POLITIQUE
22/03/2016 04:18 EDT | Actualisé 22/03/2016 06:22 EDT

Les points saillants du budget Morneau 2016

Le ministre des Finances Bill Morneau reste optimiste dans son but d’atteindre l’objectif budgétaire d’ici cinq ans, même si le déficit frôlera les 100 milliards de dollars à la fin du premier mandat du gouvernement Trudeau.

Déficit de 29,4 G$ cette année

Le déficit sera près de trois fois plus important que prévu cette année, et atteindra 98,9 G$ en quatre ans. Il est donc clair, selon les précisions, que l’équilibre budgétaire ne sera pas atteint à la fin du premier mandat du gouvernement Trudeau.

En campagne électorale, les libéraux avaient promis des déficits « modestes » de 10 G$ par année sur trois ans et le retour à l’équilibre budgétaire lors de la quatrième année.

Les Premières nations, une priorité

Le premier ministre Justin Trudeau avait promis des « investissements historiques » pour les peuples autochtones. Le budget fédéral prévoit 8,4 G$ sur cinq ans, dont 3,7 G$ pour l’éducation et près de 2 G$ pour les infrastructures d’approvisionnement en eau et pour la surveillance de la qualité de l’eau potable, entre autres.

Le gouvernement prévoit aussi d’investir de façon massive afin d’améliorer le logement dans les collectivités des Premières nations. Près de 555 M$ seront dépensés en deux ans afin de répondre aux besoins les plus urgents.

De l’argent pour les transports en commun

Le Québec disposera de près d’un milliard de dollars du fédéral pour les transports en commun dans les trois prochaines années. Puisque l’argent y est distribué selon la proportion de l’achalandage national, la province récolte un peu plus du quart du financement prévu dans la phase 1 du plan en matière d’infrastructure d’Ottawa.

Le premier budget Morneau ne comporte pas une liste précise des projets en infrastructure qui seront financés. Par contre, on y mentionne la mise à niveau des voies du métro de Montréal. Impossible de savoir, pour le moment, si le prolongement de la ligne bleue fera partie des priorités.

Allocation canadienne aux enfants

Les libéraux décrivent leur nouvelle Allocation canadienne aux enfants comme « la plus importante innovation en matière de politique sociale depuis une génération ». Elle remplacera la Prestation universelle pour la garde d’enfants des conservateurs à partir de juillet 2016.

Libre d’impôt, cette nouvelle aide pourrait atteindre jusqu’à 6400$ par année pour chaque enfant âgé de moins de six ans, et 5400$ par enfant âgé de 6 à 17 ans. Les versements mensuels vont varier en fonction du revenu familial afin d’aider ceux qui en ont le plus besoin, précisent-ils.

Améliorer l’accès à l’assurance-emploi

Le gouvernement Trudeau s’assure d’aider les régions les plus touchées par la baisse du prix du pétrole avec ses changements à l’assurance-emploi. Ainsi, il réduit les délais et bonifie les prestations pendant qu’ils se cherchent un nouvel emploi ou qu’ils acquièrent de nouvelles compétences en suivant une formation.

Depuis 2012, les prestataires devaient accepter et chercher des emplois, même à rémunération réduite ou plus loin de chez eux. Les libéraux annulent cette décision dans leur nouveau budget.

Grâce à leurs changements, ils estiment que 50 000 personnes supplémentaires deviendront admissibles aux prestations d’assurance-emploi.

Des études postsecondaires plus accessibles

Les études seront plus accessibles pour les étudiants à revenu faible ou moyen. Le budget fédéral propose d’augmenter de 50% le montant des bourses d’études dès 2016-2017. En contrepartie, le gouvernement élimine deux crédits d’impôt, pour études et manuels, qui ne tenaient pas compte des revenus.

Ainsi, une bourse pour un étudiant de famille à faible revenu passera de 2000$ à 3000$ par année, par exemple. Celle d’un étudiant de famille à revenu moyen pourrait augmenter de 800$ à 1200$. Idem pour les étudiants à temps partiel, qui verront leur bourse passer de 1200$ à 1800$.

Qui est plus, aucun travailleur n’aura à rembourser ses prêts d’études canadiens avant de gagner 25 000$ par année. Les libéraux en avaient fait la promesse pendant la campagne électorale.

Promesse maintenue pour Radio-Canada

La société d’État pourra respirer un peu. Tel que promis, les libéraux accordent 675 M$ sur cinq ans à la Société Radio-Canada – 75 M$ en 2016-2017, puis 150 M$ pour les années suivantes.

Toutefois, il est mentionné dans le budget que « CBC/Radio-Canada doit investir dans du nouveau contenu multi-plateforme et dans des programmes plus novateurs ». L’argent supplémentaire doit aussi soutenir l’amélioration de ses services, comme la numérisation d’archives par exemple.

Le gouvernement libéral indique aussi qu’il va collaborer avec le radiodiffuseur pour « l’élaboration d’une nouvelle vision, d’un nouveau mandat et d’un nouveau plan de reddition de comptes » afin de garantir une viabilité à long terme.

Rétablir l’âge des prestations à 65 ans

Le premier ministre Justin Trudeau avait annoncé, dans une entrevue avec Bloomberg, qu’il allait annuler la décision des conservateurs de faire passer l’âge d’admissibilité aux prestations de la Sécurité de la vieillesse et du Supplément de revenu garanti de 65 à 67 ans.

Plusieurs mesures sont prévues pour aider les aînés les plus vulnérables. Le fédéral va accroître la prestation du revenu garanti pour ceux qui vivent seuls, à la hauteur de 947$ par année à compter de juillet – une mesure qui aidera environ 900 000 individus au Canada, selon le gouvernement.

Rouvrir les bureaux d’Anciens Combattants Canada

Le gouvernement Trudeau va allouer des fonds pour rouvrir les neuf bureaux de services pour les vétérans qui avaient été fermés par les conservateurs de Stephen Harper – à Charlottetown, Sydney, Corner Brook, Windsor, Thunder Bay, Saskatoon, Brandon, Prince George et Kelowna.

Dans son discours, le ministre des Finances Bill Morneau a aussi annoncé son intention d’ouvrir un bureau à Surrey, en Colombie-Britannique. Au total, cette mesure coûtera 78,1 M$ sur cinq ans.

Accroître le nombre de nouveaux Canadiens

Le Canada a déjà accueilli 25 000 réfugiés syriens – la majorité parrainée par le privé – avant la fin du mois de février, mais le pays prend l’engagement d’en accueillir 10 000 autres réfugiés parrainés par le gouvernement d’ici la fin de l’année 2016.

Le fédéral prévoit aussi de réduire les délais de traitement pour les demandes de parrainage familial et d’admettre plus de résidents permanents au pays. Au total, le gouvernement espère accueillir jusqu’à 300 000 résidents permanents cette année.

VOIR AUSSI :

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Le budget Morneau 2016 en bref Voyez les images