BIEN-ÊTRE
03/05/2018 15:07 EDT | Actualisé 07/05/2018 11:09 EDT

L’allaitement en public est mieux accepté au Québec qu’ailleurs au pays, selon un sondage Léger

Mais il y a encore du travail à faire pour normaliser la pratique.

Courtoisie Serah Small
En mars dernier, la photo d'une hockeyeuse albertaine allaitant son bébé dans un vestiaire de hockey avait créé la controverse.

Même si le droit d'allaiter en public est implicitement protégé par la Charte canadienne des droits et libertés, la pratique ne fait toujours pas l'unanimité auprès des Canadiens, selon les résultats d'un sondage Léger.

Quelque 83% des Canadiens estiment qu'il est «socialement acceptable» qu'une mère allaite son enfant dans un lieu public.

Plus d'un Canadien sur 10 est toutefois rebuté par la pratique.

En mars, la photo d'une hockeyeuse albertaine allaitant dans un vestiaire de hockey avait d'ailleurs déchaîné les passions sur le web. De nombreux internautes avaient accusé la jeune mère «d'exhibitionnisme», lui reprochant de vouloir «attirer l'attention».

Plusieurs y voyaient aussi une connotation sexuelle.

«On peut allaiter n'importe où, ça, c'est le grand principe. Au même titre que l'on peut se faire tirer une pipe n'importe où. Mais dans les faits, il y a des endroits pour ce faire», avait notamment commenté un internaute sur la page Facebook du HuffPost Québec.

Les Québécois plus ouverts

À l'échelle du pays, c'est au Québec que les gens sont les plus tolérants envers l'allaitement en public. Ce sont 86% des Québécois qui trouvent la pratique «socialement acceptable». Les Albertains sont les plus frileux à l'idée de voir une femme allaiter hors du foyer.

Léger

Les Canadiens dont la langue maternelle n'est ni le français ni l'anglais sont beaucoup moins à l'aise avec l'allaitement en public. Plus d'un allophone sur cinq estime que la pratique est inacceptable.

Les Américains loin derrière

Aux États-Unis, l'allaitement en public divise encore plus. À peine 70% des Américains considèrent que la pratique est socialement acceptable.

Fait surprenant, les Américaines sont encore moins à l'aise avec l'idée que leurs compatriotes masculins. Si 67% d'entre elles ont affirmé que la pratique était socialement acceptable, une Américaine sur quatre estime qu'il est carrément inacceptable pour une femme d'allaiter dans un lieu public. Dix pour cent d'entre elles ont préféré ne pas répondre à la question.

L'allaitement au Québec

Depuis le tournant du millénaire, l'allaitement a nettement progressé au Québec. Alors qu'à peine 72,6% des mères avaient allaité ou tenté d'allaiter en 2000-2001, cette proportion était passée à 89% lors du dernier coup de sonde de l'Observatoire des tout-petits, en 2013-2014. La province avait rattrapé la moyenne canadienne à l'époque.

La province s'est donnée pour objectif de faire grimper le taux d'allaitement de 5% d'ici 2020.

Gageons qu'on verra donc de plus en plus de mamans allaiter dans les lieux publics au cours des prochaines années.