Mélanie Joly

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Mélanie Joly
 

Montréal a besoin de nous

Publication: 14/06/2013 10:19

«Montréal, c'est toi ma ville». Voilà bien une ancienne publicité qui m'inspire le temps où Montréal y allait d'efforts publicitaires pour convaincre ses habitants de demeurer dans ses terres. Il y a de cela plus d'une décennie. C'est encore le cas aujourd'hui. Mais c'est bien plus encore.

Montréal manque d'énergie. On parle beaucoup de corruption et de collusion. De ses problèmes de gestion. De ses routes et viaducs à faire pleurer qui ont coûté affreusement cher. De sa congestion frustrante. De ses services inadaptés. De son manque de conviction dans la réalisation de grands projets. De son absence d'envergure. De son architecture politique délirante. De son exode des talents. Bref, de son manque de leadership visionnaire. Tout pour faire en sorte qu'on s'en désintéresse.

On connaît ses bons coups, pour sa culture et pour son attrait touristique. On sait que Montréal est riche de gens brillants, créatifs et ambitieux. On sait aussi que toute cette effervescence n'est pas transposée au sein des sphères politiques décisionnelles. On sait surtout qu'elle gagnerait à y être. Depuis plus de cinq ans, certains de nos grands, tels Gilbert Rozon et Guy Laliberté, ont dénoncé ce manque de volonté.

Depuis trop longtemps, on tient Montréal pour acquis. Économiquement, politiquement et même, culturellement. On l'a complexifiée, désavouée. Montréal est tombé dans l'indifférence. Tel l'élève doué muté au fond de sa classe, on a tenu pour acquis son apprentissage, on a cessé d'améliorer son développement et on s'en est désintéressé. Or, une ville n'est pas autosuffisante. Elle a besoin d'énergie.

Depuis les derniers mois, les témoignages effrayants de corruption ont fait en sorte que l'indifférence a laissé place à la grogne. Une insatisfaction inquiétante certes, mais surtout, une chance incroyable de mobiliser de nouvelles forces qui ont envie de s'engager. Bizarrement, Montréal a un fort pouvoir d'attraction. Malgré les tempêtes qui l'accablent, nous sommes plusieurs à avoir décidé d'y vivre. C'est plus qu'un choix, c'est un engagement. Plusieurs d'entre nous s'y sont établis avec le dessein avoué d'y contribuer. Et puis, notre ville est si mal en point que l'on se sent nécessairement interpellé.

Cessons la nostalgie de l'Expo 67 et des Jeux olympiques de 1976. Rien ne nous empêche de créer à nouveau un Montréal inspirant. Il n'est pas trop tard pour rebâtir notre qualité de vie, pour investir dans nos quartiers. Il est encore temps de devenir l'une des villes les plus dynamiques du 21e siècle. Nous pouvons bâtir une ville à notre image, une ville dont nous serons fiers: fiers de nos façons de faire, de nos accomplissements et de qui nous sommes.

Nous voulons que Montréal soit une ville humaine, où les gens veulent habiter, s'amuser et faire croître leur entreprise. Montréal peut redevenir une ville convoitée internationalement tout en demeurant conviviale, chaleureuse et créative. Il suffit d'être audacieux et de donner une nouvelle impulsion à notre ville, et ce, à l'avantage de tous les Montréalais.

Les Montréalais font face à un choix. Ils peuvent demeurer dans les estrades et laisser Montréal à son sort ou se lancer sur la glace et se doter d'une ville humaine à échelle internationale. Montréal a besoin de gens intègres, compétents et visionnaires. Une équipe volontaire dont les membres ont à cœur le bien-être de Montréal et de ses habitants. Cela n'arrivera pas par magie.

Bref, Montréal a besoin de nous.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Loading Slideshow...
  • Denis Coderre

    Le député fédéral de Bourassa, Denis Coderre, a annoncé officiellement sa candidature à la mairie de Montréal le 16 mai dernier devant l'hôtel de ville, où l'attendait un groupe de manifestants, qui ont fait sentir leur présence lors de son allocution. En conférence de presse, Denis Coderre a déclaré qu'il brigue la mairie de Montréal pour pallier le « manque de leadership flagrant » à la tête de la métropole québécoise à qui il désire rendre sa fierté et ses lettres de noblesse. (Source: Radio-Canada)

  • Marcel Côté

    Marcel Côté, associé principal et co-fondateur de SECOR, a annoncé sa <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/07/03/marcel-cote-devient-candidat-a-la-mairie-de-montreal_n_3539992.html" target="_blank">candidature le 3 juillet 2013</a>. Il a pris la tête d'une coalition, nommée Coalition Montréal, qui inclut Vision Montréal.

  • Mélanie Joly

    Âgée de 34 ans, Mélanie Joly a annoncé sa candidature le 17 juin 2013. Elle affirme vouloir <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/06/17/melanie-joly-se-lance-dans-la-course-a-la-mairie-de-montreal_n_3453826.html" target="_blank">gouverner par coalition</a>, conjointement avec les autres partis. Avocate de formation, elle a pratiqué le droit en litige commercial avant de se joindre au cabinet de relations publiques Cohn & Wolfe, à Montréal. (Source: Radio-Canada)

  • Richard Bergeron

    Le chef de Projet Montréal a confirmé dès le départ du maire Gérald Tremblay qu'il se présentera pour le poste en novembre prochain.

  • Michel Brûlé (Archive 2005)

    L'éditeur des Éditions des Intouchables a confirmé le 4 juillet à <em>La Presse</em> qu'il allait se présenter à titre de <a href="http://www.lapresse.ca/actualites/montreal/201307/04/01-4667480-michel-brule-se-lance-dans-la-course-a-la-mairie.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_BO2_quebec_canada_178_accueil_POS1" target="_blank">candidat indépendant</a>. Michel Brûlé est toutefois un personnage controversé. Il a lui-même <a href="http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201012/04/01-4349203-michel-brule-oui-jai-rencontre-des-prostituees.php" target="_blank">admis avoir «rencontré des prostituées»</a>. Une position qu'il a plus tard nuancé en affirmant qu'il n'avait pas nécessairement utilisé leurs services.

  • Louise Harel

    La chef du parti Vision Montréal, Louise Harel, s'est ralliée à la coalition de Marcel Côté le 2 juillet 2013. Elle sera candidate au poste de conseillère de ville dans l'arrondissement de Ville-Marie.

  • Michael Applebaum

    Dès son arrivée à titre de maire intérimaire après le départ de Gérald Tremblay, Michael Applebaum a annoncé qu'il ne serait pas candidat. Michael Applebaum a depuis démissionné du poste de maire intérimaire à la suite de son arrestation par l'UPAC le 17 juin dernier. Il fait face à 14 chefs d'accusation, dont fraude, corruption et abus de confiance.

  • Raymond Bachand

    Des rumeurs ont circulé sur l'ex-candidat à la chefferie du Parti libéral du Québec. Il a toutefois <a href="http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2012/11/20121117-153920.html" target="_blank">nié son intérêt</a> pour diriger la métropole.

  • Michel Labrecque

    Le président de la Société de transport de Montréal <a href="http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201303/21/01-4633197-michel-labrecque-ouvre-la-porte-a-la-mairie.php" target="_blank">a ouvert la porte</a> à une candidature à la mairie de Montréal, avant de finalement se désister. Son mandat à la tête de la STM prendra fin avant les élections de novembre prochain.

  • Michael Fortier

    L'ex-ministre fédéral conservateur et ex-sénateur a souvent été nommé parmi les candidats potentiels. Toutefois, lors d'une conversation avec un éditorialiste de La Presse ce printemps, Michael Fortier a <a href="http://blogues.lapresse.ca/avenirmtl/2013/03/22/normand-legault-a-la-mairie-labrecque-coderre-fortier/" target="_blank">fermé la porte</a> à cette possibilité.

  • Normand Legault

    L'homme d'affaires et ex-patron du Grand prix du Canada a également rejeté les rumeurs quant à sa possible candidature.

  • David La Haye

    L'acteur québécois affirme qu'il songe sérieusement à se présenter comme candidat à l'élection du 3 novembre prochain. Il a même <a href="http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/02/20/david-la-haye-devoile-le-nom-de-son-nouveau-parti-pour-la-mairie-de-montreal_n_2727881.html" target="_blank">trouvé un nom pour un nouveau parti</a>: Renouveau Montréal.

  • Gilbert Rozon

    Le président de Juste pour rire, un autre nom qui circule régulièrement, <a href="http://www.ledevoir.com/politique/montreal/350664/gilbert-rozon-ne-briguera-pas-la-mairie-de-montreal" target="_blank">a affirmé l'an dernier</a> qu'il ne se présenterait pas.

 

Suivre Mélanie Joly sur Twitter: www.twitter.com/melaniejoly

Suivre Le HuffPost Québec