POLITIQUE

Coderre menace de retenir le financement des travaux sur Rose-de-Lima

Le maire persiste après un affrontement sur Twitter avec Benoit Dorais.

19/07/2017 12:29 EDT | Actualisé 19/07/2017 15:28 EDT
Bloomberg via Getty Images

Le maire de Montréal persiste et signe au lendemain d'un débat enflammé sur Twitter avec le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais: la rue Rose-de-Lima doit être à double sens, quitte à retenir le financement des travaux prévus.

Mardi, Denis Coderre affirmait que les travaux pour mettre la rue Rose-de-Lima à sens unique n'avaient pas été approuvés par la ville-centre, ce qui est nécessaire dans le cas des artères commerciales. M. Dorais a répliqué, photos à l'appui, que les travaux avaient bel et bien été approuvés pour le tronçon menant à la rue Notre-Dame.

Mercredi, M. Coderre a menacé de retenir les quelque 4 M$ prévus pour refaire le reste de la rue.

«On va investir 4 à 5 millions pour Rose-de-Lima. C'est ben de valeur, mais on va le faire seulement si [c'est à double sens]. On est obligés, sinon ça va faire des problèmes», a-t-il lancé en marge d'une conférence de presse pour annoncer son équipe de candidats dans Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

«Malheureusement, il y a un arrondissement qui a été pris du syndrome du Plateau-Mont-Royal. On nous dit on veut mettre l'accent sur le transport collectif, mais en mettant une rue à sens unique, on va couper les autobus. Trouvez l'erreur», a-t-il ajouté.

M. Coderre n'a pas précisé s'il compte forcer l'arrondissement à défaire les travaux menés à l'angle de la rue Notre-Dame.

«Duplessisme», clame l'opposition

Benoit Dorais n'était pas disponible pour une entrevue mercredi. Il a toutefois repris son fil Twitter pour critiquer le maire Coderre, soulignant que les travaux à venir sur Rose-de-Lima visent des aqueducs vétustes.

Dans un communiqué de presse envoyé avant la publication des commentaires de M. Coderre, le maire du Sud-Ouest souligne que des sens uniques installés dans Ahuntsic-Cartierville et Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension n'ont pas autant soulevé l'ire de l'administration.

Le parti de M. Dorais, Projet Montréal, estime que le maire Coderre fait preuve de «duplessisme» dans ce dossier.

«Les contrats ont déjà été accordés. Si le projet est retardé, qui est-ce qui va payer la facture quand l'entrepreneur va poursuivre la Ville?», lance Marc-André Viau, attaché de presse de la chef de Projet Montréal Valérie Plante.

LIRE AUSSI:
» Affrontement sur Twitter entre Coderre et Dorais
» «Monsieur Fluidité» congédié par Montréal
» Élections municipales : pas de passe-droit pour Claude Dauphin dans Lachine