LES BLOGUES
01/03/2016 03:30 EST | Actualisé 02/03/2017 05:12 EST

Qu'est-ce que le Super Tuesday?

Onze États sont appelés à voter du côté des démocrates et 13 du côté des républicains.

Avec un tel nom, cela ressemble à une compétition sportive. D'ailleurs, on l'appelle également le SEC Tuesday, ce qui est une référence au championnat de football dans le sud des États-Unis: la SouthEastern Conference, dont font partie plusieurs États concernés par le vote de mardi: le Texas, l'Arkansas, le Tennessee, l'Alabama et la Georgie.

L'histoire du Super Tuesday

Le but du Super Tuesday est d'encourager les candidats à passer du temps dans une même région, principalement dans le sud, qui gagne ainsi en importance dans le processus de sélection. Il y a des Super Tuesdays depuis 1984. Cette année-là il y en eut d'ailleurs 3. Les Super Tuesdays concernaient à chaque fois 5 États. En 1988, c'est une date unique qui a retenu toute l'attention, à savoir le 8 mars, parce qu'on vota alors dans 9 États du Sud. Mais c'est en 1992 que la légende du Super Tuesday est née, quand Bill Clinton est sorti vainqueur de cette confrontation et a gagné la plupart des États du Sud, après avoir été perdant dans les premières primaires. On l'a alors surnommé le «survivant» (Back from the dead). Il gagna ensuite la nomination et fut finalement élu président des États-Unis.

En l'an 2000, Al Gore et George Bush ont chacun remporté ce Super Tuesday dans leurs partis respectifs et furent également désignés comme candidat à la fin. L'importance de cette journée est devenue telle que de plus en plus d'États souhaitent y participer. En 2008 on en compta 24, soit près de la moitié des États américains, et on l'appela le Super Mega Tuesday ou le Super Duper Tuesday. En 2012, enfin, c'est ce jour-là que Mitt Romney fit la différence, même si Rick Santorum réussit à emporter trois États et qu'il put ainsi faire illusion un mois de plus encore.

C'est le 1er grand test dans la campagne

Onze États sont appelés à voter du côté des démocrates et 13 du côté des républicains. Les États en commun sont, si vous vous situez sur une carte, de l'est vers l'ouest, la Virginie, la Georgie, l'Alabama, le Tennessee, l'Arkansas, l'Oklahoma et le Texas, en ce qui concerne les États du Sud. Mais on trouve aussi, plus à l'ouest, le Colorado, ou plus au nord, le Minnesota, et à l'est le Vermont et le Massachusetts. Pour les Républicains, on y aura également le Wyoming, le Dakota du Nord et l'Alaska, ces trois États organisant d'ailleurs des Caucus, et non pas des Primaires.

Quoi qu'il en soit, c'est la plus grande distribution de délégués qui sera organisée en une seule journée. Car pour gagner la nomination au sein d'un parti et avoir le privilège de la représenter dans l'élection présidentielle, les postulants doivent obtenir 2 382 délégués du côté des démocrates (il y en a 4 763 au total) et 1 236 chez les Républicains (il y en a 2 472 en tout). Or, ce jour-là, 595 délégués seront distribués côté Républicain (soit 24%) et 1004 du côté des Démocrates, soit près d'un-tiers du total nécessaire pour gagner (21% précisément).

C'est pourquoi cette journée peut couronner un candidat dans chaque parti, vraisemblablement Donald Trump et Hillary Clinton, ou leur assurer un grand pas en avant vers la nomination.

Et les autres États?

Les États de l'ouest se plaignent que le choix du candidat leur échappe. En réalité, la course vers la nomination se poursuit après ce Super Tuesday et, lorsque la sélection est très disputée, le processus peut durer jusqu'à fin. Il se terminera le 14 juin à Washington et les délégués se réuniront ensuite dans une convention (une par parti), qui seront organisées à Cleveland pour les Républicains et à Philadelphie pour les Démocrates, à la fin du mois de juillet. Si aucun candidat n'a réussi à accumuler le nombre requis de délégués, c'est alors la convention qui choisira le candidat.

Après les quatre premières confrontations, Hilary Clinton peut déjà compter sur 111 délégués alors que Bernie Sanders reste à la traîne avec 66 délégués, côté démocrates. Chez les Républicains Donald Trump mène avec 82 délégués déjà acquis, suivis par Ted Cruz (17), Marco R ubio (16), John Kasich (6) et Ben Carson (4).

Le Texas sera le trophée du Super Tuesday

À noter qu'un État sera plus intéressant à gagner que tous les autres: au Texas il y a 155 délégués pour les Républicains et 252 pour les Démocrates, alors qu'on peut en récolter en moyenne une cinquantaine dans les autres États (à peine 16 dans le Vermont). Or, dans la course telle qu'elle se déroule en 2016, le Texas sera un trophée très convoité. C'est en effet un enjeu de taille, notamment pour Ted Cruz et ses chances de poursuivre cette campagne. Dans son propre État, on attend de lui qu'il fasse un gros score. Rien de moins.

Les délégués seront attribués à la proportionnelle dans cet État, avec un premier niveau d'attribution en fonction du résultat pour l'ensemble de l'État, réparti entre tous ceux qui auront obtenu un minimum de 20%, les autres délégués étant répartis en fonction des résultats dans les circonscriptions (3 délégués font office de Super-Délégués et ne révèleront pas leur choix avant la convention).

Si Ted Cruz ne recueille pas au moins 2/3 des délégués du Texas, ce sera un échec pour lui et pour sa campagne, d'autant qu'il a le soutien du gouverneur actuel, Greg Abott, ainsi que de l'ancien, Rick Perry. Donald Trump ne s'y est pas trompé: son but ici n'est pas de gagner, mais de mettre suffisamment à mal un de ses deux principaux concurrents et de l'éliminer du jeu. Il n'aurait plus alors qu'à affronter Marco Rubio et pourrait s'assurer très rapidement la victoire finale, certainement dès le 15 mars. Car, cette année, ce n'est pas le Super Tuesday qui sera la date-clé. Il faudra attendre encore 15 jours, avec un vote qui sera déterminant dans trois États: la Floride, l'Illinois et l'Ohio.

À LIRE AUSSI SUR LES BLOGUES

- La campagne au plus près d'Hillary Clinton, vue par ma fille de 6 ans - Jean-Eric Branaa

- Trump roule-t-il pour Hillary? - Pierre Guerlain

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

  • One step closer to...
    One step closer to...
    Super Tuesday is the day in the presidential primary election season in which the largest number of states hold their primaries or caucuses. Unless Republicans cure themselves of their collective mania, we're one step closer to President Trump.
  • Because of the large number of contests, whoever performs well on Super Tuesday generally goes on to secure the nomination for each party.
  • Both Republican and Democrat elections are being held in Alabama, Arkansas, Colorado (caucus), Georgia, Massachusetts, Minnesota (caucus), Oklahoma, Tennessee, Texas, Vermont, Virginia.
  • The American Samoa caucus and the primary for Democrats living abroad will just choose a Democrat candidate while in Alaska and Wyoming caucuses, only Republicans will vote.
  • Primary elections are simple secret-ballot votes administered by a state or local government. A caucus, by contrast, is run by the state-level political party and involves some element of party activists convincing one another to join their preferred candidate.
  • Primaries and caucuses decide the number of delegates each state will back at the two parties’ national conventions this summer. Generally, the candidate with the most delegates will win the nomination.
  • This is complicated by two factors. Some states award delegates on a winner-takes-all basis while the Democratic party have "super-delegates" who do not have to listen to voters. This is how Hilary Clinton gained a similar amount of delegates in the New Hampshire primary despite Bernie Sanders' landslide victory.
  • Some states have open primaries where voters not affiliated with either party can vote.
  • Currently Trump is leading Super Tuesday state polls which is utterly terrifying.
  • On the Democratic side of things, Hillary Clinton is projected to do better than Bernie Sanders.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter