POLITIQUE
23/02/2018 15:10 EST | Actualisé 23/02/2018 15:10 EST

Pierre Karl Péladeau maintient le suspense sur un retour en politique d'ici aux élections

Après Jean-Martin Aussant, le retour de Pierre Karl Péladeau au sein du PQ?

Paméla Lajeunesse

L'ancien chef du Parti québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau, n'exclut pas l'idée d'effectuer un retour en politique active d'ici aux élections provinciales d'octobre prochain.

En entrevue avec Mario Dumont sur les ondes de LCN, le président et chef de la direction de Québecor a indiqué qu'il ne fermait pas de porte.

«Je suis PDG de Québecor et j'ai l'intention de poursuivre mon travail», a mentionné Péladeau alors que Dumont avait commencé son intervention en parlant du retour de Jean-Martin Aussant au sein du PQ.

«Au moins jusqu'au 2 octobre?» a demandé Dumont.

Qu'est-ce que l'avenir nous réserve? Ce serait inapproprié pour moi de vous le dire parce que je ne le sais pas moi non plus.»Pierre Karl Péladeau

«Dieu seul le sait, a rétorqué PKP. Je sais que c'est devenu ma formule qui est utilisée trop facilement ou aisément. Chose certaine, c'est qu'aujourd'hui, demain et la semaine prochaine, je suis PDG de Québecor. Certainement le mois prochain. Maintenant, qu'est-ce que l'avenir nous réserve? Ce serait inapproprié pour moi de vous le dire parce que je ne le sais pas moi non plus.»

«Mais vous ne fermez pas de porte?» poursuit l'animateur.

«Non je ne ferme pas de porte. J'ai toujours été attentif au destin du Québec et je vais le demeurer», a ajouté Péladeau qui a démissionné de son poste de chef de l'opposition officielle et de député de Saint-Jérôme le 2 mai 2016.

En entrevue à la première chaîne de Radio-Canada il y a un mois, M. Péladeau avait aussi cultivé le mystère sur son avenir politique, révélant que la garde de ses enfants était maintenant réglementée par un tribunal.

En mai 2016, Pierre Karl Péladeau avait quitté son poste de chef du Parti québécois pour des raisons familiales, évoquant «le bien de ses enfants». Depuis janvier 2016, il est en procédure de divorce avec l'animatrice Julie Snyder.

«Évidemment les choses ont bien évolué depuis mon départ. J'ai une garde partagée sanctionnée par le tribunal, donc tout se passe bien», avait-il confié au micro de Catherine Perrin.

«Romy, ma fille, nous écoutons la télévision ensemble et elle m'a dit la semaine dernière: "Faut que tu te présentes"», avait-il ajouté en éclatant de rire.

«Je ne sais pas si je vais suivre ses conseils.»

Les élections provinciales auront lieu le 1er octobre.

«Une bévue» de Trudeau, selon PKP

Mario Dumont a aussi appelé Pierre Karl Péladeau à réagir aux propos qu'aurait tenus le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, concernant le mouvement souverainiste.

En voyage diplomatique en Inde, Trudeau aurait cité le mouvement souverainiste du Québec en exemple pour convaincre ses hôtes qu'il était pleinement conscient des risques et dangers de la violence, selon ce qu'on peut lire dans un sommaire de l'entretien qui a été publié mercredi sur un site gouvernemental du Pendjab.

Trudeau a catégoriquement nié avoir affirmé cela.

Dumont et PKP ont tenu à souligner qu'il s'agit de propos rapportés par des représentants indiens. Péladeau a ensuite offert son opinion sur le sujet.

«Si c'était le cas, ce serait une bévue supplémentaire. Il n'en est pas à sa première et tristement, j'ai bien peur qu'il n'en soit pas à sa dernière», a expliqué celui qui a été chef du PQ pendant près d'un an.

Avec des informations de La Presse canadienne.

À voir également: