LES BLOGUES
14/11/2013 02:53 EST | Actualisé 14/01/2014 05:12 EST

Affaire Turcotte: la fin d'un traumatisme collectif?

J'ai l'impression que nous ne savons pas trop comment réagir devant l'annonce d'un nouveau procès pour Guy Turcotte qui a été déclaré non criminellement responsable d'avoir tué ses deux enfants à coups de couteau. On dirait qu'on a tant souffert de ce verdict, qu'il nous apparaît presque anormal qu'une autre issue soit envisageable dans cette affaire.

J'ai moi-même détesté de toutes mes tripes Guy Turcotte et tout ce qu'il représentait à mes yeux : le narcissisme, la manipulation, la jalousie, la colère, la violence, et l'incapacité de mettre l'intérêt de ses enfants avant le sien.

J'ai pleuré de rage à l'annonce du verdict, car j'y ai vu l'incapacité de la société, sous la forme d'un jury, à admettre qu'un parent puisse être délibérément aussi cruel.

Cette incapacité à reconnaître la psychopathie chez un semblable me faisait craindre le pire pour l'avenir. Comme quoi, notre société demeurerait dupe face au fléau de la manipulation et du narcissisme. Bref, ces gens froids, tellement obsédés par leur succès qu'ils sont prêts à détruire leurs proches, gagneraient encore contre les gens de bonne foi.

Est-ce qu'un nouveau procès, un nouveau verdict, pourrait changer les choses ? Je ne sais pas, mais comme dit Isabelle Gaston, la mère des victimes, il n'y a pas de gagnants dans cette histoire, seulement des perdants. Mais il y a peut-être quelques consolations. Par exemple, le combat qu'elle a mené pour que les experts soient davantage responsabilisés et ne disent plus une chose et son contraire fait l'objet d'une étude sérieuse au Collège des médecins. De plus, les lois sont en voie de protéger davantage les victimes.

J'ai l'impression que le fait que Guy Turcotte ait pris le chemin de la prison mercredi soir met un peu de baume sur notre colère. Avec le recul, je vois ce gars-là comme un pauvre type, voire un paria de la société. Il ne s'est pas suicidé, mais presque, parce qu'aujourd'hui, le succès qu'il a tant désiré lui a complètement échappé. Qu'il soit en dedans ou dehors, qu'il mette la faute sur son inconscience, la folie ou du lave-glace, ou mieux encore qu'il en prenne totalement la responsabilité, le résultat sera le même.

Finalement, je ne souhaite pas vraiment la tenue d'un procès. Je n'ai pas envie de voir le cirque médiatique s'agiter autour des témoins, dont la mère des victimes qui a assez souffert de tout ce processus. Et surtout, je trouverais ridicule d'en arriver au même point à la fin.

S'il n'y avait pas de jury, si j'étais juge, si le passé n'était pas ce qu'il est... je recommanderais fortement aux procureurs d'éviter un procès. Je leur suggérerais plutôt de s'entendre sur une accusation réduite de meurtre non prémédité et sur une peine d'emprisonnement à entériner par le tribunal. Il n'y aura jamais de justice parfaite. Au moins, un homme paierait pour son erreur comme il se doit; en purgeant une peine de prison. Il me semble que nous en serions tous soulagés.

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Guy Turcotte sera rejugé: la twittosphère réagit



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.