POLITIQUE

Élections 2014 - Montréal bouge peu; Laval vire au rouge

07/04/2014 10:40 EDT | Actualisé 08/06/2014 05:12 EDT
PC

Les électeurs de Montréal n'ont pas beaucoup brassé les cartes lundi soir. La majorité de l'île reste rouge et contamine Laval, qui se retrouve entièrement dans le giron libéral.

Peu de circonscriptions ont changé d'allégeance. C'est toutefois le cas dans Crémazie, au nord de Montréal. L'ancienne ministre Diane de Courcy cède sa place à la libérale Marie Montpetit.

Jean-François Lisée, ministre sortant des Relations internationales, l'a échappé belle dans Rosemont, mais l'emporte finalement face au libéral Thiery Valade.

Du côté de Québec solidaire, Françoise David, dans Gouin, et Amir Khadir, dans Mercier, gardent leur siège à l'Assemblée nationale.

Ils sont rejoints par Manon Massé, candidate dans Sainte-Marie-Saint-Jacques, qui a défait la candidate libérale Anna Klisko et le député sortant Daniel Breton, par une faible marge de moins de 100 voix. Une contestation semble inévitable.

La candidate-vedette du Parti libéral dans Outremont, Hélène David, qui est également la soeur de la porte-parole de Québec solidaire Françoise David, est élue. L'économiste Carlos Leitao fait son entrée à l'Assemblée nationale grâce à son élection dans Robert-Baldwin.

Dans Verdun, le libéral Jacques Daoust remplacera Henri-François Gautrin. La péquiste et directrice du Théâtre du Nouveau Monde, Lorraine Pintal, perd son pari de faire le saut en politique.

Laval se drape de rouge

Les libéraux ont tout emporté à Laval. À Laval-des-Rapides, les péquiste Léo Bureau-Blouin, élu en 2012 après les manifestations étudiantes du printemps érable, cède son siège au libéral Saul Polo.

Le Parti libéral et son candidat Jean Habel ont aussi éjecté la péquiste Suzanne Proulx dans la circonscription de Sainte-Rose.

Les libéraux Guy Ouellette, dans Chomedey, Jean Rousselle, dans Vimont, et Gilles Ouimet, dans Fabre, gardent leur siège.

À Mille-Îles, la libérale Francine Charbonneau résiste à la candidate-vedette du Parti québécois Djemila Benhabib et conserve le siège qu'elle occupe depuis 2008.

Peu de surprises

Sur l'île de Montréal, les gros canons du Parti libéral ont tous été réélus. Les anciens ministres Christine St-Pierre, dans Acadie, Lise Thériault, dans Anjou-Louis-Riel, Pierre Arcand, dans Mont-Royal, Kathleen Weil, dans Notre-Dame-de-Grâce, Jean-Marc Fournier, dans Saint-Laurent, Marguerite Blais, dans Saint-Henri-Sainte-Anne ont été passé sans difficultés.

Autres réélections : Gerry Sklavounos garde Laurier-Dorion, Robert Poëti reste dans Marguerite-Bourgeoys, Rita de Santis conserve Bourassa-Sauvé, Geoffrey Kelley est réélu dans Jacques-Cartier, tout comme Filomena Rotiroti dans Jeanne-Mance. Le Parti libéral conserve le château fort de D'Arcy-McGee, alors que David Birnbaum succède à Lawrence Bergman, qui occupait le siège de député depuis 1994.

Marc Tanguay conserve sa mainmise sur LaFontaine, l'ancienne circonscription de Tony Tomassi. Pas de changement à Westmount-Saint-Louis, où règne le libéral Jacques Chagnon depuis 20 ans. David Heurtel assure aussi la circonscription de Viau au Parti libéral, qui l'occupe sans interruption depuis 1981. Même chose dans Marquette, qui élit François Ouimet, en poste depuis 1994.

Martin Coiteux remplace Yolande James dans la circonscription de Nelligan, qui reste donc libérale.

Du côté péquiste, le ministre sortant Maka Kotto conserve Bourget et Nicole Léger reste à Pointe-aux-Trembles.

Carole Poirier est réélue dans Hochelaga-Maisonneuve, malgré la chaude lutte que lui a livrée le solidaire Alexandre Leduc.

À lire aussi:

INOLTRE SU HUFFPOST

La journée électorale du 7 avril en images
La soirée électorale sur Twitter