VIDEO

Attentat terroriste au Centre culturel islamique de Québec: six morts et huit blessés (VIDÉO/PHOTOS)

29/01/2017 08:56 EST | Actualisé 30/01/2017 01:04 EST

À la lumière de l'enquête en cours sur l'attentat terroriste survenu dimanche, qui a fait six morts au Centre culturel islamique de Québec, les autorités policières se ravisent et considèrent maintenant l'un des deux hommes arrêtés comme un témoin important plutôt qu'un suspect.

La Sûreté du Québec affirme qu'il y a donc pour le moment un seul suspect. Des accusations pourraient être déposées au cours de la journée.

Les autorités policières ont arrêté hier soir deux hommes dans la vingtaine qui, selon la police, n’ont pas d’antécédents judiciaires. Il s'agirait de deux étudiants de l'Université Laval, selon nos informations.

La police refuse pour l’instant de se prononcer sur les motifs du suspect. Le type d'arme utilisé lors de la fusillade n'a pas non plus été confirmé.

Vers 19 h 45 dimanche soir, au moins un homme armé serait entré dans l'édifice du Centre culturel islamique de Québec, sur le chemin Sainte-Foy, avant d'ouvrir le feu sur les fidèles. Quelques dizaines de personnes se trouvaient à l'intérieur du centre.

Au moment de l'attaque, les hommes priaient au rez-de-chaussée, tandis que les femmes et les enfants se trouvaient à l'étage.

«C'est l'ensemble de la population de Québec qui a été visée hier soir.» – Denis Turcotte, des enquêtes criminelles du Service de police de la ville de Québec

L'attaque a fait six morts, des hommes de 39 à 60 ans, et cinq blessés graves, dont trois reposent entre la vie et la mort à l'hôpital de l'Enfant-Jésus. Une quinzaine de personnes ont été blessées plus légèrement et 39 autres s'en sont sorties indemnes, selon ce que rapportait la SQ en soirée.

Un homme a été arrêté près des lieux de l'attaque, tandis que l'autre, qui avait lui-même contacté les autorités policières, a été arrêté près de l'île d'Orléans, a confirmé la police.

FUSILLADE À LA MOSQUÉE DE SAINTE-FOY


LIRE AUSSI:

» Les deux suspects étudieraient à l'Université Laval

» Colère et unité après la fusillade

» Une vigile en hommage aux victimes

» Un acte terroriste difficile à prévenir, selon Couillard

» Une avalanche de réactions après l'attaque

Plusieurs proches d'un membre de la communauté, Hamid Nadji, étaient sur place au moment de la fusillade.

« C'était un film de science-fiction, c'était un carnage total. Ils étaient sur le point de sortir de la prière et ils ont été surpris par quelqu'un qui rentre subitement avec, apparemment, un pistolet automatique. Les gens n'ont rien compris, ils ont paniqué », rapporte M. Nadji.

Des témoins ont raconté que le tireur est revenu à trois reprises dans la mosquée après avoir rechargé son arme. « Les gens qui sont morts, soutient M. Nadji, ce sont ceux qui ont essayé d'intervenir pour arrêter la personne. »

« Un accent bien québécois »

Un témoin, qui préfère garder l’anonymat, a pour sa part raconté en entrevue au RDI que deux personnes cagoulées étaient entrées dans la mosquée.

« Elles me semblaient avoir un accent bien québécois. Un a commencé à tirer. Dès qu’il a ouvert le feu, il a crié : "Allahou akbar!" ("Dieu est grand!") Les balles ont atteint des personnes qui priaient. Des personnes qui priaient ont perdu leur vie. Moi-même, la balle a passé au-dessus de ma tête », a raconté le témoin.

« On s’est jeté par terre directement. Plusieurs personnes qui priaient sont sorties de leur prière et se sont jetées par terre », a-t-il ajouté.

«Il y avait même des enfants aussi. Il y avait même un jeune de 3 ans qui était avec son père.» – Un témoin de la fusillade

L'enquête se poursuit

Quelque 200 policiers de la Sûreté du Québec, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et des services de police de Québec et Montréal poursuivent l'enquête.

La structure de gestion policière contre le terrorisme a été déployée, a indiqué le ministre québécois de la Sécurité publique, Martin Coiteux.


Un large périmètre de sécurité a été établi dans le secteur du Centre culturel islamique. L'ensemble des mosquées sur le territoire de la province et le campus de l'Université Laval font l'objet d'une surveillance accrue depuis les événements.

Une perquisition a aussi été menée tôt lundi matin dans une résidence du chemin des Quatre-Bourgeois, à quelque 500 mètres du Centre culturel islamique.

Les parcours d’autobus du Réseau de transport de la capitale (RTC) qui empruntent le chemin Sainte-Foy ont été détournés.

Le gouvernement du Québec a publié un registre de condoléances pour permettre à la population de rendre hommage aux victimes.

Gestes islamophobes

Le Centre culturel islamique de Québec, qui est également connu sous le nom de grande mosquée de Québec, avait été la cible d’un geste à caractère haineux l’été dernier. Une tête de porc avait été déposée devant l’une de ses portes en pleine période du ramadan.

Des tracts islamophobes avaient également été distribués à divers endroits de la ville de Québec dans les semaines suivant cet incident.

Des veillées à la chandelle en hommage aux victimes sont déjà prévues lundi à Québec, Montréal, Ottawa, Trois-Rivières et Saguenay.

LIRE AUSSI : Fusillade à Québec: une avalanche de réactions

INOLTRE SU HUFFPOST

Attentat à la mosquée de Québec