DIVERTISSEMENT
13/03/2018 05:49 EDT | Actualisé 13/03/2018 06:59 EDT

L’après-«Fugueuse» de Ludivine Reding (SPOILERS)

La jeune actrice a dû affronter petit «down» à la fin du tournage.

La Ludivine Reding que les journalistes ont rencontrée il y a deux semaines, lors du dernier visionnement de presse de Fugueuse, était exactement la même que celle qui accordait des entrevues au moment du dévoilement des premiers épisodes de la série, en décembre.

L'immense popularité de la fiction de TVA, l'exposition médiatique, les 124 000 abonnés sur Instagram, les centaines de messages reçus, la perte d'anonymat totale survenue en un seul hiver : la gloire soudaine n'a pas changé d'un iota l'actrice de 21 ans, toujours courtoise et terre-à-terre malgré l'attention qu'on lui porte désormais. Et toujours ô combien fière et reconnaissante d'avoir pu prendre part à un projet aussi significatif, qui a engendré réflexion et discussions.

D'ailleurs, le petit «down» qu'a dû affronter Ludivine Reding à la fin du tournage de Fugueuse ne concernait pas tant la dureté de certaines scènes vues à l'écran que l'attachement que la principale intéressée vouait à cette saga qui a laissé le public sur le bout de son siège pendant 10 semaines, ainsi qu'à toute l'équipe qui en a fait un succès. Et encore : elle passe rapidement sur la douleur des adieux pour revenir au plaisir éprouvé pendant toute l'épopée Fugueuse.

LIRE AUSSI:
» Claude Legault : «Fugueuse», ou quand la maison prend feu
» «Ça nous met peut-être plus concrètement dans le visage ce qui arrive à ces filles-là» - Lynda Johnson

«C'était tellement beau, ce que j'avais vécu, que je me demandais quand j'allais pouvoir retrouver ça, raconte-t-elle en entrevue. Une série qui me passionne autant, dans laquelle j'avais envie de me donner à 100% chaque jour...»

«Mais, finalement, j'appréhendais la fin de Fugueuse, et ce n'est pas arrivé, continue Ludivine. Je le vis plus maintenant, en fait (rires). Après le tournage, moi, j'en avais fini avec Fanny, mais les spectateurs, non. C'est comme si Fanny était encore là et qu'elle prenait son envol. J'ai trouvé ça difficile à la fin, mais moins que je pensais. Et, quand j'ai fini de regarder le dixième épisode, j'ai fermé mon ordi, et j'étais tellement contente de l'avoir vu toute seule, parce que j'ai tellement pleuré! Je trouve ça beau, bien fait, et je suis extrêmement fière de cette série et de l'équipe autour. Et de l'effet que ç'a eu. Parce qu'on ne savait pas ce que ça allait être. La nostalgie est maintenant liée au fait que, moi, j'en ai fini avec Fanny, et les gens aussi...»

Un long chemin

Portez vite votre regard ailleurs si vous n'avez pas encore visionné l'ultime épisode deFugueuse, diffusé lundi, sous peine de voir quelques secrets éventés.

Cette dernière heure de la descente aux enfers de Fanny a été celle de la brutale prise de conscience pour la gamine innocente. Abandonnée à Toronto par Damien (Jean-François Ruel), laissée aux griffes d'un proxénète dangereux et sans pitié, puis de retour dans sa famille et investie dans le processus judiciaire pour envoyer son ex-amoureux et bourreau en prison, Fanny a compris que son conte de fées n'était, justement, que chimère. On n'est pas près d'oublier la déchirante image finale de l'adolescente désillusionnée, versant une larme et jetant à l'eau le pendentif en forme de cœur offert par Damien au début de leur «romance».

Fanny s'en est sortie, elle a témoigné, elle s'en est sortie physiquement, mais mentalement, c'est un tout autre chemin à faire.Ludivine Reding

«Quand j'ai vu la scène où elle fait le ménage de ses affaires, qu'elle trouve le cœur, que la musique commence et qu'on voit défiler les flashbacks heureux de Damien et elle, ça m'est monté à la gorge», dépeint Ludivine Reding.

«Elle le sait, qu'il n'est pas bon ; elle le sait clairement, qu'elle ne retournera jamais dans ses bras. Mais, veux, veux pas, la première chose à laquelle elle repense, c'est aux bons moments avec lui. Et je trouve que ça parle beaucoup. Fanny s'en est sortie, elle a témoigné, elle s'en est sortie physiquement, mais mentalement, c'est un tout autre chemin à faire. J'ai rencontré un papa qui m'a dit que les proxénètes sont des tueurs d'âmes. Fanny a tout un travail à faire sur elle-même, elle n'a plus confiance en elle, c'est à zéro. Elle devra retrouver ce qu'elle était avant. Mais, en même temps, elle ne peut pas revenir à ce qu'elle était, elle a trop vécu de choses. Et Ariane (Laurence Latreille) n'est plus là pour la supporter non plus. Fanny revient dans un monde qui n'est plus le sien.»

«C'est dur. C'est positif, parce qu'on est contents qu'elle se soit sortie de Toronto, qu'elle ait un bon entourage, que ses parents soient là, qu'ils aient toujours cru en elle, mais pour elle, mentalement, ce n'est pas la même chose.»

Ce que Fanny vit, ce que Ludivine est

Active dans le milieu du cinéma et de la télévision depuis plus d'une dizaine d'années, Ludivine Reding se réjouit d'avoir hérité du rôle de Fanny en début de vingtaine, et non cinq ou six ans plus tôt.

«On a toujours du travail sur nous-mêmes à faire (sourire), mais je pense qu'à 21 ans, je suis quand même plus forte que quand j'avais 16 ans. Pas qu'à 16 ans, j'étais faible – loin de là, car je pense qu'à cet âge, on apprend à se connaître -, mais je suis vraiment contente d'avoir fait ça à 21 ans. Je suis très terre-à-terre ; ça m'aide à dissocier ce que Fanny vit, de ce que Ludivine est.»

«Ce serait tellement égoïste de ma part de dire que c'est dur pour moi... Moi, je suis chanceuse, je n'ai pas vécu ça. Ce qui n'est pas le cas de toutes les filles. Certaines sont malchanceuses. Oui, des fois, les témoignages sont durs, et je le prends. J'ai beaucoup, beaucoup d'empathie pour les gens qui vivent de telles choses. Je prends le temps de répondre aux messages que je reçois ou, du moins, j'essaie ; je ne peux pas répondre à tout le monde, mais je le fais pour certaines personnes.»

«Et quand vient ma vie privée, personnelle, je mets tout ça de côté. Juste pour rester la même personne que j'étais avant. On me demande comment ma vie a changé : oui, sur le plan social, la popularité, c'est mille fois différent de ce que je vivais avant, mais je reste la même personne. Avec un bagage plus gros, en fait.»

Des bribes de son quotidien ont percé au fil des entrevues accordées à gauche et à droite pendant la diffusion de Fugueuse, mais Ludivine Reding dit avoir pris soin de protéger son intimité, même si son étoile brillait plus fort de semaine en semaine.

«Les gens commencent à savoir que j'ai un copain, informe-t-elle. Ça fait trois ans que je suis avec mon chum. On est amis depuis super longtemps. Il a versé une larme au dernier épisode.»

«Tout le monde me demande comment mon chum vit ça... Mais il comprend. C'est un rôle! Fanny, ce n'est pas moi. C'est un métier. Et je suis super contente de l'avoir à mes côtés. Il me supporte vraiment, là-dedans. Il me traite comme avant. Je ne suis pas différente pour lui à cause de ça», complète Ludivine en éclatant de rire, et mentionnant au passage que sa maman a du mal à regarder Fugueuse seule, parce que trop bouleversée par l'intrigue.

Autre étincelle qui brille dans les yeux de Ludivine Reding, celle qu'allume l'évocation de ses collègues comédiens. «Camille (Felton, qui incarne Jessica) et moi, on s'est regardées à un moment donné, pendant le tournage, et on s'est dit que ça faisait huit mois qu'on était ensemble!», rigole Ludivine à propos de sa camarade, à qui elle donne également la réplique dans la série familiale La dérape, aussi tournée pendant la saison chaude de 2017.

Avec Madani Tall (Fred) et Jean-François Ruel, elle relate avoir développé une formidable complicité. «Kim (Kimberly Laferrière), qui fait Natacha, je l'adore!», ajoute Ludivine. Puis, Laurence Latreille et elle ont «bâti un fort lien», souligne-t-elle.

«Quelle personne incroyable et généreuse!, s'enthousiasme Ludivine au sujet de sa complice. C'est drôle de la voir dans la vie, par rapport à Ariane. Elle est tellement... je ne sais pas comment dire ça... Elle est à l'extrême d'Ariane! Ça démontre juste son talent de comédienne. Je la trouve vraiment exceptionnelle! Elle habite juste à côté de chez nous. On se fait des soupers, avec ses colocs!»

Des trophées?

Et la suite, maintenant? Il a été officiellement confirmé lundi que Fugueuse connaîtra une deuxième saison à TVA, mais on ne sait encore rien de l'histoire que développera l'auteure, Michelle Allen, et de la date de diffusion de ce nouveau volet.

Or, la perspective de poursuivre l'aventure semblait emballer Ludivine au plus haut point lorsque cet entretien a été réalisé. D'ici là, on peut renouer avec elle dans La dérape, disponible en entier sur Club Illico, où elle incarne l'adorable Émilie, une amie sociable et dynamique de Julia (Camille Felton), le personnage principal. La présente période d'auditions et de pourparlers printaniers pourrait également lui apporter d'autres beaux mandats professionnels, mais l'artiste ne peut rien révéler pour l'instant.

Et, qui sait? Les yeux stupéfaits de Ludivine Reding s'écarquillent grand quand on lui fait remarquer qu'elle a d'importantes chances d'aller chercher un trophée lors des prochains galas Artis et Gémeaux.

«Rien n'est sûr, là, s'empresse-t-elle d'opposer humblement en riant, lorsqu'on lui signale la possibilité. On verra...»