LES BLOGUES

Deux ou trois leçons à tirer du Super Tuesday

02/03/2016 01:32 EST | Actualisé 03/03/2017 05:12 EST

Donald Trump a quasiment gagné hier l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle de novembre aux États-Unis. Hillary Clinton a pris une option sérieuse pour la candidature démocrate.

Il faut en tirer des leçons, pour eux et pour nous.

1. La réussite des positions anti système

Trump, va être sans doute le candidat du parti républicain contre ce même parti. Avec son discours transgressif, son positionnement, la variété de son électorat, et son programme (si tant est qu'il ait un paquet de propositions cohérentes).

Bernie Sanders, contre toute attente, a renoué avec une Amérique de gauche idéaliste, celle des jeunes, des écologistes, des altermondialistes. Celle qui pense qu'un «nouveau monde est possible», loin de la cartésienne, classique, compétente, Hillary Clinton. Bernie Sanders se retrouve battu lors de ce Super Tuesday, mais il résiste fortement, et les États de la côte Est et Ouest n'ont pas encore dit leur dernier mot.

2. La révolte profonde et durable des laissés pour compte

Comme l'ont souligné depuis longtemps de nombreux économistes, de Stiglitz à Piketty, les inégalités se sont creusées dans les vingt dernières années, et seuls les Américains fortunés ont réellement profité de la reprise économique. Les délaissés du système votent Trump. Les indignés contre le système votent Sanders.

3. Les partis traditionnels sont à la peine

Rien ne prédisait que Sanders parviendrait à gauchir le parti démocrate. Rien ne prédisait que Trump pourrait secouer à ce point le parti républicain. Les élections à venir seront de plus en plus marquées par la communication directe, loin des partis, mais portée par les réseaux sociaux: 12 millions de followers pour Trump entre Facebook, Instagram et Twitter. Trump est populaire... parce qu'il est populaire ! Les YouTubers ont tranché: la célébrité va à la célébrité.

4. La radicalité paie

Bernie Sanders incarne une Amérique «socialiste», en rupture avec les codes centristes habituels des Démocrates. Même s'il ne remporte pas la nomination, le signal est fort pour la gauche américaine: la classique Hillary, trop connue, depuis trop longtemps, incarne une sagesse convenue qui ne permet pas de renverser la table.

Quant à Trump, son succès vient principalement de l'outrance de ses propos. Dehors les mexicains, dehors les musulmans, bienvenue aux invectives qui ne fâchent pas ses électeurs qui, bien au contraire, en redemandent: sexisme, racisme, plaisanteries sur les handicapés, les étrangers, les chinois qui nous «volent», les mexicains qui nous «violent». Il faut être fort, autoritaire, il faut s'armer et tenir tête à tout le monde, tout en restant chez soi. Quant au Ku Klux Klan, mon Dieu, «il faut que je me renseigne»...

5. Ajoutons la bouche sèche et pâteuse d'une après soirée électorale

L'Amérique tranquille se réveille sonnée par l'infatigable ascension du promoteur immobilier. Que serait l'Amérique de Trump se demandent aujourd'hui les journaux modérés américains ? Nul ne le sait, sinon la fin d'un monde connu.

Ce billet de blogue a initialement été publié sur le Huffington Post France.

À LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- Qu'est-ce que le Super Tuesday? - Jean-Eric Branaa

- Trump roule-t-il pour Hillary? - Pierre Guerlain

- La campagne au plus près d'Hillary Clinton, vue par ma fille de 6 ans - Jean-Eric Branaa

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • One step closer to...
    Super Tuesday is the day in the presidential primary election season in which the largest number of states hold their primaries or caucuses. Unless Republicans cure themselves of their collective mania, we're one step closer to President Trump.
  • Because of the large number of contests, whoever performs well on Super Tuesday generally goes on to secure the nomination for each party.
  • Both Republican and Democrat elections are being held in Alabama, Arkansas, Colorado (caucus), Georgia, Massachusetts, Minnesota (caucus), Oklahoma, Tennessee, Texas, Vermont, Virginia.
  • The American Samoa caucus and the primary for Democrats living abroad will just choose a Democrat candidate while in Alaska and Wyoming caucuses, only Republicans will vote.
  • Primary elections are simple secret-ballot votes administered by a state or local government. A caucus, by contrast, is run by the state-level political party and involves some element of party activists convincing one another to join their preferred candidate.
  • Primaries and caucuses decide the number of delegates each state will back at the two parties’ national conventions this summer. Generally, the candidate with the most delegates will win the nomination.
  • This is complicated by two factors. Some states award delegates on a winner-takes-all basis while the Democratic party have "super-delegates" who do not have to listen to voters. This is how Hilary Clinton gained a similar amount of delegates in the New Hampshire primary despite Bernie Sanders' landslide victory.
  • Some states have open primaries where voters not affiliated with either party can vote.
  • Currently Trump is leading Super Tuesday state polls which is utterly terrifying.
  • On the Democratic side of things, Hillary Clinton is projected to do better than Bernie Sanders.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter