LES BLOGUES
16/04/2015 10:52 EDT | Actualisé 16/06/2015 05:12 EDT

Salut Guy, attend avant de signer la vente de ton Cirque du Soleil

Salut Guy, je n'ai pas beaucoup dormi... à cause de toi. Toutefois, j'ai rêvé à Madame Corporation cette nuit et elle m'a porté de précieux conseils. J'ai ressassé le tout dans ma tête et je crois vraiment avoir eu l'idée du siècle.

Salut Guy, je n'ai pas beaucoup dormi... à cause de toi. Toutefois, j'ai rêvé à Madame Corporation cette nuit et elle m'a porté de précieux conseils. J'ai ressassé le tout dans ma tête et je crois vraiment avoir eu l'idée du siècle.

Laisse-moi t'expliquer

Tout d'abord, permet-moi souligner ton audace, parce que même P.T. Barnum n'aurait pas fait mieux, en son temps, pour vendre son cirque. Je ne peux m'empêcher de te rappeler que mon offre d'achat de 1,8 milliard tient toujours, et ce, jusqu'à la signature ultime. Parce que selon mes informations, tu n'aurais pas atteint le 2 milliards que tu espérais. J'ai donc visé dans le mile! Je connais ta valeur, je salue ta créativité et je reconnais le pesant d'or de ton Cirque du Soleil. Pierre-Karl Péladeau, François Legault et moi-même étions d'avis que la Caisse de dépôt et placement du Québec devait réunir un groupe d'investisseurs ou injecter directement des fonds. J'espère que Philippe Couillard ne prendra pas tout le crédit de cette idée. J'insiste de nouveau sur l'importance de maintenir les emplois du Cirque au Québec, tant sur le plan administratif que créatif, que j'avais mentionnée dans mon précédent billet Salut Guy, je veux acheter ton Cirque du Soleil.

Je vais donc renchérir ma proposition

Si je me fie à la grande majorité des réactions obtenues jusqu'à maintenant, et j'interprète la colère, la stupéfaction et la déception de nombreux Québécois comme une déclaration d'amour pour ton œuvre. Le sentiment de perdre notre plus grand ambassadeur de la créativité québécoise nous touche collectivement. Au-delà des emplois, le Cirque est en quelque sorte un Maurice Richard ou une Céline Dion. J'espère que tu ne penses que je te fais du charme seulement parce que tu viens de nous dire que le Cirque s'en allait, pis que j'ai peur de me retrouver seul. Après tout, avec toutes compagnies de cirque, c'est un peu comme si nous étions le Seattle ou le Manchester de la planète circassienne. La raison en est simple, tout au long de ton parcours, tu nous as vendu l'idée que le Cirque était l'ambassadeur par excellence du Québec. Il y a un peu de nous autres là-dedans!

LIRE AUSSI:Le Cirque du Soleil serait vendu à TPG Capitala

Je résume la transaction pour le bénéfice de mes lecteurs

L'américaine TPG Capital s'est associée au Fosun Capital Group, une firme de Shanghai en Chine, qui sera aussi actionnaire minoritaire du Cirque du Soleil. La décision semble prise, quelques détails à régler concernant la participation de la Caisse de dépôt et placement du Québec, laquelle deviendrait actionnaire minoritaire du Cirque à hauteur d'environ 10 %. Et toi, Guy, qui détient 90 % des actions, garderait 10 % de ces actions. Triste constat, si l'affaire se conclut, le Cirque du Soleil ne sera plus québécois. Du moins, il le restera seulement à hauteur de 20 %.N'oublions pas qu'une importante partie du personnel artistique est originaire de plusieurs pays, et pas uniquement du Québec. Il semblerait que le siège social qui dynamise tant notre milieu circassien ne quitterait pas la Cité des arts du cirque pour s'établir au pays du levant. Selon les modalités de vente et les documents de la firme Goldman Sachs, il appert que, en tant que grand manitou du Cirque, tu en avais mis une condition sine qua non que le centre névralgique du Cirque devait demeurer à Montréal.

It's not over until the fat lady sings

J'ai rêvé à Madame Corporation cette nuit, elle m'a porté de précieux conseils. Elle m'a fait quelques suggestions : « Fredolini, tu devrais préciser ton offre à Guy, être plus inclusif ».

Je ne vais pas t'offrir plus que le 1,8 milliard déjà proposé. Le prix me semble tout à fait juste compte tenu de la conjoncture, de la situation actuelle et du besoin d'actualiser la formule et de réinventer le Cirque réinventé. Je t'invite à voir ma campagne de sociofinancement sur haricot.ca.

Je m'inspire de Dan Price, le fondateur de la société de services de paiement GravityPayments, qui a décidé de combattre les inégalités salariales aux États-Unis en abaissant son salaire afin d'augmenter celui de ses employés. Comme le chantait Gérard Lenorman, Si j'étais président... je partagerais mon actionnariat avec mes futurs employés et collègues du Cirque. Parce que je crois sincèrement que les partenaires stratégiques sont au cœur de ton entreprise et du milieu circassien québécois.

Advenant que la vente soit imminente, j'aimerais que tu inclues une clause particulière dans ton contrat de vente qui m'offrirait un premier droit de refus, dans l'éventualité où les actions seraient remises en circulation.

Tes partenaires «stratégiques»

Ce sont, selon moi, certains des plus grands financiers de la planète, avec des ramifications dans diverses entreprises, allant de la biotechnologie à la vente au détail, en passant par, entre autres, le capital de risque, les télécommunications et la santé. Ils investissent également dans des entreprises en difficultés, ce qui me fait penser au film Other People's Money, dans lequel Dany Devito interprétait Larry Garfield, un liquidateur de sociétés en faillite ou en difficultés. Pas que cela soit le cas du Cirque du Soleil, mais l'image m'est venue et on peut facilement imaginer que le tout pourrait être segmenté, disséqué et revendu à la pièce. Je ne suis pas du tout d'avis que tes « partenaires stratégiques » soient réellement trouvés, n'ayant pas plus de détails à l'heure actuelle au sujet de la transaction.Je t'invite à te renseigner sur les transactions et partenariats passés de TGP Capital avec The Carlyle group et The Blackstone Group. Ça en vaut vraiment la peine!

Tu sais, il y a l'argent, mais il y a aussi l'expertise pour mener la barque.

Tant qu'à y être, n'aurait-il pas été plus avisé de solliciter une participation de Kenneth Feld et Feld Entertainement, qui produisent tant les cirques Ringling Bros et Barnum & Bailey que les spectacles sur glaces de Disney et qui rejoignent plus de 30 millions de spectateurs par année dans 75 pays? Ce sont des experts de spectacles d'arénas partout dans le monde. On aurait assisté à la fusion improbable du cirque traditionnel et du cirque dit contemporain.

Subventionner la culture ou investir dans celle-ci!?

Si la Caisse de dépôt et placement du Québec injecte plus de 200 M$, il s'agira fort probablement du plus important investissement dans une entreprise culturelle de l'histoire du Québec. Une participation significative et fort intéressante parce que l'on se conscientise sur la rentabilité potentielle de l'industrie du spectacle. Il s'agit d'une prise de participation dans l'actionnariat, donc d'une participation tant sur le plan des décisions que des profits et des pertes. Certes, il s'agit d'un risque, mais à mon humble avis c'est aussi une nouvelle manière de concevoir la participation de l'état québécois au développement culturel. Le gouvernement s'assurant ainsi d'être présent pour récolter les fruits de la réussite. L'idée est de considérer le tout comme n'importe quelle autre entreprise, nonobstant le fait que le produit peut paraître soit intangible, volatile et empli d'unicité. Les acteurs principaux des arts du cirque ont travaillé fort pour leur reconnaissance de la part des institutions de financement culturel. Maintenant, il va falloir examiner la rentabilité et investir dans la création sans oublier la place nécessaire et essentielle de l'exploration et du développement de plus petites formes de cirque.

À propos de toi Guy

Je clame haut et fort que toi, Guy Laliberté, n'est nul autre que le plus important showman de notre époque.Tu as fait de la planète ton terrain de jeu et tuas su développer des partenariats stratégiques, oser, foncer, réaliser et réinventer la manière de faire lecirque. Ton plus grand talent est de savoir reconnaître celui des autres. Sans l'apport et le génie de Franco Dragone et de milliers d'employés et de collègues des tous débuts, le Cirque du Soleil n'aurait jamais été ce qu'il est et accompli ce que nul autre n'avait fait auparavant.

Le choix t'appartient. Tu as le droit de faire ce qui te semble juste. Si tu veux retourner sur tes terres ou t'envoler dans l'univers au-delà de la stratosphère, c'est ton plus strict droit et tu n'as de compte à rendre à personne. Tes entreprises ont bien sûr bénéficié des subventions, mais les retombées tant en visibilité qu'en argent sonnant ont maintes fois excédé tout ce que tu as pu recevoir. Il est de ton devoir, toutefois, d'assurer la continuité de ton œuvre. Selon moi, ta stratégie est fort probablement de doter le Cirque du Soleil d'une capitalisation suffisante pour réaliser de bien plus grands rêves.

En conclusion

Comme tu peux le constater, j'ai l'esprit analytique et suis probablement tout aussi créatif que toi. Je conclus donc qu'il serait grandement souhaitable que tu prennes quelques instants pour me rencontrer, puisque tu disposes de suffisamment de ressources, de contacts et de liquidités pour investir dans mon Cirque national des clowns et surtout dans mon spectacle de clown iFredolini. Tu as su inspirer bon nombre de Québécois. J'ose espérer que tu puisses croire en mes rêves et que tu m'aides à les réaliser. Salut Mitch Garber de ma part, puisque moi aussi j'aimerais bien « être khalife à la place du khalife »!

Ainsi, j'attends toujours ton appel, Guy!

#OSezRêver #Callme

VOIR AUSSI SUR LE HUFFPOST

Galerie photoCirque du Soleil Voyez les images

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter