NOUVELLES

Montréal paie pour la formule E... mais pas Paris, Berlin et New York

15/06/2017 08:14 EDT | Actualisé 15/06/2017 08:18 EDT
Nicolas Kovarik/IP3 via Getty Images
PARIS, FRANCE - APRIL 23: (FRANCE OUT) DS Virgin Formule E team French driver Jean Eric Vergne competes during the French stage of the Formule E championship, on April 23, 2016, in Paris, France. The first European round 2015/2016 of Grand Prix Formule E, the first international championship of cars 100% electric, took place at the Invalides in Paris. (Photo by Nicolas Kovarik/IP3/Getty Images)

Les villes de Berlin, de Paris, de New York, de Monaco et de Hong Kong affirment qu'elles n'ont rien payé pour la tenue de courses de formule E (électrique). Montréal, elle, déboursera au moins 24 millions de dollars, et la facture pourrait grimper.

Un texte deFrançois Cormier et Nathalie Lemieux

En plus des 24 millions de dollars prévus pour différents travaux relatifs à la course, l'administration municipale a décidé de cautionner une marge de crédit de 10 millions de dollars pour l'organisme responsable de l'événement, Montréal, c'est électrique. Si les organisateurs ne sont pas en mesure de payer leur marge de crédit, c'est la Ville qui remboursera.

Radio-Canada a contacté toutes les villes hôtes d'une compétition de formule E en 2016-2017. Parmi celles qui nous ont répondu, aucune n’indique avoir investi de fonds publics dans l'aventure de cette course d'automobiles fonctionnant à l'électricité.

«Chaque ville a un modèle d'affaires différent. Celui choisi par Montréal permettait de maximiser le succès de l'organisation de cet événement d'envergure. Il démontre que Montréal est une grande métropole de courses automobiles. C'est une entente à long terme.» - Marc-André Gosselin, attaché de presse de Denis Coderre, maire de Montréal

À Paris, le cabinet de la mairesse, Anne Hidalgo, assure que l'argent public n'a pas servi à cette course. «Le Paris ePrix est un événement intégralement pris en charge par ses organisateurs et par le sponsoring, y compris en ce qui concerne la rénovation de la chaussée», indique le conseiller de presse Matthieu Lamarre.

Même son de cloche du côté de New York. «La Ville ne donne aucune subvention à la formule E, mais nous sommes très heureux d'en être le partenaire. Il s'agit d'un événement excitant», répond Anthony Hogrebe, vice-président aux communications à la Corporation de développement économique de New York.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec
Suivez-nous sur Twitter

LIRE AUSSI :

» Le Wörthersee et l'amour des Volkswagen

» 5 éléments à inspecter tous les mois sur votre véhicule

» De la F1 à la route: l'Infiniti Project Black S présentée à Montréal

À voir également :