LES BLOGUES
09/05/2015 08:34 EDT | Actualisé 09/05/2016 05:12 EDT

Rémunération des députés: un peu de retenue, le strict minimum!

Les députés sont à la fois législateurs, contrôleurs de l'État et intermédiaires entre le gouvernement et la population. Combien vaut ce travail du point de vue de l'austérité libérale? Alors que les troupes de Couillard proposent d'augmenter de 40% le salaire du premier ministre, nous pensons qu'un peu de bon sens est de mise!

Sortons des images scandaleuses véhiculées par les médias. Éloignons-nous de l'image - parfois vraie - des députés et députées assoiffés de pouvoir, toujours prêts à faire un passe-droit ou à s'écraser devant les grandes entreprises pétrolières. On en vient à oublier qu'ils sont à la fois législateurs, contrôleurs de l'État et intermédiaires entre le gouvernement et la population.

Législateur : Rôle crucial puisqu'il étudie et adopte des lois qui ont un impact direct sur la vie des gens. Pensons, par exemple, au projet de loi déposé par Françoise David pour contrer l'éviction des personnes âgées des reprises de logements pour en faire des condos.

Contrôleur de l'État : Il veille à ce que le gouvernement gère adéquatement les finances publiques. Par une redistribution équitable, les dépenses du gouvernement devraient répondre aux besoins de la population, ce qui n'est pas le cas de l'actuel budget Leitao. La course au déficit zéro qui justifie les coupes massives des services à la population est irresponsable et honteuse. Ce sont nos acquis sociaux en éducation, en santé et auprès des familles, entre autres, qui sont gravement menacés. La grogne de la population contre l'austérité témoigne du cul-de-sac de l'idéologie « austéritaire ».

Intermédiaire : Le bureau de circonscription est le lieu où il est en contact avec les citoyens qui l'ont élu, une relation primordiale. Il les soutient et les représente auprès de l'administration gouvernementale, participe aux divers projets de sa circonscription. Un exemple concret : Manon Massé a été sensibilisée aux enjeux des contenants consignés par un groupe de son comté, la coop des Valoristes. Elle a donc accepté de marrainer la pétition d'un comité de citoyens de l'Estrie exigeant la consigne des bouteilles de vin.

Voilà plusieurs responsabilités qui demandent un bon jugement, une vigilance quant à la bonne administration des sommes perçues en impôts et en taxes et une prise de décision éclairée et équitable quant à l'avenir politique, économique, écologique et social du Québec.

Combien vaut ce travail du point de vue de l'austérité libérale? Alors que les troupes de Philippe Couillard proposent une augmentation de 40% du salaire du premier ministre, dépassant ainsi 250 000$, nous pensons qu'un peu de bon sens est de mise! Comment justifier de telles dépenses à l'heure où le gouvernement demande aux gens ordinaires de se serrer la ceinture.

Le mandat d'établir la rémunération des députés a été confié à un comité indépendant, ce qui est une très bonne chose puisqu'il aurait été inapproprié que ce soit les députés qui établissent eux-mêmes leur rémunération! Québec solidaire salue globalement les recommandations du rapport L'Heureux-Dubé, faites dans un souci de transparence et d'équité. C'est un bon départ pour discuter.

D'ailleurs, par souci d'équité et de justice, parlons de rémunération globale plutôt que de séparer l'allocation annuelle de dépenses non imposable de l'allocation de base. Avoir des revenus non imposables contribue à l'injustice. Rappelons que le Québec est la seule province, avec les Territoires du Nord-Ouest, le Yukon et le Nunavut à maintenir cette particularité.

Pour rester cohérent dans la gestion de l'administration publique, il faut que les indemnités de départ soient octroyées dans des cas particuliers seulement. Pas comme Yves Bolduc, qui a eu droit à une prime de 150 000$ alors qu'un travail l'attendait à sa sortie. Au même moment, le ministère de l'Éducation coupait le programme Chapeau les filles! et les subventions de Secondaires en spectacle. Ces décisions sont insultantes pour la population et contribuent au cynisme envers la classe politique.

Depuis novembre 2014, Québec solidaire demande un débat sur le régime de retraite des députés et députées. Le rapport L'Heureux-Dubé propose de doubler la contribution des députés à leur régime de retraite, en passant de 21% à 42%, et que cette modification ne soit pas rétroactive. Dans le contexte où l'on demande aux employés et employées de la fonction publique de contribuer à hauteur de 50%, cette recommandation constitue un point de départ à la discussion.

Les responsabilités et les fonctions d'un député sont importantes. Ils doivent faire preuve d'une éthique irréprochable, être plus transparents, plus justes ce qui redonnera confiance dans l'appareil étatique et qui contribuera peut-être à attirer plus de personnes en politique. Nous pourrions voir plus de femmes et de personnes ordinaires nous représenter. La diversité serait un apport important à l'assainissement du gouvernement et au dynamisme démocratique.

LIRE AUSSI:

» Pour une rémunération digne de nos aspirations démocratiques - Nicolas Perrino

» Pour une rémunération juste et compréhensible de nos élus - Léo Bureau-Blouin

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photo Quel est le salaire des ex-députés à Ottawa? Voyez les images