LES BLOGUES

Mortelle Adèle : Le retour de la grande peste

Chaque nouveau gag d'Adèle déclenche des éclats de rire tonitruants, des sourires francs et des petits rires malaisants, de ceux qu'on tente d'étouffer tant ils sont politiquement incorrects.

02/09/2017 08:00 EDT | Actualisé 02/09/2017 08:00 EDT

Bon, c'est fait, l'école est enfin commencée. Finies les vacances! Maintenant que leur progéniture est de retour dans les classes, les parents peuvent enfin souffler. C'est désormais au tour des enseignants de subir leur trop plein d'enthousiasme et d'énergie et quelques fois leur excès de mauvaise humeur incontrôlable, une perspective inquiétante si jamais dans la ribambelle de petits minots se trouvent une émule de mortelle Adèle, pour eux... et pour les chats du voisinage.

Il faut que jeunesse se passe

On a été chanceux cet été, deux bédés signées Mr Tan, qui incidemment sera présent pour l'édition 2017 du Salon du livre de Montréal, et Diane Le Feyer ont été publiées. Un hilarant « spin off », comme disent les Angliches, mettant en vedette Ajax, le minuscule chaton de Mortelle Adèle en début d'été et le tout nouvel album de la gamine iconoclaste, À la pêche aux nouilles, quelques jours avant le début des classes, histoire de rappeler aux maîtresses d'école tout ce qu'elles risquent d'endurer dans les prochains mois.

Édition Tourbillon

Véritable phénomène de la bande dessinée jeunesse, les exploits et les irrésistibles réflexions de la jeune irrévérencieuse ont su s'imposer clandestinement dans les classes, à partir des cours de récréation, déjouer la vigilance des grands pontifes de la littérature jeunesse socialement acceptable, les tristement célèbres « ogues, » et en faire une des meilleures bédés du moment, tous styles confondus.

Et ces deux nouveaux opus ne décevront pas ses amateurs. On y retrouve la même intelligence, la même créativité, le même enthousiasme, les mêmes vannes assassines et les mêmes implacables jugements qui ne sont pas sans rappeler ceux de Mafalda, critique sociale en moins... quoique...

Chaque nouveau gag d'Adèle déclenche des éclats de rire tonitruants, des sourires francs et des petits rires malaisants, de ceux qu'on tente d'étouffer tant ils sont politiquement incorrects.

Chaque nouveau gag d'Adèle déclenche des éclats de rire tonitruants, des sourires francs et des petits rires malaisants, de ceux qu'on tente d'étouffer tant ils sont politiquement incorrects. Et même si Monsieur Tan se consacre à une thématique aussi usée que les vacances à la plage, il réussit à lui insuffler un air de jeunesse salvateur.

Édition Tourbillon

Mais ce n'est pas tant son Adèle qui surprend que son Ajax. Alors qu'il aurait pu continuer à nous servir une recette qu'il maitrise parfaitement, le scénariste adopte plutôt le point de vue de la principale victime d'Adèle, son mignon, résilient, naïf et quelques fois un peu bêbête petit chat qui interprète chacun des gestes de sa petite maîtresse comme des marques d'affection au grand désespoir de son pote Fizz, le hamster pessimiste accro au cola, qui ne rate pas une occasion pour tenter d'ébranler son indicible confiance en Adèle. Une occasion pour Mr Tan une occasion d'explorer la psychologie des personnages secondaires de son univers et de les sortir du rôle ingrat de faire-valoir de carton-pâte.

Loin d'être sur le pilote automatique, les deux auteurs continuent de s'amuser comme des petits fous et de nous faire rire. Ni moi, ni ses amateurs ne nous en plaindrons, les profs et les « ogues » quant à eux... hum, j'en suis moins sûr.

La jeunesse des héros

Puisque nous parlons de bande dessinée déjantée populaire chez les écoliers, que dire de l'Agent Jean, d'Alex A, ici aussi un phénomène incroyable - faut voir les files d'admirateurs lors les séances de dédicaces - qui d'album en album se réinvente constamment tout en gardant la même imagination débridée, la même folie communicatrice et le même irrésistible humour absurde.

Pour le magazine Les explorateurs, le bédéiste a décidé de créer les expériences de Mini-Jean, premiers exploits d'un jeune Agent Jean qui s'initie au difficile métier, dans lequel il excellera par la suite, de sauveur de l'univers.

Presses aventure

Même si de prime abord, il semble séduisant de raconter les exploits de jeunesse de nos héros, il faut reconnaître que le succès n'est pas toujours au rendez-vous. Souvent et sans que l'on sache pourquoi, les contradictions entre les personnages jeunes et leurs versions matures sont tellement importantes qu'on en vient à se demander s'il s'agit des mêmes individus. Qui peut croire qu'Archie ce légendaire ado gaffeur et tête de linotte fût dans sa jeunesse ce garçon intelligent, vif d'esprit et ingénieux dont on raconte les exploits dans le Jeune Archie, idem pour le petit Spirou.

Une chance pour nous, ce n'est pas le cas de Mini-Jean qui garde la même fougue, le même délire et le même dynamisme que son illustre pendant adulte. Toute la folie de son univers se retrouve dans cette version miniature qui, présence dans le magazine de vulgarisation oblige, évoque avec intelligence des notions scientifiques plus ardues.

Presses aventure

Si l'auteur souffre encore un peu du format magazine - les histoires qui doivent être complètes en deux pages sont moins développées et l'album manque un peu d'unité - il reste que c'est toujours un plaisir de se plonger dans son univers totalement cinglé et réjouissant qui n'en finit plus de nous surprendre.

Une belle réussite qui me laisse croire que ce n'est pas automatiquement une mauvaise idée que de raconter les premières bulles des héros du 9e art.

Mr Tan, Diane Le Feyer, Ajax, Chat va bien, Éditions Tourbillon

Mr Tan, Diane Le Feyer, Mortelle Adèle, À la pêche aux nouilles, Éditions Tourbillon

Alex A, Les expériences de Mini-Jean, 2 tomes, Presses Aventure

LIRE AUSSI
»
BLOGUE Alive : scènes du grand cirque du rock'n'roll
» BLOGUE L'été en pente douce : Il y a le ciel, le soleil et... la mer
» BLOGUE Wake Up America : la tragique complainte pour l'égalité

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost