LES BLOGUES
29/08/2018 11:57 EDT | Actualisé 29/08/2018 12:01 EDT

Écoutez ces 10 chansons philosophiques pour finir l'été

Certaines de ces chansons pourraient changer votre vie. Ouvrez votre iPod, Spotify ou même votre Walkman rétro et appréciez ces paroles remplies de sagesse.

Getty Images
On ne veut pas se casser la tête. Vous êtes donc sur la plage à lire 50 nuances de grain de sable ou peut-être Les aventures de Quinquin le requin.

C'est l'été. Encore. Officiellement, jusqu'au 22 septembre. Certains sont en vacances. Il fait chaud. Il fait beau. On ne veut pas se casser la tête. Vous êtes donc sur la plage à lire 50 nuances de grain de sable ou peut-être Les aventures de Quinquin le requin.

Comment donc vous faire cogiter avant que les feuilles se détachent des arbres et virevoltent vers leur destinée tragique, emprisonnées dans un sac biodégradable ramassé le lundi matin vers une destination inconnue? J'ai trouvé. J'ai déniché ces 10 chansons qui appellent à réfléchir sur la condition humaine.

Quoi de mieux pour faire avaler la pilule amère de la connaissance difficile, que d'utiliser la musique pour sucrer le tout. Certaines de ces chansons pourraient changer votre vie. Ouvrez votre iPod, Spotify ou même Walkman rétro et appréciez ces paroles remplies de sagesse.

1 - Le baiser du destin - Étienne Daho

Paroles

On commence aride. La poésie de Daho est obscure et abstraite. Et c'est merveilleux. Dans Le baiser du destin, que veut nous dire Daho?

Le désert, le désert

Et l'enfer, et l'enfer

Es-tu maître de ton destin?

Et le refrain:

Sachant que l'on peut toujours passer à côté

Si la fortune ne sourit point

Et que l'on passe à côté du baiser du destin

Il ajoute:

Serait-ce le libre choix ou la destinée

Daho semble dire qu'il faut reconnaître quand le destin nous sourit. D'un autre côté, il se demande si nous avons vraiment le choix de suivre notre destinée ou bien tout est décidé à l'avance. À réfléchir.

2 -Working Class Hero- John Lennon

Paroles

Cette chanson de l'ex-Beatles enregistrée un an avant Imagine a été éclipsée par cette dernière. Alors qu'Imagine est utopique à l'excès, Working Class Hero affiche un réalisme pessimiste.

Lennon décrit, en fait, le parcours de vie de nombres d'entre nous: l'enfance à la maison, l'école, le monde du travail, tout ça dans le but de nous aliéner davantage. Il n'y a pas de salut à part de confronter sa propre réalité.

3 - I'm an adult now - The Pursuit of Happiness

Paroles

Si Lennon parlait des dégâts subis à l'enfance, Moe Berg du groupe canadien The Pursuit of Happiness professe l'exemple parfait du «coming of age» difficile.

Les paroles circonscrivent très habilement les vicissitudes de la vie adulte. «J'ai mes propres raisons de boire maintenant, je pense que je vais inviter mon père boire avec moi», écrit-il, démontrant l'aspect «socialement héréditaire» de l'alcoolisme.

4 -What people do for fun - Martha and the Muffins

Paroles

Toujours en territoire canadien, Martha and the Muffins, groupe de Toronto connu surtout pour Echo Beach, se lance dans la comparaison entre le monde adulte et l'enfance.

Les enfants jouent à la guerre et au docteur. Hé bien, les adultes aussi! Décrivant les relations sans lendemain et le sort des vétérans après la guerre, Martha Johnson nous aide à comprendre que nous restons des enfants dans la recherche constante du plaisir.

5 - You can't get what you want (till you know what you want) - Joe Jackson

Paroles

Un peu de psychopop. Joe Jackson, qui est ni un membre de la famille de Michael Jackson ni noir (c'est un Britannique domicilié à New York), semble nous proférer une évidence.

On ne peut avoir ce qu'on veut, si on ne sait pas ce qu'on veut. Mais ce n'est jamais aussi évident que quand on continue à lire ses paroles qui expliquent comment on croit avoir trouvé l'âme soeur, alors que l'être aimé peut être n'importe qui.

6 - Better to have lost in love (than never to have loved at all) - Eurythmics

Paroles

Sur ce thème des relations amoureuses, Annie Lennox décrit amèrement une fin de relation avec des relents revanchards.

Puis la musique s'allume sur le refrain et la réalisation qu'il est préférable d'avoir perdu en amour que de ne jamais avoir aimé (c'est discutable) donnant espoir que tout n'est pas perdu sans raison.

7 - I've been waitin' for tomorrow (All of my life) - The The

Paroles

The The est en fait le véhicule musical de Matt Johnson. À peine dans la vingtaine au début des années 80, Johnson cultive une grande lucidité pour son âge.

Les textes de l'album Soul Mining sont tous exceptionnels, mais dans celui-ci, il chante de façon alarmée comme s'il était à la fin de sa vie ratée et se rend compte qu'il a toujours attendu quelque chose au lendemain. Peu importe son âge, cette chanson nous enjoint à vivre maintenant et non dans l'espoir.

8 - Melt the guns - XTC

Paroles

La philosophie s'intéresse aussi aux interactions des humains au niveau des nations et de la politique. Ici, XTC (Andy Partridge) nous invite à faire fondre les armes dans un élan poétique pacifiste.

Mais ce qui en 1982 s'adressait aux dirigeants afin de stopper les guerres, aujourd'hui nous pourrions l'interpréter au regard de toutes les tueries de masse.

9 -Internationalists - The Style Council

Paroles

Les nations, c'est dépassé. C'est ce qui nous dit Paul Weller (ex-The Jam) en 1985 dans son incarnation soul The Style Council.

Cet appel à un esprit antiraciste de s'avouer franchement «internationaliste» n'est pas nouveau aux «milleniaux». Bien qu'on est loin aujourd'hui de ce rêve qu'entretenait Weller, ses mots nous interpellent encore.

10 - We live as we dream, alone - Gang of Four

Paroles

Cette chanson qui a débuté ma recherche de thèmes philosophiques en musique ne peut être plus claire. Nous vivons comme nous rêvons, seuls dans notre cerveau.

Ce tragique constat qui souvent ne nous frappe que vers la fin de notre vie, dans toute son implacable vérité, est même le sujet d'un épisode de Star Trek. Gang of Four, toujours politisé, explique comment certains tentent de combler cette solitude soit en tombant dans les bras d'un(e) amant(e) ou en flirtant avec le fascisme. Écrite en 1982, cela résonne d'autant plus de nos jours.

À LIRE AUSSI:

» Réforme Barrette: que d'occasions manquées

» Pères Maristes, pères sexistes

» Campagne électorale: le décompte des pitreries a commencé

À VOIR AUSSI: