LES BLOGUES

Je souhaite que Guy Turcotte ait un procès «juste et équitable»... hors du Québec

17/11/2013 11:54 EST | Actualisé 17/01/2014 05:12 EST

Tout le monde le sait, Guy Turcotte sera jugé à nouveau pour le meurtre prémédité de ses deux enfants, commis le 20 février 2009 et pour lequel il a été considéré non criminellement responsable à l'issue d'un procès devant juge et jurés le 5 juillet 2011. Il doit revenir en cour en janvier 2014 afin de déterminer la date de son nouveau procès.

Il semble que le droit d'être jugé par ses pairs, lorsqu'on s'expose à une peine de 5 ans ou plus, est inaliénable, à moins d'amender la constitution. Alors si Turcotte choisit encore un procès devant juge et jury, et nous n'avons d'autre choix que d'acquiescer à sa demande. Pour une deuxième fois.

La sélection d'un jury impartial est-elle possible au Québec? Y a-t-il quelqu'un qui n'a pas entendu parler de cette cause et qui n'a pas déjà une opinion arrêtée sur le sujet? Ou alors qui en a entendu parler, mais qui saura faire fi de son opinion? He-hum! Je dois soudainement m'éclaircir la gorge... He-he-hum!

On est bien conscient de la difficulté de trouver des jurés impartiaux alors qu'une proportion significative de la population souhaiterait pouvoir le lyncher... C'est d'ailleurs pour cette raison qu'on envisage la possibilité de tenir le prochain procès dans une autre province. En fait, je crois qu'être jugé hors Québec, c'est la seule façon pour lui d'avoir un procès «juste et équitable».

Pourquoi je me soucie du fait que Guy Turcotte ait un procès juste et équitable?

Comme il s'en est déjà tiré une fois en plaidant le trouble mental, on se doute bien que son plaidoyer sera le même cette fois aussi. Il est bien sûr permis de rêver qu'il fera une sortie honorable et plaidera coupable, nous épargnant ainsi des frais importants liés à un autre procès et permettant du même coup à Isabelle Gaston de vivre sa vie en paix. Mais permettez-moi d'en douter.

Le Québec représente 22% de la population canadienne, mais nos tribunaux prononcent pourtant 45% des verdicts canadiens de non-responsabilité criminelle pour troubles mentaux.

LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- Affaire Turcotte: la fin d'un traumatisme collectif? - Sophie Bérubé

On serait porté à croire, en regardant les chiffres, que la probabilité d'être reconnu non criminellement responsable au Québec est le double des autres provinces, mais faisons ensemble un petit calcul...

La population québécoise, 8 054 756 personnes, reçoit 45% des 1 200 verdicts de non-responsabilité criminelle prononcés chaque année au Canada, soit 540 (verdicts) / 8 054 756 (population québécoise) = 0,00006704113 (1)

Le total de la population canadienne est de 34 880 500 individus. Si on lui soustrait la population québécoise, on arrive à 26 825 744 personnes qui se partageront les 660 autres verdicts annuels de non-responsabilité criminelle. 660 (verdicts) / 26 825 744 (population du ROC)= 0,00002460323 (2)

En divisant (1) par (2), on obtient : 2,72489140653, soit un peu de plus de 2,7 fois plus de probabilité d'être reconnu non criminellement responsable au Québec qu'ailleurs au Canada.

Or, en plaidant la folie passagère, les chances de Turcotte de s'en sortir s'il est jugé au Québec sont donc, statistiquement, plus de 2,7 fois supérieures que s'il est jugé ailleurs au pays.

C'est donc pourquoi je souhaite, du fond du cœur, qu'il soit jugé hors du Québec, question qu'il ait véritablement un procès juste et équitable.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Guy Turcotte sera rejugé: la twittosphère réagit



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.