DIVERTISSEMENT

Sophie Deraspe amènera Antigone au cinéma québécois (ENTREVUE)

19/02/2016 03:10 EST | Actualisé 19/02/2016 03:10 EST
Jeff Vespa via Getty Images
PARK CITY, UT - JANUARY 26: Director Sophie Deraspe of 'The Amina Profile' poses for a portrait at the Village at the Lift Presented by McDonald's McCafe during the 2015 Sundance Film Festival on January 26, 2015 in Park City, Utah. (Photo by Jeff Vespa/WireImage)

La réalisatrice Sophie Deraspe planche présentement sur un long-métrage qui adaptera dans notre société contemporaine le mythe grec Antigone, de Sophocle. Le projet est présentement en cours de financement, et Deraspe compte y vouer tous ses efforts en 2016.

«Pour moi, Antigone, c’est une lecture de jeunesse, d’abord, qui m’a énormément touchée, explique la cinéaste. Même si c’a été écrit en 442 avant Jésus-Christ, plusieurs grands auteurs l’ont ensuite reprise pour en faire des adaptations à leur époque, avec des échos dans leur monde. Donc, moi, je fais quelque chose qui a des résonnances dans notre monde actuel.»

«Cette Antigone a son absolu à elle, sa façon de défier les lois écrites, les lois des hommes, pour respecter sa loi interne, enchaîne Sophie Deraspe. Moi, c’est quelque chose qui m’a foudroyée, qui m’a parlé, et j’ai eu envie d’actualiser cette histoire, de la faire vivre ici, et maintenant.»

Sophie Deraspe a précisé ne pas pouvoir s’avancer quant à l’identité des acteurs qui pourraient jouer dans sa nouvelle œuvre.

Dans la mythologie grecque, la rebelle Antigone, née de l’amour incestueux d’Œdipe, roi de Thèbes, et de la reine Jocaste, fut condamnée pour avoir tenu tête au roi Créon, son oncle, en voulant sauver l’honneur de sa famille et en enterrant à mains nues son frère, Polynice, considéré comme un traitre, et dont le corps mort devait être laissé à l’abandon, sous les ordres de Créon. En faisant triompher la loi des dieux, la jeune femme s’attirait les foudres de la royauté, mais cette dernière expia de son entêtement.

Nommée aux PCCQ

Par ailleurs, les derniers films de Sophie Deraspe, Les loups et Le profil Amina, continuent de faire leur chemin, au Québec et ailleurs dans le monde. Les loups, qui avait ouvert les Rendez-Vous du cinéma québécois (RVCQ) l’an dernier, a gagné, en novembre, le prix de la Fédération internationale de la presse cinématographique (FIPRESCI) au 33e Festival international du film de Turin, en Italie. Une première pour la créatrice, qui se dit fort heureuse de cet honneur.

Quant au troublant Le profil Amina, il est en lice pour le cinquième Prix collégial du cinéma québécois (PCCQ), auprès de quatre autres finalistes, soit Chorus, de François Delisle, Corbo, de Mathieu Denis, Félix et Meira, de Maxime Giroux et Guibord s’en va-t-en guerre, de Philippe Falardeau. Cette distinction est remise par des cégépiens de partout au Québec, et le réalisateur gagnant reçoit une bourse de 3000$. Les délibérations finales ont lieu à Québec, à la mi-mars, à la veille du Gala des Jutra (dont le nom sera changé sous peu). Apprenez-en plus sur le PCCQ ici.

Récit de l’histoire d’amour entre deux femmes, une Canadienne et une Syrienne américaine, et d’une tromperie sur internet sur fond de révolution arabe, Le profil Amina possède une trame susceptible d’intéresser vivement le jeune public. Sophie Deraspe acquiesce lorsqu’on lui en fait la remarque.

«Les échanges virtuels font partie de la réalité d’énormément de gens, maintenant, dans notre monde, et c’est une dimension qui n’avait pas encore été abordée au cinéma, hasarde-t-elle. Parce qu’elle est difficile à traiter. On ne peut pas seulement filmer des gens derrière leur ordinateur ; c’est anti-cinématographique! Mais je pense que j’ai trouvé une façon de raconter cette histoire, en utilisant le fantasme que ça suscite. Le fantasme d’une relation amoureuse, le fantasme d’une révolution, de la façon de se projeter pour participer à l’histoire d’un pays, avec toutes les dérives que ça peut impliquer…»

Sophie Deraspe est nommée pour la première fois cette année aux PCCQ, un éloge qui lui fait chaud au cœur.

«L’an dernier, j’avais assisté à une table ronde, où Philippe Falardeau et moi étions invités. On était là pour discuter de cinéma avec les jeunes. J’avais constaté à quel point le débat était animé! Tous se positionnaient, en tant qu’être humains, et non seulement en tant que collégiens, sur des idées, des prises de parole. Je m’étais dit que Le profil Amina s’insérerait bien dans ce contexte. Je suis très heureuse que le film ait été sélectionné.»

Une causerie avec les finalistes du PCCQ, dont Sophie Deraspe, a lieu ce vendredi, 19 février, à 17h, à la Cinémathèque québécoise, dans le cadre des Rendez-Vous du cinéma québécois. Le film Les loups sera projeté au Cinéplex Odéon Quartier latin le vendredi 26 février, à 18h, en présence de Sophie Deraspe. On peut aussi louer Le profil Amina sur le web. Pour plus d’informations, consultez le site web officiel des RVCQ.

Abonnez-vous à notre page HuffPost Québec Divertissement
Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

RVCQ 2016: les films québécois inédits à ne pas manquer