Jamie Lee Curtis

RECEVEZ LES NOUVELLES DE Jamie Lee Curtis
 

Moment de vérité

Publication: 01/05/2013 10:02

En 1977, Glenn Burke, un joueur afro-américain pour l'équipe des Dodgers (Los Angeles), et homosexuel dans le placard, a été le premier à faire un "tope là" à Dustin Baker, dans le stade Dodger. Deux ans plus tard, il ne pratiquait plus le baseball, ayant été transféré aux A's de Oakland et privé de jouer par l'entraîneur Billy Martin. Ce dernier est resté célèbre pour avoir déclaré: "Je ne fais pas jouer une tapette dans mon équipe". Glenn Burke a changé le monde pour toujours avec cette simple claque dans la main.

Je coproduis actuellement le film sur sa vie, Out at Home: The Glenn Burke Story, à propos d'un joueur qui, contrairement à Jackie Robinson - le premier joueur noir à avoir joué dans la ligue majeure de baseball -, n'a pas eu l'opportunité de jouer à la mesure de son talent. À la place, après avoir fait son coming-out une fois sa carrière achevée, il a fini toxicomane, sans ressources, et est mort du sida, loin des foules et des manifestations d'amour et de soutien si courantes aujourd'hui.

LIRE AUSSI: Quand ils viennent vous chercher

Cette semaine, Jason Collins a changé le monde pour toujours quand il a dit la vérité. Cette semaine, Jason Collins a déclaré à la NBA, aux joueurs et aux fans qu'il était homosexuel. C'était le moment de vérité que le monde attendait.

Cela va faire couler beaucoup d'encre ces prochains jours.

Il sera question de vérité et de courage.

J'espère qu'avec la célébration de cette barrière enfin brisée par ce grand et courageux individu, nous nous rappellerons et honorerons aussi ceux qui ont vécu, joué et sont morts dans l'obscurité, avec un secret honteux.

I hope, with the celebration of this barrier being broken by this great, brave individual, that we remember and honor all those who lived and played and died in the dark, in secret shame.

Bienvenue dans la lumière, Jason Collins. De là-haut, Glenn Burke te salue d'un grand et fier "topolà".

VOIR AUSSI

Loading Slideshow...
  • Jason Collins

    <strong>Basketball</strong> «Je n’avais pas l’ambition de devenir le premier athlète d’un sport majeur aux États-Unis à révéler mon homosexualité. Mais maintenant que c’est fait, je suis content de débuter la conversation.» Lundi le 29 avril, le vétéran de 12 saisons dans la NBA est devenu le premier athlète actif (même s’il est libre de tout contrat) d’une grande ligue américaine à sortir du placard. «J’étais certain que mon monde s’écroulerait si quelqu’un savait, a-t-il dit. Mais désormais, chaque fois que je le dis à une nouvelle personne je me sens plus fort et je dors un peu plus profondément.» <em>TEXTES: Vincent Fortier </em>

  • Anton Hysén

    <strong>Soccer</strong> «Je suis un footballeur et je suis gai. Quand je suis un footballeur, ça n’a aucune importance si j’aime les hommes ou les femmes.» Anton Hysén est le seul joueur de soccer actif en Europe à être ouvertement gai. Le fils de l’ex-vedette du club de Liverpool, Glenn Hysén, est sorti du placard en 2011, à 20 ans. Il devenait seulement le deuxième footballeur actif dans une ligue européenne, après Justin Fanashu en 1990, à poser ce geste.

  • Judith Arndt

    Cyclisme «Nous [avec Petra Rossner] sommes très fières d’être des ambassadrices des Jeux gais.» Judith Arndt s’est toujours affichée comme lesbienne, parlant ouvertement de sa relation qui l’a liée pendant 15 ans à une autre cycliste, Petra Rossner. Ceux qui disent que le fait d’être ouvertement gai peut nuire aux performances des athlètes n’ont qu’à regarder l’impressionnant palmarès de l’Allemande aux Jeux olympiques et aux Championnats du monde.

  • Orlando Cruz

    <strong>Boxe</strong> «Je suis et j’ai toujours été fier d’être Portoricain. Je suis et j’ai toujours été fier d’être gai.» En octobre 2012, Cruz a franchi un grand pas en devenant le tout premier boxeur encore actif à s’afficher comme gai. Le poids plume devenu professionnel en 2000 dit avoir pesé le pour et le contre avant de faire son coming out dans un sport encore très «macho».

  • Brendan Burke

    <strong>Hockey</strong> «Mon père et mes coéquipiers ont été d’un soutien incroyable.» Aucun joueur de la Ligue nationale de hockey n’a encore fait son coming out. En 2009, Brendan Burke, le fils de l’ex-directeur général des Maple Leafs et de l’équipe olympique américaine Brian Burke, a annoncé son homosexualité alors qu’il évoluait avec l’équipe universitaire de Miami. L’année suivante, il perdait la vie dans un accident de la route, à l’âge de 21 ans.

  • Anja Parson

    <strong>Ski</strong> «Je suis gaie et je serai mère.» La Suédoise Anja Parson est l’une des athlètes les plus titrées du ski alpin. En juin 2012, après avoir annoncé sa retraite, elle a confirmé à la radio suédoise qu’elle était lesbienne. Parson et sa compagne sont aujourd’hui parents d’un garçon.

  • Mark Tewksbury

    <strong>Natation</strong> «Je crois qu’il y a un lien entre le fait d’être authentique et le fait de bien performer.» Le médaillé d’or olympique et chef de mission de l’équipe canadienne aux Jeux de Londres est l’un des premiers athlètes canadiens à s’être affiché comme homosexuel. Il est depuis connu pour son implication dans le respect des droits de la communauté gaie. Il a fait partie de l’équipe des Outgames, présentés à Montréal en 2006.

  • Martina Navratilova

    <strong>Tennis</strong> «Quand tu recycles, tu fais ta part pour l’environnement. Quand tu sors du placard, tu fais ta part pour la communauté gaie.» En 1981, Martina Navratilova devenait l’une des rares athlètes à sortir du placard. Par la suite, d’autres joueuses de tennis comme Billie Jean King, Amélie Mauresmo et Lisa Raymond ont affiché leur homosexualité.

  • Kwame Harris

    <strong>Football</strong> «Si je pouvais revenir en arrière, je souhaiterais avoir la force de faire mon coming out plus tôt.» Après qu’une altercation avec son ex-petit ami eut défrayé la manchette, en 2012, l’ancien joueur des 49ers de San Francisco a avoué publiquement être homosexuel. Le footballeur avait pris sa retraite du sport professionnel.

  • Megan Rapinoe

    <strong>Soccer</strong> «Quand tu es lesbienne, tes collègues le savent rapidement. C’est très ouvert. Ce n’est pas la même chose chez les hommes et c’est triste.» La joueuse étoile de l’équipe américaine de soccer a fait son coming out en 2012, affirmant au magazine Out qu’on ne lui avait jamais demandé auparavant, «par respect sans doute». «C’est mon rôle de le dire maintenant», a-t-elle ajouté.

  • Robbie Rogers

    <strong>Soccer</strong> «Je pensais pouvoir toujours garder ce secret. Le soccer était ma façon de m’échapper, de garder mon secret.» En février 2013, le joueur de soccer professionnel Robbie Rogers annonce, à 25 ans, sa retraite et son homosexualité. L’Américain a représenté son pays de 2009 à 2011 en plus de s’aligner avec des clubs de la MLS et des ligues européennes.

  • John Amaechi

    <strong>Basketball</strong> «L’homophobie dans le sport n’est pas supposée, elle est bien réelle.» En 2007, Amaechi est devenu le premier basketteur professionnel à parler ouvertement de son homosexualité, quatre ans après sa retraite. Il est depuis devenu très actif dans le sport pour que davantage d’athlètes sortent du placard.

  • Brittney Griner

    <strong>Basketball</strong> «Je souhaite aider les jeunes victimes d’intimidation, surtout au sein de la communauté LGBT.» La géante de 6 pieds 8 pouces est l’une des meilleures basketteuses de sa génération. L’Américaine, qui a signé un contrat avec Nike, a avoué publiquement son homosexualité en avril 2013.

  • David Testo

    <strong>Soccer </strong> «Tu peux être à la fois un excellent joueur de soccer et être gai.» En novembre 2011, en entrevue à Radio-Canada, le joueur de l’Impact de Montréal David Testo révèle son homosexualité alors qu’il se retire du sport. Il avouera qu’il aurait aimé faire cet aveu au public – sa famille, ses proches et l’équipe étaient au courant – alors qu’il portait encore l’uniforme.

  • Matthew Mitcham

    <strong>Plongeon</strong> «Je veux qu’on me voit comme un Australien qui fait bien sur le tremplin. Ce sont les autres qui trouvent que c’est spécial quand l’homosexualité et le sport de haut niveau se rencontrent.» En 2008, Matthew Mitcham a indiqué qu’il était homosexuel. Quelques mois plus tard, il remportait la médaille d’or à la tour de 10 mètres aux Jeux Olympiques de Beijing.

 
Suivre Le HuffPost Québec