LES BLOGUES

«Polysesouvient» sauf d'Hélène Colgan, la victime qui dérange

05/12/2014 11:08 EST | Actualisé 07/12/2015 10:36 EST

Au début des années 1990, le lobby anti-armes se félicitait de la baisse du taux de suicide par armes à feu depuis le resserrement de la loi. Mais la coalition se gardait bien de dire que le taux global de suicide avait augmenté pour atteindre un plafond historique.

Et d'entrevue en entrevue, je me disais qu'un journaliste allait les confronter à cette dernière statistique, mais je me trompais. C'est là que j'ai compris que j'aurais beaucoup de pain sur la planche pour rétablir les faits.

C'est facile de faire des affirmations gratuites. Après tout, qui a le temps d'aller vérifier les chiffres et études citées?

Alors je prenais le temps de faire la recherche et de démentir les affirmations pseudo-scientifiques de la coalition, qui consistaient le plus souvent à prendre des chiffres réels, mais en les citant hors contexte, pour laisser croire ce qui sert leur idéologie, peu importe ce que la science en dit réellement.

Et j'ai commencé à diffuser les informations revues et corrigées grâce à l'avènement de Facebook, tentant de faire connaître la vérité au plus grand nombre. C'est ainsi que la magie des réseaux sociaux m'a mise en contact avec Claude Colgan.

«Qui c'est, ce Claude Colgan?»

Tout le monde connaît Marc Lépine, qui a tué 14 femmes. On se le fait rappeler chaque année. Mais de là à connaître le nom de ces femmes... Claude est le frère de Hélène Colgan, une des 14 victimes de la tragédie de la Polytechnique.

helene colgan

Hélène Colgan et son frère Claude

«OK, et qu'est-ce qu'elle a de spécial cette victime, qui la rend différente des 13 autres»?

Claude la décrit comme une jeune femme tout ce qu'il y a de plus exceptionnelle, tant par ses qualités humaines qu'intellectuelles. Mais à ce compte, il est probable que les 14 familles nous laissent la même impression de chacune des 14 victimes. Sauf pour une chose : Hélène Colgan était ce qu'on appelle communément une pro-gun.

«Quelle ironie d'aimer les armes à feu et de périr sous les balles! Elle aurait changé de camp avoir su!»

Ce n'est pourtant pas ce que croit sa famille. Au moment de sa mort, Hélène n'attendait que la fin de ses études pour faire les démarches nécessaires pour se procurer légalement un «45 auto» de modèle 1911, exactement comme celui de Don Johnson dans la série télévisée Miami Vice. Si cela lui avait été permis par la loi, elle aurait porté une arme à feu sur elle le jour où elle a été tuée.

Claude et ses parents sont convaincus que:

«Si elle ou toute autre personne sur place avait eu une arme en sa possession ce jour-là, on ne peut pas affirmer que tout le monde serait encore en vie, mais il n'y aurait certainement pas eu quatorze morts. Et peut-être même qu'Hélène serait encore en vie!»

Constatant la récupération politique et médiatique qu'on fait de la tragédie de la Polytechnique, en n'accordant qu'exceptionnellement la parole à des gens qui ont une analyse qui respecte la mémoire d'Hélène, la famille Colgan appréhende la date anniversaire de sa mort.

«Chaque année, la coalition pour le contrôle des armes à feu, un groupe de charognards, se fait un plaisir de nous rappeler sa mort tout en nous retournant, encore et encore, le couteau dans la plaie à ma famille et à moi.

Cette année, on pousse l'insulte encore plus loin en faisant un spectacle-bénéfice en hommage, du moins on le prétend, aux 14 victimes, mais dont les profits serviront à financer un plus grand contrôle des armes à feu... Comme si Hélène avait pu être d'accord avec ça! Pourrons-nous un jour faire notre deuil en paix?»

Et il ajoute encore :

«Des lois injustes et draconiennes, ce n'est pas ce qu'Hélène aurait voulu laisser en héritage. La loi c-68 n'a rien fait pour réduire la criminalité, (NDLR: Voir le graphique 4 à la page 7) tout ce que cette loi a fait c'est d'accuser injustement des gens, qui ont dû se ruiner en frais d'avocats pour rétablir les faits. Hélène aurait tout fait pour combattre une telle loi. (...) Elle serait enragée de voir que tous les 6 décembre, la coalition pour le contrôle des armes à feu utilise sa mort pour faire valoir bassement son agenda.»

Alors cette année, pour le triste vingt-cinquième anniversaire de cette tragédie, je vous prie d'enfin honorer la mémoire d'Hélène Colgan.

Chaque fois que quelqu'un réclamera un plus grand contrôle des armes à feu au nom des 14 victimes, soyez gentil, reprenez-le. Parce que ce qu'ils font, ils le font tout au plus au nom de 13 des 14 victimes.

Et que la seule chose qui aurait pu sauver la vie d'Hélène ce jour-là est la chose qu'ils combattent avec tant d'ardeur.

LIRE AUSSI:

>Berlin prépare Noël, Montréal vit un drame - 25 ans après! - Évelyne Abitbol

>Ma Poly à moi - Claude Aubin

>Un 7 décembre sur Terre - Patrick Bellerose

>25 ans plus tard, nous sommes encore des «bitches» - Sophie Bérubé

>25 ans plus tard, je me souviens - Louise Chabot

>6 décembre: se souvenir et surtout agir! - Françoise David

>Des monstres et des hommes - Caroline Dubois

>Polytechnique: 25 ans de supercherie et de mensonges - Stéphane Gendron

>La faute aux féministes? - Marilyse Hamelin

>Polytechnique: la haine des femmes - Fatima Houda-Pepin

>25 ans après, les hommes sont-ils enfin prêts à entendre... et à changer? - Simon Lapierre

>Polytechnique: tant d'euphémismes pour nier la misogynie - Jocelyne Robert

Les victimes de l'École Polytechnique - 1989

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter