BIEN-ÊTRE
27/03/2018 10:37 EDT | Actualisé 27/03/2018 13:12 EDT

Les photos de cette joueuse de hockey canadienne prouvent qu'on peut allaiter n'importe où

Serah Small espère que les images contribueront à normaliser l'allaitement.

Une joueuse de hockey albertaine photographiée en train d'allaiter son bébé dans le vestiaire avoue avoir été nerveuse à l'idée de partager les images publiquement. Mais elle a choisi de le faire dans l'espoir d'aider d'autres mamans.

Serah Small, une enseignante de Grande Prairie, en Alberta, a partagé une photo chaussée de ses patins et allaitant sa fille de huit semaines, Ellie.

Courtoisie Serah Small

«Elle était dans le vestiaire; je l'ai regardée allaiter sa fille en se préparant et je me suis dit que je n'avais jamais rien vu d'aussi beau», a raconté sa mère, Dena Lanktree, auteure des clichés, soulignant que sa fille jouait au hockey depuis l'âge de quatre ans.

Serah Small, 24 ans, affirme qu'elle ne savait pas qu'elle avait été photographiée jusqu'à ce que sa mère lui montre les photos.

C'était formidable de pouvoir partager quelque chose que j'adore avec ma fille.Serah Small

La hockeyeuse a choisi de partager les images sur sa page Facebook personnelle et avec sa spécialiste en allaitement, qui en a aussi partagé une sur sa page professionnelle.

«Je me sens très fière quand j'allaite sans me couvrir et je pense qu'en tant que jeune mère je peux contribuer à normaliser l'allaitement et à faire cesser la stigmatisation. L'allaitement devrait être vu comme quelque chose de beau et de normal, qui peut être fait n'importe où, n'importe quand», a affirmé la femme en entrevue avec le HuffPost Canada.

Courtoisie Serah Small

Pour la première fois depuis la prématernelle, elle a dû manquer la saison dernière en raison de sa grossesse. Elle avait donc très hâte de rechausser ses patins après avoir accouché. Les photos ont été prises avant le match et entre les périodes.

«Je me suis habillée à moitié et je l'ai allaitée avant de mettre le reste de mon équipement dans l'espoir qu'elle dorme pour le reste du match comme je n'avais pas mon tire-lait avec moi», a expliqué Mme Small.

Courtoisie Serah Small
Serah Small with her eight-week-old daughter, Ellie.

Auparavant, lorsqu'elle tentait de se couvrir en allaitant, sa fille n'arrivait pas à prendre le sein. La jeune maman a donc décidé de le faire sans se couvrir. Elle s'est dit que les personnes qui étaient inconfortables pourraient simplement détourner les yeux.

«Nous apprenons en regardant les autres autour de nous et c'est pourquoi je trouve que les photos de Serah sont importantes, a affirmé sa spécialiste en allaitement, Tara-Jean Thiessen. Elles montrent une mère qui s'occupe de son enfant. Elle n'est pas cachée à la maison, elle ne couvre pas son bébé d'une couverture. Elle est en public.»

«C'est en le voyant que les gens apprennent à accepter que l'allaitement est une chose normale que les gens font pour nourrir leur enfant», a-t-elle ajouté.

Courtoisie Serah Small

En partageant les photos, Serah Small veut aussi que les gens sachent qu'il n'est pas toujours si facile de «rebondir» après une grossesse.

«La période postpartum est difficile et apprivoiser son nouveau rôle de mère tout en continuant de faire ce qu'on aime peut être un défi. Vous êtes dans un tout nouveau corps que vous ne reconnaissez pas. Ça peut être terrifiant et frustrant et faire vivre un million d'émotions», a-t-elle décrit.

«J'aimerais que la population et les médias voient la période postpartum comme un magnifique parcours de redécouverte plutôt qu'une course pour retrouver notre corps d'avant.»

C'est notamment après son tournoi de hockey du weekend dernier que la jeune femme est parvenue à cette réalisation.

«Nos corps ont besoin de temps pour guérir. Il m'a fallu jouer quatre matchs et m'épuiser totalement pour comprendre à quel point mon corps est extraordinaire et accepter qu'il ne sera plus jamais pareil. Mais c'est correct, parce qu'il a créé un bébé», a-t-elle raconté.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l'anglais.

Aussi sur le HuffPost Québec: