LES BLOGUES

Les choix qui nous rapprochent ou qui nous éloignent du bonheur

18/06/2017 08:16 EDT | Actualisé 18/06/2017 08:16 EDT

Je réalise qu'il m'est souvent arrivé dans ma vie de faire de mauvais choix. C'est quelque chose que je savais d'entrée de jeu, mais que je préférais ignorer parce qu'à l'époque je n'avais pas compris et réalisé ma valeur, mais, le plus important, c'est que je ne savais pas à quel point mes décisions avaient un impact direct sur mes chances de connaître le bonheur.

Nous contribuons souvent à notre propre perte

De ce fait, je feignais de ne pas entendre ma petite voix intérieure qui, pourtant, m'avait prouvé à maintes reprises à quel point son jugement pouvait être juste. Mais vous savez comment c'est... Nous nous accrochons à l'idée que, cette fois-ci, elle se trompe peut-être et, de ce fait, nous sommes prêts à sacrifier encore plus de mois et d'années de notre vie pour essayer d'avoir raison. Toutefois, un beau matin, nous découvrons que c'est encore elle qui gagne.

Alors, non seulement, nous avons de la peine parce que nous devons subir les circonstances, mais notre douleur est multipliée par mille parce que nous réalisons à quel point, encore une fois, nous n'avons pas su prendre soin de nous.

Nous avons accepté de nous traiter (ou de nous faire traiter) incorrectement. Oui, nous avons ACCEPTÉ... Car même si nous refusons de le croire, nous sommes en grande partie responsables de notre malheur.

Notre pourcentage de bonheur

Si, aujourd'hui, nous prenions le temps de nous arrêter pour regarder avec lucidité la situation dans laquelle nous nous trouvons afin de relever le pourcentage de bonheur que nous en retirons versus le pourcentage de peines et de tourments.

Est-il possible d'admettre qu'un mince 10 % de bonheur pèse davantage dans la balance qu'un énorme 90 % de frustrations et de colère?

Est-il possible d'admettre qu'un mince 10 % de bonheur pèse davantage dans la balance qu'un énorme 90 % de frustrations et de colère?

Si nous acceptons de nous contenter de 10 % - soit de vivre en mode de survie - c'est que nous doutons de notre droit au bonheur. Nous ne nous sentons pas dignes ou nous croyons que nous ne méritons pas, nous aussi, d'avoir une vie agréable et épanouissante.

Si cette constatation s'avère déstabilisante, la bonne nouvelle est, toutefois, que cette prise de conscience à elle seule peut tout faire basculer. Nous serions étonnés de savoir à quel point nous avons plus de pouvoir que nous le croyons sur les conditions de notre vie. Toutefois, il faut commencer par admettre que ce que nous sommes en train de vivre ne nous satisfait plus et être prêts à faire ce qu'il faut pour changer les choses. Nous devons faire le CHOIX de vivre autre chose.

Si nous voulons être plus heureux, nous devons arriver à augmenter le pourcentage de bonheur dans notre vie en nous éloignant, premièrement, de tout ce qui nous tire vers le bas. Il nous faut apprendre à nous respecter (et à nous faire respecter). C'est à travers ce processus que nous apprendrons à mieux nous aimer. Et plus nous nous aimerons, plus nous attirerons les bonnes personnes et les bonnes circonstances dans notre vie.

À partir d'aujourd'hui, optons pour les choix qui nous rapprochent de notre bonheur.

LIRE AUSSI:

» La victimite aiguë qui fait la vie dure à tout le monde

» La route la moins facile est souvent celle qui donne le plus de résultats

» Le rôle le plus important au monde


VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST


Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter