LES BLOGUES
29/09/2018 12:59 EDT | Actualisé 29/09/2018 13:19 EDT

Questions que j’aurais voulu poser à la députée sortante de Sainte-Marie–Saint-Jacques, Manon Massé

Les questions que je n'ai pas pu poser à Manon Massé, mon adversaire dans Sainte-Marie–Saint-Jacques.

«Votre vidéo affirme que vous êtes forcément la seule personne qui "n'a jamais profité, triché, magouillé". Quelles preuves avez-vous que vos adversaires sont tous des profiteurs, des tricheurs et des magouilleurs? » demande la péquiste Jennifer Drouin à son adversaire, Manon Massé.
La Presse canadienne
«Votre vidéo affirme que vous êtes forcément la seule personne qui "n'a jamais profité, triché, magouillé". Quelles preuves avez-vous que vos adversaires sont tous des profiteurs, des tricheurs et des magouilleurs? » demande la péquiste Jennifer Drouin à son adversaire, Manon Massé.

À titre de candidate du Parti québécois, j'ai participé à deux «débats locaux» dans Sainte-Marie–Saint-Jacques avec la députée solidaire sortante, Manon Massé, et les candidats du PLQ et de la CAQ: celui du 6 septembre, au Cégep du Vieux Montréal, et celui du 10 septembre, organisé par le CDC Centre-Sud. Or, le format de chacun de ces deux «débats» ne permettait pas aux candidats de poser des questions à leurs adversaires. Comme je n'ai jamais eu l'occasion de le faire, je publie ici les questions que j'aurais voulu poser à Manon Massé.

Les électrices et les électeurs de Sainte-Marie–Saint-Jacques méritent de connaître les réponses à ces questions avant d'aller voter.

1) L'indépendance

Le 10 avril 2017, une entente de principe historique a été conclue quant à une feuille de route commune pour accéder à l'indépendance par voie d'une assemblée constituante avec mandat indépendantiste. Négociée par les OUI Québec, un organisme non partisan, l'entente a été signée par Québec solidaire, Option nationale, le Parti québécois et le Bloc québécois. À la demande de QS, l'entente n'a pas été rendue publique pendant cinq semaines. Puis, QS a renié sa signature. Si QS est vraiment un parti indépendantiste, pourquoi a-t-il renié la signature qu'il a apposée sur une entente négociée par un organisme non partisan pour le bien commun du mouvement indépendantiste? Qu'avez-vous fait vous-même pour préserver l'entente?

Comment, par ailleurs, QS peut-il ne pas s'opposer à la partition du Québec, ce qui est contraire au principe de l'intangibilité des frontières en droit international (uti possidetis), tout en se disant indépendantiste?

À lire aussi sur les blogues:
» Élections 2018: tout ça, pour ça?
» Air Transat et François Legault: pourquoi ses partenaires de l'époque ne vantent jamais ses louanges?
» Le PLQ, fossoyeur du Québec

2) Les profiteurs, les tricheurs et les magouilleurs

Le 31 août, vous avez publié une vidéo dans laquelle vous dites que «ça prend quelqu'un qui n'a jamais profité, triché, magouillé», suggérant ainsi que cette personne, c'est vous. Comment pouvez-vous faire cette affirmation, alors que vous êtes la porte-parole d'un parti qui a déchiré l'entente des OUI Québec cinq semaines après l'avoir signée?

Quelles preuves avez-vous que vos adversaires sont tous des profiteurs, des tricheurs et des magouilleurs?

Par syllogisme, votre vidéo affirme que vous êtes forcément la seule personne qui «n'a jamais profité, triché, magouillé». Quelles preuves avez-vous que vos adversaires sont tous des profiteurs, des tricheurs et des magouilleurs? Avez-vous des preuves d'occasions où moi, le choix alternatif des électeurs de Sainte-Marie–Saint-Jacques, j'ai déjà profité, triché ou magouillé? Je crois que mon propre bilan est sans reproches. Ne pensez-vous pas que des diffamations comme celle-là contribuent au cynisme qu'éprouvent les citoyens envers les politiciens, même envers ceux qui, comme moi, se lancent pour la première fois?

3) Le Complexe Bourbon

Le 9 juillet, vous avez déploré que le promoteur du projet Bourbon «n'a pas tenu sa parole». Au lieu d'offrir aux organismes communautaires des espaces à des prix raisonnables, le loyer sera hors de leur portée – eux qui souffrent pourtant d'un manque criant d'espace – et les résidents du quartier verront un bâtiment de neuf étages de condos de luxe être construit dans leur cour.

Je crois qu'un député a le devoir de collaborer avec les responsables des autres paliers de gouvernement. Au lieu de vous contenter de promesses vides, pourquoi n'avez-vous pas exigé du maire Coderre une garantie écrite à ce sujet dans le contrat du promoteur, en contrepartie des dérogations aux règlements municipaux?

4) PME

En marchant sur la rue Sainte-Catherine, dans le Village, on voit d'innombrables pancartes «À louer» dans les vitrines de commerces déserts. Lorsque je suis allée parler à tous les petits commerçants des rues Sainte-Catherine et Ontario, j'ai observé deux types de réactions: soit une grande surprise qu'une candidate vienne leur parler et s'intéresse à eux, soit un besoin énorme de se vider le cœur. Concrètement, qu'avez-vous fait pour aider les PME qui font face à toutes sortes de problèmes et qui, trop souvent, se voient obligées de fermer leurs portes?

5) Écoles

Sur le territoire de Sainte-Marie–Saint-Jacques, on compte 12 écoles de niveau primaire, secondaire ou de formation des adultes. De ce nombre, huit sont en «mauvais» ou en «très mauvais» état.

Qu'avez-vous fait concrètement pour améliorer l'état de nos écoles?

6) Bilan

Le bilan de Daniel Breton compte 12 réalisations concrètes pour Sainte-Marie–Saint-Jacques au cours des 18 mois où le Parti québécois a été au pouvoir, en 2012-2014. Ce bilan inclut notamment 188 logements abordables pour aînés, 3500 nouvelles places dans le cadre de la politique «Un enfant, une place», des maternelles 4 ans en milieu défavorisé, et 14 M$ obtenus pour les groupes communautaires.

De votre côté, le bilan de fin de mandat que vous avez envoyé aux électeurs de Sainte-Marie–Saint-Jacques compte zéro réalisation concrète et aucun chiffre quant à l'argent obtenu pour les organismes communautaires. Il contient surtout des phrases vagues comme «défendre telle chose» ou «soutenir telle chose», mais sans résultat concret. De plus, la longueur du bilan a porté à confusion; plusieurs lecteurs m'ont dit ne pas savoir si c'était pour quatre ans ou pour un an. Comment expliquez-vous l'écart flagrant entre vos réalisations au cours des 4 dernières années et celles du Parti québécois pour Sainte-Marie–Saint-Jacques en seulement 18 mois?

Les électrices et les électeurs de Sainte-Marie–Saint-Jacques méritent de connaître les réponses à ces questions avant d'aller voter.