DIVERTISSEMENT
14/07/2015 06:59 EDT

Julien Lacroix: l'art de ne pas se prendre trop au sérieux (ENTREVUE)

Zoofest

C'est peut-être parce qu'il ne donne pas souvent d'entrevue (celle-ci serait sa deuxième pour être précis) ou qu'il n'a que 22 ans que Julien Lacroix est un peu nerveux lors de l’entretien. Il se ronge quelque peu les ongles, mais quand même, il est là, fier et alerte, très reconnaissant que l'on écrive sur lui. Il ne nous remercie pas une, mais trois fois.

Ce que le public ignore toutefois de Julien, même s'il évolue officiellement dans le milieu de l’humour depuis un an, c'est qu'il n'est pas un débutant pour autant. Oui, l'École nationale de l'humour ne l'a pas retenu en 2012 après l’avoir admis au stage. Oui, il y a de ces apparitions qu'il préférerait carrément oublier. Donc, oui, à 22 ans, Julien a de l'expérience derrière la cravate – même s’il serait le premier à dire le contraire, très humble qu’il est.

Il y a de cela quelques années, au sein de la ligue d’improvisation collégiale des Pamplemousses, il repartait avec le prix de joueur de l’année. Deux fois consécutives. Depuis, il a joué dans les grandes ligues d’impro de la métropole et cette année, il sera encore du Mondial. Bien lu : encore, car en 2013, il permettait à l’équipe du Québec qu’il coachait d’emporter la finale contre la Belgique.

Julien a rêvé de faire du cinéma une bonne partie de sa vie. Normal, direz-vous, toute sa famille travaille dans le milieu. De gros plateaux, il en a vu. Des acteurs d’Hollywood, des Dustin Hoffman, Susan Sarandon, il en a croisé. Mais quand même, même si le cinéma le fascine profondément, le 7e art n’aura jamais eu le dessus sur son vrai amour: faire rire.

«Ç’a toujours été l’humour, dit-il le plus franchement. Quand on est ado, on a tous une phase "je veux être un artiste". Moi, j’ai toujours voulu être humoriste. Quand j’étais petit, dans ma tête, je me voyais faire l’École, en sortir et lancer un one man show, le parcours classique. Mais j’ai fait les choses autrement et je ne peux pas dire que je le regrette.»

«Je viens du milieu de l’impro et je pense que ça paraît dans mon humour. Je suis quelqu’un de très sarcastique en général. Mon regard sur la vie l’est vraiment. Je suis aussi très angoissé et ça aussi je pense que ça paraît sur scène.»

Ce sarcasme et cette naïveté à aborder les choses, Julien les a mis à contribution dans son humour et c’en est devenu sa marque de commerce. À l’ère où tout le monde partage son opinion sur les réseaux sociaux à coup de statuts Facebook et de vidéos, le cinéphile a décidé de faire passer son message dans l’œil d’un personnage fichtrement bien campé : un ado-adulte, dont l’âge demeure un mystère, qui divague dans toutes les directions sur les sujets les plus variés… pour finalement ne dire que dalle. Mais le fond est là, nous rappelle Julien.

Tsé quand tes parents partent, les souris dansent... même un peu trop des fois.Dernière de la saison régulière de Les Mardis du rire. 15 humoristes, vos chouchous et des surprises ! Merci Adib Alkhalidey et Katherine Levac

Posted by Julien Lacroix on 9 juin 2015

«Je me moque beaucoup des gens qui donnent leur opinion sur Internet, je les caricature. Des fois les gens sortent de là et disent : "Ah lui il est intelligent", "Lui, c’est politique!" Mais tout ce que je dis est taré! Le monde aime voir une bibitte qui s’assume!»

Ainsi, sur scène, Julien parle sans filtre, toujours dans le but de conduire les gens à réfléchir par eux-mêmes : le racisme, l’homosexualité et même, aussi étrange que cela puisse paraître, les tsunamis sont parmi les sujets qu'il aborde.

«Je ne suis pas Yvon Deschamps là! reconnaît aussitôt Julien Lacroix, sourire aux lèvres. Je veux juste inviter le monde à s’informer par eux-mêmes et mon personnage m’aide à le faire. Lis donc toi-même, forge-toi toi-même ton opinion et défends-la intelligemment.»

Désormais, Julien ne passe plus une seule semaine sans monter sur scène. La soirée qu’il a créée en 2013 et qu’il anime depuis, Les Mardis du rire au Barachico à Longueuil, lui a permis de prendre confiance en lui, mais surtout de perfectionner son art. Et ça, c’est l’une de ses plus belles réussites.

«Je me suis souvent planté au début, parce que j’avais la tête dure et je ne contrôlais pas mes affaires. Bon, je ne les contrôle pas encore à 100% aujourd’hui, mais ça commence à être plus clair.»

Au Zoofest, le public pourra donc découvrir Julien dans un spectacle d’une heure, Enfin Réunis, où il jouera 30 minutes de son meilleur matériel au côté de son mentor et ami Richardson Zéphir. On le verra aussi dans Le Show 2000, le Gala de l’absurde, ZOOthérapie, J’ai déjà…, El Drôle et 60 humoristes en 60 minutes. On y compte au total près de 40 apparitions pour un festival qui dure 23 jours. Pas mal pour un «débutant».

«On a deux univers complètement différents moi et Rich (Zéphir), dit-il en parlant d’Enfin Réunis. Je pense qu’on va plus me découvrir avec ce spectacle-là. J’espère que le monde va rire. Ceux qui me connaissent vont trouver ça vraiment drôle. D’autres seront probablement plus sceptiques, mais ils finiront par rire... (rires) Ben j’espère!»

Optimiste, Julien ne se laisse pas abattre par son tempérament anxieux: «J’ai été nerveux toute l’année, depuis que je sais que je présente 30 minutes de matériel, j’ai surtout très hâte. Courir d’un show à l’autre. Tout ce qu’il faut, c’est livrer la marchandise et je veux le faire.»

Quant à l’après-Zoofest, chaque chose en son temps. Julien dit avoir plein de projets en tête et nous confie qu’on pourrait le voir cet automne au côté de Yannick De Martino dans une web série : «On a tourné un pilote et j’ai vu le produit hier (mardi dernier). C’est vraiment cool!»

Julien Lacroix en vrac

Ce qu’il écoute comme musique :

Charles Aznavour, Louis-Jean Cormier, Daniel Bélanger

Ce qu’il lit actuellement :

La Trilogie berlinoise de Philip Kerr

Son auteur préféré :

Frédéric Beigbeder

Le dernier film qu’il a vu au cinéma :

Jurassic World

Ses humoristes préférés :

Martin Matte, Mike Ward, Marc Labrèche, Jim Carrey

Un album de musique qu'il écoute en boucle :

À Paradis City de Jean Leloup

Enfin Réunis, 25-26-30-31 juillet et 1er août au Cabaret Cabaret du 4e du Monument National.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo11 spectacles à voir au Zoofest Voyez les images