LES BLOGUES
14/10/2015 10:28 EDT | Actualisé 14/10/2016 05:12 EDT

Tous contre «Harpeur»: le vote orange entre stratégie et conviction

Ce qui suit est ma vision de chacun des partis pour cette importante élection fédérale et, à la manière d'un récit dont vous êtes le héros, vous pourrez sauter tel ou tel chapitre en suivant les consignes.

On ne me fouettera jamais pour avoir écrit ce texte. Raif Badawi, lui, a été condamné à 1 000 coups de fouet et 10 ans de prison pour avoir exprimé son opinion.

Les élections, c'est le temps des promesses et des menaces... À nous de ne pas nous faire prendre au piège de ceux qui usent de la peur - pour ne pas dire de la terreur - et de ceux qui nous racontent maintes balivernes afin de garder le pouvoir ou de tenter d'y accéder.

Je suis indépendantiste, de gauche et fermement écologiste. Dans ce contexte d'élections fédérales, je voterais de prime abord pour le Parti vert du Canada. Et pourtant...

Les conséquences de la politique des conservateurs avec Harpeur à leur tête en ce qui concerne les secteurs économique, social et environnemental - ou encore celui de la politique étrangère - sont dévastatrices. C'est donc parce que je considère mes valeurs et mes idéaux importants que je m'opposerai farouchement à la marche des «chevaliers de l'Apocalypse», à l'équipe des évangélistes d'Harpeur, qui dure depuis plus d'une décennie au Canada et qui n'a de cesse de ruiner tous mes espoirs et de nuire à mon pays, le Québec.

Comment vais-je voter? Voir mes conseils au dernier chapitre de cet article. Ce qui suit est ma vision de chacun des partis pour cette importante élection fédérale et, à la manière d'un récit dont vous êtes le héros, vous pourrez sauter tel ou tel chapitre en suivant les consignes!

Le Parti conservateur du Canada

(Sautez cette partie si vous êtes déjà conscient des conséquences et des risques de la politique d'Harper, allez directement sans perdre de temps au chapitre «Parti libéral».)

Harpeur a axé principalement sa campagne électorale sur trois points: la croissance économique dont la création d'emplois, la menace terroriste et... le niqab!

Harpeur nous répète inlassablement le nombre d'emplois créé sous son règne. Malheureusement, quelqu'un devrait lui rappeler que le principal indice de la santé du marché de travail n'est pas la quantité d'emplois créés, mais c'est le taux de chômage. Force est de constater qu'au Canada en octobre 2014, il était de 6,6% et qu'en septembre 2015, il était de 7,1%. Autrement dit, en un an, ce sont plus de 110 000 emplois parmi la population active à travers le Canada que nous avons perdus!

Pour stimuler la croissance, Harpeur nous promet des baisses d'impôts! Son argument est plus que simpliste, il est carrément idiot: vous aurez plus d'argent dans vos poches, Québécois. Eh bien, cela est faux! Bien sûr, si les membres de votre famille ne tombent jamais malade, si vous ne souhaitez pas les éduquer, ou encore s'ils n'ont aucun besoin de se cultiver, etc., bref, s'ils n'ont besoin de rien, ils feront des économies... Pour les autres, c'est-à-dire tout le monde, vous devrez payer plus cher les frais de santé, d'éducation, etc., sous forme d'augmentations directes ou encore de «frais complémentaires». Et dites-vous bien que c'est toujours plus facile de payer une facture lorsqu'on est riche, que lorsqu'on est... moins riche.

Ajoutons que les baisses d'impôts ne concernent qu'un certain type de familles, les célibataires et les autres types de famille étant relégués en citoyens de seconde zone, de seconde importance. Comme le soulignait le trésorier Pierre Patry dans La Presse: «Il est inadmissible que le gouvernement se serve d'incitatifs fiscaux pour favoriser sa vision traditionaliste de la famille». Ces baisses ne profiteront qu'aux couples où la femme demeure à la maison, et où l'homme gagne un revenu important.

Si vous vous demandez ce que peut vraiment faire Harpeur pour vous, pour votre sécurité, voici le meilleur exemple: pour une personne tuée à Ottawa par un pseudo-islamiste désaxé, il est capable de faire de la lutte contre le terrorisme une cause nationale, la principale préoccupation du pays tout entier, d'établir plusieurs lois coercitives et d'augmenter toujours plus les dépenses militaires grâce à de nombreuses coupures qui affectent directement le bien-être et la culture de son peuple (réduction, voire suppression, des subventions pour les Centres de femmes, coupures énormes dans le budget de Radio Canada - la dernière source d'information non partisane au Canada -, réduction importante des emplois et des services à Postes Canada, etc.)

Par contre, pour les 45 personnes tuées lors de la tragédie à Lac-Mégantic: rien! Pas un seul centime alloué à la prévention de ce genre d'accidents, et un développement accru des moyens de transport du pétrole à risque!

La culture de la peur est au cœur de sa stratégie politique. «La menace terroriste est bien réelle», telle est la première phrase, la préoccupation majeure qu'Harpeur adresse à la population dans le spot télévisuel de sa campagne électorale. Pour quelqu'un qui met au centre de son programme la lutte antiterrorisme, il est assez paradoxal de constater que ce dernier soutienne inconditionnellement la politique agressive du gouvernement israélien, qui crée à elle seule depuis des années une masse énorme de fanatiques dans cette région du monde, dont certains se transforment évidemment en dangereux terroristes!

«Menace» et «répression» sont donc les mots clés de son programme évangéliste, d'une croisade qui finalement le maintient au pouvoir avec la complicité d'une grande partie de notre population littéralement aliénée par la peur.

Comme si cela ne suffisait pas, il lui fallait désigner aux yeux de tous un ennemi commun, ce qu'il a fait en stigmatisant encore un peu plus la communauté musulmane à travers sa bataille contre les deux seules femmes dans tout le pays qui désiraient garder leur niqab durant la cérémonie royale qu'est la déclaration de citoyenneté canadienne. Un débat qui a réussi à lui seul à effacer les autres débats, les réels besoins et préoccupations de notre population, et qui a su créer chez certains d'entre nous les pires réflexions, voire les pires réactions.

Avec une ministre de la Condition féminine anti-avortement, un candidat qui s'est retiré à peine une semaine avant les élections après que des journalistes aient découvert qu'il prétendait détenir le remède pour «guérir» les homosexuels, une autre candidate qui prétend que les fuites de pétrole ne sont absolument pas polluantes, des conseillers qui prêchent le retour aux valeurs moyenâgeuses, et ses attaques intempestives et répétées contre les milieux intellectuels et scientifiques du pays et leur indépendance, Harpeur semble vouloir nous plonger dans le plus profond obscurantisme... la bêtise la plus crasse.

Parti libéral

(Si vous avez compris que ce parti n'est ni plus ni moins qu'une version plus «inclusive» et plus tolérante du Parti conservateur, ne perdez pas de temps et allez directement au chapitre «Bloc québécois».)

C'est l'empire des paradis fiscaux, des parachutes dorés pour les plus influentes et les plus riches personnes du Canada. C'est la privatisation accélérée de ce qu'il reste de nos services publics et, surtout, la réduction de ces services dans tous les domaines de la société: santé, éducation, culture, etc., de tout ce qui fait d'une société, une société plus intelligente et plus heureuse.

Qui se laissera encore piéger par le «mirage libéral»? Nous connaissons très bien, ici au Québec, quelles sont les conséquences d'une telle politique: appauvrissement de la population, augmentation du chômage, réduction du pouvoir d'achat, augmentation du prix des biens de consommations, gel - voire diminution - des salaires, augmentation des taxes (TVQ et taxes scolaires), réduction des aides aux plus démunis, aux élèves en difficultés, aux personnes âgées et aux personnes handicapées!

Comme les conservateurs, leur alter ego réactionnaire, les libéraux prônent le même modèle économique et entretiennent la même promesse mensongère qui devraient «régler» tous nos problèmes: la baisse des impôts uniquement réalisée à partir de coupures dans les services publics (et surtout leur privatisation), services que nous devrons au bout du compte payer plus cher et qui enrichiront plus encore ceux qui en auront le contrôle absolu.

Pas un seul mot sur la lutte contre les paradis fiscaux, dont seuls les très riches profitent et qui suffirait à elle seule à remettre l'argent à la bonne place: dans des projets et des institutions essentielles destinés à améliorer nos conditions de vie à tous. Pas un mot non plus sur la taxation des bénéfices énormes de certaines grandes entreprises et des banques. Malgré les promesses de baisses d'impôts - qui n'ont finalement jamais eu lieu au Québec -, c'est dans les poches de la couche moyenne qui se réduit chaque jour un peu plus que les libéraux iront chercher le manque à gagner causé par une baisse d'impôts, par une augmentation des taxes et une augmentation du prix des services à la population, comme le font les conservateurs et les libéraux ici.

Enfin, la bonhommie de Justin Trudeau ne devrait pas vous faire oublier l'équipe derrière, les vieux de la vieille de cette formation politique, ou leur modèle non plus libéral, mais bien néolibéral. Remplacez donc le visage d'ange de Trudeau par celui de Couillard et posez-vous les questions suivantes: est-ce que le taux de chômage a baissé au Québec? Non. Est-ce que la pauvreté a reculé ici? Non. Est-ce que vos chances de vous enrichir sont plus nombreuses? Non. Est-ce que votre pouvoir d'achat a augmenté ou est-ce que vos impôts ont baissé? Non! La seul réponse positive concerne la tête de l'élite: est-ce que les très riches continuent de s'enrichir? Oui.

Bloc québécois

(Si vous êtes fédéraliste convaincu, passez directement au chapitre «Parti vert du Canada». Pour les autres, essayez tant bien que mal, comme moi, de desserrer les dents.)

J'ai l'impression qu'un indépendantiste qui voterait Bloc québécois lors de l'élection fédérale, ce serait comme quelqu'un qui voudrait être maître de sa destinée tout en laissant les autres décider pour lui...

En quelques questions, pour résumer l'impact du Bloc québécois au fédéral: est-ce que le Bloc fera l'indépendance à Ottawa? Non! Est-ce que le Bloc peut influencer la politique fédérale commune? Non, pas avec seulement 4 sièges sur 308 au Parlement... et il risque d'y en avoir encore moins pour les présentes élections.

Qu'est-ce que le Bloc a fait au fédéral? Je n'en sais rien! Est-ce qu'un vote pour le Bloc est un vote contre le fédéral? Non, cela n'empêchera pas la roue fédéraliste de tourner... Dès lors, nous pouvons nous demander avec quel parti l'espoir de l'indépendance peut être entretenu. Certainement pas avec les conservateurs et les libéraux qui, historiquement, se sont farouchement battus contre avec toutes sortes de méthodes plus ou moins honnêtes... C'est ici, au Québec, que l'indépendance pourra éventuellement se faire, nulle part ailleurs dans le monde...

Récemment, Gilles Duceppe a déclaré à Ottawa que personne ne se battait pour le Québec depuis 2011 avec l'arrivée de nombreux députés du NPD au Parlement. Et Duceppe d'ajouter que «le NPD ne défend pas les intérêts du Québec, surtout lorsqu'il y a une motion unanime venant de l'Assemblée nationale». Nous comprenons bien que, électoralement parlant, l'arrivée de la «vague orange» au Québec a fortement nui au Bloc... Si nous pouvons comprendre la stratégie de Duceppe, elle est quelque peu malhonnête...

Cette affection des Québécois pour le NPD devrait être expliquée autrement. Un décompte réalisé par Le Devoir montre que le NPD a défendu à Ottawa près de 85% des motions unanimes adoptées par l'Assemblée nationale du Québec depuis la dernière élection fédérale, précisément 39 sur 45 des motions unanimes interpellant le gouvernement fédéral depuis la dernière élection fédérale, soit sous les gouvernements Charest, Marois et Couillard. Comme le souligne le journaliste Guillaume Bourgault-Côté, en plus de défendre une vaste majorité des dossiers ayant fait l'objet d'une motion adoptée à l'unanimité à Québec, le NPD a demandé «à l'instar des élus québécois, une commission d'enquête dans le dossier des femmes autochtones disparues; la protection des données québécoises du registre des armes à feu; plus d'efforts pour libérer le blogueur Raif Badawi; des services en français à Air Canada; le report de la démolition de l'aérogare de Mirabel; des indemnisations pour les victimes de la crise de pyrrhotite; ou encore que soient respectées les règles de nomination des juges à la Cour suprême».

En d'autres termes: indépendantistes, sachez choisir votre meilleur ennemi, surtout s'il partage une grande majorité de vos convictions et protège une bonne partie de vos intérêts!

Parti vert du Canada

(Si vous pensez comme la candidate conservatrice que les fuites de pétrole partout au Canada ne sont absolument pas polluantes pour votre environnement, allez directement au chapitre «NPD». Sinon, ceci vous concerne.)

Depuis une décennie, les conservateurs nous mentent et musèlent à coups de coupures dans leurs budgets et de basses brimades nos scientifiques qui tentent de faire entendre ici ce que l'immense majorité des gouvernements et des peuples dans le monde reconnaissent depuis déjà de nombreuses années: les dégâts du réchauffement climatique, de l'exploitation à risque des matières pétrolifères, ou de la pollution extravagante des grandes usines au Canada, etc.

Les écologistes, ceux qui se soucient de l'état du monde dans lequel nous vivons et que nous laisserons à nos enfants, ont plus que quiconque compris l'impérieuse nécessité d'empêcher le retour d'Harpeur au pouvoir! Ces derniers ne se contentent pas de défendre leurs convictions ou leurs valeurs, mais bien de préserver la survie à long terme de l'ensemble des citoyens du monde, de la vie terrestre et de sa diversité!

Comme le pense l'ensemble des écologistes et le célèbre scientifique et militant David Suzuki, réélire Harpeur serait tout simplement un «désastre». En réaction aux plus récents sondages qui annonçaient une possible réélection des conservateurs, M. Suzuki se dit être «choqué et terrifié»: «Je crois que les 10 années de pouvoir de Stephen Harper ont amené le Canada très loin du pays où je suis revenu vivre après mes études aux États-Unis. Et après tout ce temps, nous savons exactement qui est Stephen Harper. Nous n'avons plus besoin d'entendre le moindre mot de sa part. Ce n'est pas un démocrate, parce qu'il n'appuie pas la démocratie. C'est un dictateur.»

Avant même de songer que le pays puisse entamer un véritable virage «vert», arrêtons avant toute chose celui qui nous empêche tout mouvement dans ce sens! C'est LA priorité, le changement fondamental à accomplir en matière environnementale!

NPD

(Si vous êtes de droite ou de gauche, arrêtez-vous un petit moment, reprenez votre souffle un peu ici.)

Pour les personnes de gauche, ce n'est franchement pas la panacée. Pour les personnes de droite, il est bien trop à gauche... Dans notre société littéralement divisée, il incarne à lui seul LE compromis, le seul terrain pacifique sur lequel peut s'ouvrir un véritable dialogue social plus tempéré et émerger des solutions plus viables pour l'ensemble des citoyens.

Écologiquement, économiquement, socialement... sur quel terrain se font les meilleures réformes: sur un champ de guerre ou sur un espace plus pacifié?

Désirez-vous exacerber ces clivages ou tenter de stopper ce qui exacerbe ces clivages que les conservateurs ont créés de toute pièce pour diviser notre population et ainsi mieux régner?

Le modèle économique du NPD est libéral, où les droits de la personne sont respectés et où le développement économique compte dans le même temps. Ce qui fait de ce parti un parti de centre-droit.

Alors que les conservateurs nuisent intentionnellement à notre environnement afin de devenir les «rois du pétrole» et quelque part subventionner leur mission de propagation des valeurs évangélistes rétrogrades dans le pays, que les libéraux font semblant de s'intéresser à l'écologie pour grignoter quelque votes - qui peut comprendre la position environnementale de Trudeau? Il veut développer le pétrole des sables bitumineux, il est contre le pipeline Northern Gateway et il appuie le projet de pipeline Keystone XL! -, seul le NPD demeure sceptique vis-à-vis du développement des infrastructures pétrolières, conscient que certains projets ne sont pas «acceptables socialement à ce stade-ci».

Nous connaissons la capacité des conservateurs et des libéraux (particulièrement ici au Québec) à écouter la population ou à négocier dans l'intérêt de tous: elle est nulle, de véritables bulldozers! Si nous ne pouvons évaluer celle du NPD parce qu'il n'a jamais gouverné, pourquoi ne pas lui donner le crédit d'une réelle ouverture, fort des erreurs des deux premiers partis?

Enfin, économiquement, le NPD est le seul parti qui demandera aux grandes entreprises de payer leur juste part (en faisant passer le taux fédéral d'imposition des ces dernières de 15% à 17%) au lieu de sabrer dans les services publics comme le feront les conservateurs et les libéraux afin de faire baisser les impôts et faire croire aux québécois qu'ils feront des économies et qu'ils regagneront (artificiellement) du pourvoir d'achat; socialement, le seul qui propose un plan de financement afin de rendre les médicaments plus accessibles et un plan d'aide aux familles en augmentant le nombre de garderies et en les rendant plus abordables; écologiquement, le seul qui passe à l'action pour rétablir la crédibilité environnementale du Canada ici et à l'étranger, en fixant un prix sur le carbone, en faisant payer les pollueurs et en agissant concrètement pour réduire les émissions de carbone.

Nous comprenons pourquoi tous ce projets ne peuvent que déplaire aux conservateurs et aux libéraux, qui ne cessent de les déclarer «irréalisables»... puisque le NPD ira chercher l'argent chez les plus pollueurs, les plus riches et les entreprises qui engrangent le plus de bénéfices... et non dans nos poches!

Comment je voterai le lundi 19 octobre

En milieu de campagne électorale, les sondages prévoyaient un gouvernement NPD majoritaire; un peu plus tard, un gouvernement conservateur minoritaire; puis un gouvernement libéral minoritaire. Chaque jour, selon les annonces des différents partis, les courbes fluctuent. Dans ce méli-mélo de sondages parfois contradictoires selon les compagnies qui nous les fournissent, il nous faudra choisir à mon humble avis entre stratégie et conviction afin de barrer la route aux conservateurs!

Les indécis sont encore très nombreux et il est fort à parier que des revirements se dérouleront le jour même du vote. J'ose sincèrement espérer que ce qui reste de personnes de gauche et du centre au Bloc québécois, ainsi que les écologistes, feront au dernier moment un choix stratégique ET de conviction en se tournant vers le NPD.

Pour toutes les raisons évoquées plus haut, mon choix se portera forcément vers le NPD, mais pas à tout prix.

Le NPD prévoit d'ores et déjà de renverser les conservateurs en cas d'élection de ces derniers. Silence du côté des libéraux sur ce sujet... Pour que le NPD ait la capacité de renverser les conservateurs si le pire devait subvenir, ou qu'ils aient un minimum de poids contre les libéraux et leur modèle néolibéral, il leur faut impérativement des députés au Parlement pour cela!

Le site du magazine L'Actualité a mentionné récemment que «dans les circonscriptions où le Parti conservateur pourrait l'emporter, c'est le NPD de Mulcair qui pointe en deuxième position dans 14 des 17 comtés. Au Québec, c'est donc le NPD qui pourrait profiter du vote stratégique de la part de ceux qui veulent bloquer Harper».

Ainsi, voici ce que je vous suggère:

• Si le NPD est en tête dans votre circonscription, maintenez-le en tête en votant NPD ;

• Si le NPD est en seconde position derrière les conservateurs ou les libéraux ou le Bloc québécois, votez pour le NPD ;

• Si les NPD est en troisième position et que les conservateurs sont en tête et que les libéraux ou le Bloc québécois est à la seconde position, n'hésitez pas une seule seconde à voter pour celui qui est en seconde position ;

• Mais, si le NPD est en troisième position mais qu'il n'a environ que 5% de différence avec le parti en première position: croisez les doigts, comptez sur les écologistes et les bloquistes de gauche et du centre qui peuvent encore se tourner vers le NPD, et votez pour le NPD ;

Et voici le lien qui vous permettra au dernier moment de voir les intentions de vote afin de faire votre choix: http://afpc-quebec.pasunecompagnie.com/.

Mais surtout, votez!

N. B.: Les abstentionnistes, les jeunes et les moins jeunes écœurés de la politique et surtout de ce mode de scrutin, faites un effort, allez voter. Nous qui nous battons contre Harpeur depuis plus de 10 ans n'avons jamais eu autant besoin de vous pour le déloger de son trône!

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST