NOUVELLES
16/04/2018 12:37 EDT | Actualisé 16/04/2018 12:40 EDT

Ce milliardaire républicain va utiliser sa baisse d'impôts... pour aider l'élection de démocrates

«Pour le bien du pays, les démocrates doivent au moins une des deux chambres du Congrès.»

Un donateur majeur des républicains aux États-Unis change de camp et contribue maintenant financièrement chez les démocrates dans l'espoir de faire changer la majorité de la Chambre des représentants et/ou du Sénat dans les élections de mi-mandat l'automne prochain.

Seth Klarman, le PDG milliardaire du Baupost Group que The Economist a déjà surnommé «L'oracle de Boston», a critiqué les républicains pour avoir failli à contrôler le président Donald Trump.

«Les républicains au Congrès ont échoué dans leur tâche de garder le président responsable et ont abandonné leurs croyances et valeurs historiques», a expliqué Klarman au Boston Globe. «Pour le bien du pays, les démocrates doivent au moins prendre le contrôle d'une des deux chambres du Congrès.»

Klarman, un indépendant qui a donné plus de 7 millions $ à des candidats républicains pendant la présidence de Barack Obama, a signé des chèques à des démocrates en course pour 56 sièges à la Chambre des représentants et 22 au Sénat, a rapporté le Boston Globe.

«J'ai reçu une baisse d'impôts que je n'avais pas demandé et dont je n'avais pas besoin. Je choisis de l'investir pour combattre les politiques imparfaites de l'administration pour faire élire des démocrates au Sénat et à la Chambre des représentants», a déclaré Klarman.

Klarman a aussi donné 2 millions $ à des organismes à but non lucratifs soutenant des enjeux chers aux démocrates, incluant le contrôle des armes à feu et l'environnement, selon le Globe.

Alors qu'il avait davantage contribué aux républicains en 2016, il avait toutefois appuyé Hillary Clinton à la présidentielle, qualifiant Trump de «complètement non qualifié pour le plus haut poste au pays», selon Reuters.

Ses opinions n'ont pas changé depuis l'élection.

L'an dernier, Klarman a décrit Trump comme une «menace à la démocratie», selon une clip audio obtenue par le New York Magazine. Il a aussi lancé un avertissement à propos de l'agenda protectionniste de Trump dans une lettre à ses investisseurs, soutenant que de telles politiques «non seulement ne fonctionnent pas, elles laissent la société dans un pire état», selon le New York Times.

Dans la même lettre, il sonnait l'alarme sur les baisses d'impôts soutenues par Trump qui ont été ultimement mise en oeuvre par le Congrès mené par les républicains.

Ce texte initialement publié sur le HuffPost États-Unis a été traduit de l'anglais.