauté d'affaires de Québec, alors que la Coalition avenir Québec (CAQ) risque de balayer la région aux prochaines élections.

Invité par la Chambre de commerce et d'industrie de Québec, le premier ministre a vanté son bilan économique et a décrit la province comme une «oasis de paix» pour faire des affaires.

«Certains promettent le changement. Je peux dire qu'on a déjà changé le Québec, a soutenu M. Couillard. Le Québec de 2018 est très différent du Québec de 2014. Le Québec a déjà changé. Il faut continuer de le changer. Il faut l'amener plus loin.»

La confiance, elle n'est pas tombée du ciel.Philippe Couillard

«Ce n'est pas le temps de briser cet élan», a-t-il poursuivi, en disant que son gouvernement et les entrepreneurs ont été une «source de confiance». «Ensemble, continuons dans cette lignée!»

Cette conférence survient deux jours après la publication d'un sondage Léger-Le Devoir-Journal de Montréal qui confirme que le Parti libéral du Québec (PLQ) recule dans les intentions de vote des Québécois. La situation est plus marquée dans la région de Québec, alors que le PLQ traîne en troisième place.

En point de presse, M. Couillard a refusé de commenter le sondage, comme à son habitude. Il s'est contenté de dire que le vrai sondage se jouerait le jour de l'élection.

«Il y a quelqu'un qui a fait en sorte que ça se passe bien à Québec dans les dernières années. La confiance, elle n'est pas tombée du ciel, s'est-il défendu. Elle est revenue par notre gestion vraiment rigoureuse et efficace des services publics, des marges de manœuvre dégagées pour l'économie, la santé, l'éducation.»

Convaincu d'avoir la «meilleure équipe»

Alors que la CAQ vient de confirmer la candidature d'Éric Girard, qui pourrait devenir ministre des Finances dans un gouvernement Legault, M. Couillard a senti le besoin de mettre son propre ministre des Finances en valeur.

«On a, avec Carlos Leitao, le ministre des Finances le plus respecté au Canada actuellement, et un des meilleurs au Québec au cours des dernières années. Alors ma question, c'est: pourquoi changer?»

M. Leitao a été économiste en chef des services économiques de la Banque Royale du Canada et des valeurs mobilières de la Banque Laurentienne. Il est le seul élu qui reste du «trio économique» que M. Couillard avait présenté en grande pompe en 2014.

L'économiste Martin Coiteux, qui a été président du Conseil du Trésor et ministre, ne compte pas solliciter un autre mandat. Quant au banquier Jacques Daoust, il a quitté la vie politique en 2016 après la controverse de la vente de l'entreprise RONA. Cette affaire l'a hanté jusqu'à la fin de sa vie, en août 2017.

Malgré les nombreux départs chez les libéraux, M. Couillard se dit convaincu qu'il présentera la meilleure équipe à temps pour les élections.

«Quand vous avez une équipe gagnante sur la glace, vous ne changez pas l'équipe. Bien sûr, il faut la rendre meilleure, il y a des échanges, il y a des améliorations, mais vous gardez la même équipe sur la glace.»

📣 NOUVEAUTÉ
Vous ne voulez rien manquer de la campagne électorale à venir?

Cliquez ici pour devenir membre de notre groupe
«Québec 2018: les élections provinciales»!