LES BLOGUES

Poursuivre ses rêves une affaire de jeunes?

Il n'est jamais trop tard pour poursuivre ce qui nous tient à coeur.

28/11/2017 09:00 EST
Greg Ortega - Unsplash

La pensée courante est de croire que de poursuivre ses rêves est l'affaire des jeunes. Bien qu'avec l'âge et l'expérience, pour beaucoup, le désir du risque diminue, ce qui a une influence sur les objectifs que l'on se fixe et sur notre espoir de les voir se réaliser. Il n'est jamais trop tard pour poursuivre ce qui nous tient à coeur.

Dernièrement, je lisais un livre de Phyllis Korkki, journaliste et éditrice au New York Times, dont le titre ne passe pas par quatre chemins, The Big Thing: How to Complete Your Creative Project Even if You're a Lazy, Self-Doubting Procrastinator Like Me. Si je me risque à une traduction libre ça donnerait ceci: « Le gros projet: Comment terminer votre projet créatif même si vous êtes paresseux, avez des doutes et aimez procrastiner comme moi ».

Pour résumer le tout, c'est un amalgame de réflexions, de recherches, de données scientifiques et d'anecdotes qui explique pourquoi on tend à repousser certains projets auquel on tient pourtant beaucoup. Ça traite aussi de l'importance d'exercer sa créativité et d'aller jusqu'au bout des objectifs visés.

Une chose qui m'a particulièrement interpellée est le constat d'une psychologue qui recevait dans son bureau des gens ayant mené une vie somme toute agréable, mais qui vivaient avec un malaise persistant. Une mère qui s'était consacrée à sa famille, mais une fois les enfants grands réalisait qu'elle aurait aimé poursuivre des études supérieures, un homme à la retraite qui a toujours voulu apprendre la guitare et qui pourtant n'y donnait jamais suite prétextant chaque fois être trop vieux, etc.

La psychologue expliquait que la plupart du temps elle encourageait ses clients en leur disant qu'il n'est jamais trop tard.

Ces personnes avaient tenté d'ignorer leurs désirs en pensant que ce serait sans conséquence et pourtant plusieurs années plus tard l'accumulation de souhaits refoulés et de frustration avait causé en eux une forme de dépression. La psychologue expliquait que la plupart du temps elle encourageait ses clients en leur disant qu'il n'est jamais trop tard.

Le livre s'attarde sur quelques études qui ont prouvés qu'avoir des projets à long terme permettait de retarder l'apparition des maladies liées au vieillissement et que pour cette raison seule ça valait au moins la peine de poursuivre ses passions.

Cette réflexion m'a mené à me questionner sur mes propres rêves d'enfance. J'ai toujours aimé les communications, l'écriture, rencontrer des gens, faire de la vidéo, de la photo et cultiver ma curiosité artistique.

Carlo De Olim
Je continue d'explorer diverses avenues créatives, de collaborer à des recueils de poèmes et de créer des vidéos entre autres. À travers ses rencontres et conversations, j'aime redécouvrir la fougue de cette première passion, celle acquise dès l'enfance, qui semble innée, mais qui a bel et bien été travaillée au fil des années. Cette semaine, je suis tombé sur cette vidéo que j'ai réalisé avec Julien Lacroix l'an dernier. J'ai décidé de la publier. Il tentait alors de percer comme humoriste. Il effectue ces jours-ci une tournée à travers la province avec Mehdi Bousaidan.

C'est bien de regarder en arrière, de voir le chemin parcouru ou d'évaluer ce qui reste encore à faire avant d'y arriver. Assez parlé maintenant, place à l'entertainment!

Les billets de blogue les plus lus sur le HuffPost