LES BLOGUES
06/07/2018 13:22 EDT | Actualisé 09/07/2018 13:57 EDT

Festival Montréal Complètement Cirque: un époustouflant «Backbone» à la Tohu

Au milieu des exploits spectaculaires et savamment réglés, les artistes laissent la place au jeu et à l'improvisation.

Des prouesses comme on en voit rarement pour ce spectacle d'ouverture du festival Montréal Complètement Cirque: Backbone n'a pas déçu ses spectateurs. La troupe australienne composée de 10 artistes acrobates (sept hommes et trois femmes) et de deux musiciens (au clavier ou à l'alto et aux percussions) sur scène est époustouflante.

Une prestation spectaculaire et, en même temps, tout se passe comme si c'était normal. Les exploits accomplis par les acrobates d'une force surhumaine sont exécutés dans des enchainements continus, simultanément, tout au long d'une heure vingt de spectacle. Autant dire qu'à la fin, les artistes doivent être épuisés, mais rien ne le montre. Au contraire, tous conservent leurs sourires d'enfants et exercent leur force incroyable jusqu'au bout, dans des actions superflues, comme porter une énorme pierre à bout de bras le plus longtemps possible.

Enfants, ces artistes semblent l'être depuis toujours et à jamais. Mais leur énergie, leur sens de l'équilibre défiant la gravitation universelle, leur souplesse et surtout leur force sont totalement hors du commun. Sur scène, différents accessoires davantage du registre des jeux d'enfants que du monde circassien les accompagnent: des seaux remplis de terre dont ils parsèment la scène et qu'une fois vide ils utilisent pour recouvrir leurs têtes et faire des numéros à l'aveugle, de grands mats décoratifs ou dont ils se servent pour des équilibres impossibles, de grosses pierres lourdes qu'ils transportent ça et là, divers vêtements de rechange dont des robes ou une armure médiévale...

Le plus souvent sans aucun accessoire, leurs numéros consistent en des acrobaties étonnantes, des pyramides humaines improbables, des lancers de corps qui se transforment en des objets maléables à souhait et qui paraissent se manipuler sans aucun effort. Au milieu de ces exploits spectaculaires et savamment réglés, les artistes laissent la place au jeu et à l'improvisation. Ils se taquinent, s'empêchent mutuellement de se concentrer dans les moments les plus tendus, administrent des gages aux perdants de leurs jeux collectifs.

Tout est fait pour donner l'impression que rien n'est préparé à l'avance, même si ce genre de spectacle d'une difficulté extrême réclame, au contraire, une synchronisation finement échafaudée et des centaines d'heures de répétition pour être mis au point et éviter le plus possible le risque d'accident. Car ce risque existe, c'est certain. Mais les artistes n'en font rien savoir. Ils sautent et accomplissent des cabrioles aériennes, montent les uns sur les autres, se balancent, se jettent dans les airs et se rattrapent comme si c'était facile et donné à tout le monde.

Le spectacle est aussi réussi grâce à cette très belle musique interprétée en direct et qui se marie parfaitement avec les chorégraphies. Des éclairages savants, sortes de rayons lumineux colorés qui offrent de grands contrastes sont aussi magnifiques. La troupe australienne originaire d'Adélaïde, Gravity and Other Myths, ne cesse de remporter des prix pour les spectacles qu'elle produit. Ce n'est pas la première fois que le public montréalais a la chance de l'admirer.

Le spectacle Backbone est un très bon choix pour ouvrir le festival Montréal Complètement Cirque, organisé dans la capitale mondiale du cirque qu'est Montréal.

Backbone, du 5 au 14 juillet 2018 à la Tohu à Montréal

Compagnie: Gravity & Other Myths

Acrobates: Martin Schreiber, Lachlan Binns, Jascha Boyce, Jacob Randell, Lewie West, Lewis Rankin, Joanne Curry, Mieke Lizotte, Lachlan Harper, Jackson Manson.

Musiciens/Compositeurs: Elliot Zoerner, Shenton Gregory

Directeur: Darcy Grant

Stage & Lighting Designer: Geoff Cobham

Producteur: Craig Harrison

Collaborateur à la creation: Triton Tunis-Mitchell

Informations: https://montrealcompletementcirque.com/fr/programmation/spectacles/backbone/

Cet article a aussi été publié sur info-culture.biz

Backbone © Carnival Cinema

À LIRE AUSSI:

» «SLĀV»: Robert Lepage dénonce «l'affligeant discours d'intolérance»
» Ne pas voir la couleur est un privilège
» L'origine du mal-être dans notre riche société

À VOIR AUSSI: