NOUVELLES

Quand le maître Phelps est dépassé par l'élève Schooling à Rio

13/08/2016 02:56 EDT | Actualisé 13/08/2016 02:56 EDT

L'exploit de Joseph Schooling face à son idole, la légende de la natation Michael Phelps, n'est pas passé inaperçu à Singapour, qui s'est enflammée pour le héros de Rio. Vendredi soir, le jeune a battu le plus grand médaillé de l'histoire olympique au 100 m papillon, le style de prédilection de l'Américain.

Sa main était à peine posée sur le muret du bassin olympique que déjà les réseaux sociaux s'embrasaient pour Schooling: les jeux de mots sur son nom se sont multipliés.

Dans les rues de la cité-État, on a fêté l'exploit de l'athlète de 21 ans. Dans un endroit obsédé par les jeux d'argent, le nombre «5039», correspondant au temps de Schooling à Rio, était en rupture de stock. Des gens ont aussi réclamé un jour férié pour célébrer la victoire.

Rencontre avec Phelps il y a huit ans

Vendredi, l'intéressé a donc mis un terme à la quête de l'insatiable Phelps, qui visait une 5e médaille d'or à Rio et une 23e au total.

Les deux hommes s'étaient déjà rencontrés en 2008, année des Jeux de Pékin. L'Américain y avait décroché huit médailles d'or. Il avait ainsi battu le record de son compatriote Mark Spitz.

À l'époque, Schooling n'avait que 13 ans. Cette rencontre a convaincu le petit Joseph de se rendre aux États-Unis pour y parfaire son entraînement.

En 2016, il rentrera au Texas, où il habite désormais, une médaille d'or olympique autour du cou.

Un père fier

«Si je pleure devant vous tous, c'est parce que je n'ai aucune honte à avoir, a-t-il expliqué lors d'une soirée organisée spécialement pour la finale du 100 m papillon. Mon amour pour mon fils est indescriptible.»

Le président de l'État, Tony Tan, présent au Brésil pour soutenir la sélection, et son premier ministre Lee Hsien-loong ont félicité le nageur après la première médaille d'or olympique de l'histoire singapourienne.

«C'est un tour de force incroyable: rivaliser avec les meilleurs du monde, rester concentré et gagner», a écrit M. Lee sur son compte Facebook.

Avec cette médaille, Schooling, né d'une mère sino-malaisienne et d'un père britannique, devrait empocher un chèque d'un million de dollars de Singapour (1,3 million de dollars canadiens), dans le cadre d'un programme qui vise à développer le sport dans le pays.

LIRE AUSSI:

» Qui sont les espoirs de médailles québécois?

» Combien de médailles le Canada espère-t-il obtenir?

» Voici à quoi ressembleront les médailles

» Le soccer à Rio: mode d'emploi