POLITIQUE
22/02/2018 14:33 EST | Actualisé 22/02/2018 23:11 EST

Jean-Martin Aussant revient à sa «famille naturelle» du PQ

Il deviendra conseiller de l'opposition officielle et sera candidat.

QUÉBEC – Jean-Martin Aussant revient à sa «famille naturelle» du Parti québécois. Il agira à titre de conseiller du chef et de la vice-chef du Parti québécois (PQ) pour les questions liées à la métropole et à l'entrepreneuriat, en plus d'être candidat en octobre 2018.

Si le PQ est porté au pouvoir, M. Aussant sera chargé d'un secrétariat qui aura le mandat de commander ou de mettre à jour des études sur l'accession du Québec à l'indépendance, a confirmé en conférence de presse son chef Jean-François Lisée.

M. Lisée, qui a répété à plusieurs reprises que les fonds publics ne seraient pas utilisés pour faire la promotion d'un Québec souverain, fait donc volte-face dans ce dossier. Il dit avoir été «convaincu» par M. Aussant qu'il devait changer son fusil d'épaule.

La Presse canadienne/Ryan Remiorz

Sa recrue lui a fait valoir que ce n'était pas une «question partisane» de mettre à jour ou de commander des études sur l'indépendance, puisque des gouvernements dans l'histoire récente du Québec l'ont fait.

M. Aussant, qui a quitté le PQ avec fracas en 2011 pour fonder Option nationale, estime que le «paysage [politique] a beaucoup changé» et se dit maintenant convaincu que le PQ constitue un «lieu de rassemblement».

Il invite ses anciens compagnons d'armes du parti Option nationale à «réfléchir à la meilleure façon de faire advenir la souveraineté». «Le seul parti qui propose une démarche claire et qui a été fondé pour faire du Québec un pays, c'est le Parti québécois et je suis content d'y revenir.»

M. Lisée soutient quant à lui que le recrutement de M. Aussant est une «étape importante sur le chemin des victoires» qui mènera le Québec.

Candidat dans les environs de Montréal?

M. Aussant confirme qu'il y aura une «annonce ultérieure» pour dévoiler son choix de circonscription. Mais déjà, il laisse planer l'idée qu'il souhaite se présenter dans les environs de la métropole, pour des raisons familiales.

«La région de Montréal est évidemment favorable ou souhaitable. Abitibi-Ouest, c'est sympathique, mais pour la conciliation politique-famille, ce n'est pas idéal», a-t-il lancé.

Une rumeur persistante voulait qu'il visait Pointe-aux-Trembles, un bastion péquiste qui sera libre après le départ de la députée Nicole Léger. Or, le président de la Société Saint-Jean-Baptiste, Maxime Laporte, a déjà commencé à travailler le terrain en vue d'une investiture.

Le seul parti qui propose une démarche claire et qui a été fondé pour faire du Québec un pays, c'est le Parti québécois et je suis content d'y revenir.Jean-Martin Aussant

L'ex-premier ministre Bernard Landry et l'ex-président du PQ, Raymond Archambault, conseillent à M. Aussant de laisser la voie libre à M. Laporte, selon un article de La Presse.

La circonscription de Bourget avait aussi été soulevée, mais le député Maka Kotto a confirmé qu'il ne comptait pas céder sa place.

Les départs de Claude Cousineau, député de Bertrand, et de Martine Ouellet, députée de Vachon, pour se consacrer à ses fonctions de chef du Bloc québécois, pourraient être des options en banlieue de Montréal.

Une décennie de changements

M. Aussant a été élu député péquiste de Nicolet-Yamaska pour la première fois en 2008. Il a claqué la porte en 2011, en raison de la «mollesse» de l'ex-chef Pauline Marois sur l'indépendance, pour créer Option nationale.

En 2013, il quittait le parti qu'il avait créé pour travailler dans le milieu de la finance à Londres. Il est revenu au Québec en 2015 – après avoir appelé à «la fin des exils» lors des funérailles de l'ex-premier ministre Jacques Parizeau.

Depuis août 2015, il est directeur général du Chantier de l'économie sociale

En 2016, il a participé à la tournée «Faut qu'on se parle» en compagnie de Gabriel Nadeau-Dubois, devenu depuis député de Gouin pour Québec solidaire (QS).

En décembre 2017, Option nationale a voté pour la fusion avec QS et est devenu un collectif au sein du parti. QS ne cache pas avoir fortement sollicité M. Aussant pour qu'il se joigne à l'équipe.

Voir aussi sur le HuffPost:

Les députés provinciaux qui quittent la vie politique en 2018